Nous avons actuellement plus de 67 visiteurs connectés sur nos sites (dont 20 sur generationmp3.com - 23 sur le forum)

Écrit par
Antoine

Test et vidéo du Cowon D2

Lundi 5 février 2007 à 11:00 | Dans la catégorie Cowon iAudio
Testé par Antoine Introduction : Le voilà, le nouveau lecteur Cowon est arrivé et il est en test à la rédaction de GenerationMP3. Vous voulez tout savoir de ce PMP, n’hésitez pas une seconde et consultez le test!

Test Cowon D2
Cowon continue à nous proposer des produits complets et leur nouveau lecteur multimédia, le D2 ne déroge pas à la règle: multiples formats audio, un écran de 2.5″ tactile et un poids plume pour ne citer que quelques caractéristiques. Si d’emblée on peut paraître sceptique sur l’intérêt d’un aussi petit écran pour un lecteur ouvertement rangé dans la catégorie Portable Multimedia Player, on peut se rassurer en se remémorant à qui on a affaire. Notre version test dispose de 2Go de mémoire et arbore une robe blanche en accord avec la saison. Annoncé comme un sérieux compétiteur sur le marché, voyons voir comment ce petit bijou se comporte.

MENU

Spécifications Package Déballage & description Démarrage Interface Musique Vidéo Image Radio FM Enregistrement Texte Réglages Transfert/Logiciel: Jet Audio Autonomie Utilisation de la carte SD Test Video Conclusion

Spécifications

Les spécifications du fabricant: Taille : 78.0 X 55.4 X 16.6 mm Poids : 91gr (avec la batterie) Capacité : 2/4Go - Port SD Autonomie : Musique jusqu’à 52 h Vidéo jusqu’à 10 h Temps de charge : 3.5 h avec le chargeur - 7 h avec l’USB Écran : tactile de 2.5″ 16 million de couleurs(24bit) TFT-LCD : QVGA (320×240) Audio Windows Media Audio Standard (.wma): ~256kbps, ~48khz, mono/stereo MP3 (.mp3): ~320kbps, ~48khz, mono/stereo OGG (.ogg): j~Q10, ~44.1khz, mono/stereo FLAC (.flac): Compression 0 ~ 8, ~44.1khz, mono/stereo WAV : ~48khz, 16bit, mono/stereo APE : à venir via mise à jour du firmware Photo JPEG (.jpg): Toutes résolutions supportées avec recadrage automatique Vidéo Résolution en 320×240(QVGA), 30fps AVI (.avi), WMV (.wmv) Radio FM Fréquences: 76Mhz ~ 108Mhz, 87.5Mhz ~ 108Mhz Enregistrement en WMA : 32~256kbps Fichiers et dossiers 500 dossiers et 5000 fichiers

Package

Cowon travaille beaucoup sur les emballages de ses lecteurs et le travail paye de plus en plus. Si l’intérieur a encore besoin de quelques raffinements, la boîte extérieure bénéficie d’un design bien pensé. Ainsi le logo D2 est créé en emboîtant l’emballage externe et le coffret. Cela reste une boîte, nous sommes tous d’accord, mais cela est plaisant de voir qu’on ne nous livre pas le lecteur dans un boîte quelconque. L’intérieur, comme je le disais, manque lui singulièrement de classe. On a certes le plaisir de découvrir le lecteur sous un blister plastique mais le reste est entassé une fois le lecteur soulevé. Cependant, et j’ai toujours du mal à le croire, mais un adaptateur secteur figure parmi la liste des accessoires fournis. Depuis le temps que les fabricants censurent cet accessoire, on avait presque oublié son existence.
Une fois tout sorti de la boîte, on se retrouve avec tout cela:
C’est donc très complet et cela fait chaud au coeur d’avoir droit à tout cela lors de l’achat de ce lecteur. Petite déception qui sera certainement corrigée lors de la commercialisation à plus grande échelle, le manuel fourni sur le cd d’installation n’est disponible qu’en coréen. Si vous achetez en import. La commercialisation du lecteur en Europe verra l’apparition d’un manuel en français afin de satisfaire les fans de manuels d’utilisation! Autre chose qui se serait avérée être très utile: un étui, même très simple aurait été le bienvenu. L’écran est l’organe principal de ce lecteur et on a constamment peur de l’abimer.

Déballage & description

Notre D2 est blanc. Il existe en noir et il me semble bien que d’autres coloris sont à venir (vert, rose?). Le lecteur a le format d’une carte de crédit, et même moins long en fait, et si au premier abord on peut le trouver un peu épais, son utilisation à la longue ne laisse rien transparaitre de tout cela. Le plastique utilisé est d’excellente facture et ne souffre d’aucune imperfection. Quant à l’assemblage, c’est du premier ordre, rien à redire. Tout tient bien en place et aucun bruit parasite ne vient perturber le maniement du lecture. Ca respire le très haut de gamme.
De face: l’essentiel. L’écran tactile!
Côté gauche: la prise jack casque, l’usb, le bouton reset et la fiche externe (alimentation et sortie TV)
Dessous: le port SD et la protection. Et le stylet aussi.
Côté droit: l’emplacement pour le stylet
De dos: nom et capacité s’affichent
De dessus: le bouton on/off et hold, le micro et les 3 seuls boutons du lecteur.

Démarrage

Une pression sur le bouton on/off suffit pour allumer le lecteur. Entre 2 et 5 secondes (tout dépend de quand date votre dernière utilisation) suffisent pour vous amener sur le menu principal. L’attrait de la mémoire flash se fait bien ressentir ici et la petite capacité aide à un démarrage rapide. Le démarrage avec une carte SD est un tout petit plus long: tout dépendra bien sûr de la taille de la carte utilisée et ce qu’il y a dessus. Et à partir de là, pas de bouton, pas de molette cliquable, on touche! Le premier réflexe sera d’utiliser ses doigts et pourquoi s’en priver en effet! C’est assez souple et plutôt (très) réactif: un simple effleurement suffit bien souvent au D2. Le menu principal dispose d’icônes assez grandes pour s’octroyer ce plaisir. Après, malgré la bonne précision de l’écran, il est conseillé d’utiliser le stylet fourni avec le lecteur pour s’aventurer plus loin dans les menus et autres réglages. Il faut “double-cliquer” pour ouvrir un menu, un peu comme sur un ordinateur si vous préférez. Le premier “clic” colore l’icône choisi et le deuxième “clic” ouvre le menu choisi. C’est assez étrange et malgré la semaine passée à utiliser le lecteur à fond, j’aurais tout de même apprécié n’avoir qu’à effleurer une icône pour atteindre le menu correspondant. Mais cela n’engage que moi. A propos du stylet, il est bien évidemment utile. Mais on peut regretter ne pas avoir utilisé un autre matériau pour la dragonne. Elle est élastique et un peu grossière. Alors que le lecteur est bien pensé, cette dragonne a un peu tendance à dépasser malencontreusement. Alors oui, il faut bien attacher ce stylet mais comme cet accessoire remplit une autre fonction, celle de cale (voir plus loin), Cowon n’a pas pu faire autrement. Ca reste dommage… Si le menu principal ne regorge pas de couleurs chatoyantes, on peut néanmoins se rendre compte de sa grande clarté et de sa qualité: c’est clair, net et précis! Ayant tout parié dessus en le rendant tactile, Cowon se devait d’assurer à ce niveau et le pari est réussi haut la main. Le lecteur est pré-chargé avec les habituelles photos et pub Cowon. Les plus impatients se jetteront dessus pour apprécier la qualité. C’est encore mieux avec ses propres fichiers! Un détail qu’on a tendance à ne pas prendre compte, et cela tombe sous le sens, c’est le poids du D2. Avec 91 grammes sur la balance (92 gr avec le stylet et 95 gr avec une carte SD en plus), le lecteur sait se faire oublier. Il tient aisément dans une poche de pantalon, n’est pas lourd dans la main. Bref, c’est un petit bonheur de légèreté.

Interface

Si le tactile reste exceptionnel sur un lecteur de cette taille, le menu confine au traditionnel.
codebase=”http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,29,0″ width=”320″ height=”240″> type=”application/x-shockwave-flash” width=”320″ height=”240″>
Musique, video, photos, texte, radio, dictaphone et réglages: que des choses connues. L’équilibre à l’écran est tout à fait respecté: l’horloge en haut à gauche, le volume et l’indicateur de batterie se partagent le côté droit. On notera que malgré avoir réglé le lecteur avec la langue “français”, bon nombre de titres ne sont pas traduits. Si la majorité des termes sont archi-connus, certains ne pratiquant pas l’anglais couramment pourraient être confus par certaines appellations. A n’en pas douter, cela peut être corrigé par une mise à jour du firmware.

Musique

Le menu musique en action. Lorsque vous effleurez l’écran, les touches de navigation et de menu/réglages apparaissent en superposition. Au milieu de l’affichage, la touche lecture/pause et sur les bords, avance rapide retour rapide. Simple et efficace. Les touches sont assez grandes pour pouvoir activer ces commandes sans avoir à utiliser le stylet: bien pensé. 4 touches supplémentaires font leur apparition au bas de l’écran: navigateur - réglages - menu - fermeture.
codebase=”http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,29,0″ width=”320″ height=”240″> type=”application/x-shockwave-flash” width=”320″ height=”240″>
Le navigateur vous permet de naviguer à travers le lecteur pour choisir les morceaux, vous avez aussi la possibilité d’ajouter des bookmarks et d’ajouter le morceau en cours à une playlist. Une barre de défilement fait son apparition sur la gauche de l’écran si besoin est. C’est assez pratique. Autrement, vous avez des touches haut/bas sur le côté droit. Un peu plus fastidieux mais tout dépend de votre rangement dans les dossiers.
Du côté des réglages, toujours ce système de menu déroulant qui monte. Vous pouvez ici définir les limites de lecture (”All boundary”) en autorisant le lecteur à scanner l’intégralité du lecteur à la recherche de titres, vous limitez à la chanson en cours (”1 boundary”) ou seulement le dossier choisi (”Folder boundary”). Suivent le choix d’une lecture aléatoire ou non, de répéter le cycle choisi, d’une lecteur A-B (le lecteur vous demandera alors de planifier les points A et B sur le morceau en cours) et finalement, d’atteindre les fameux réglages Jet Effet, emblème de Cowon.
La touche Menu vous ramène au menu principal et la touche Close fait disparaitre le menu. A noter que ce menu disparait automatiquement au bout de quelques instants. Une fois les réglages effectués, les titres choisis, on peut alors s’intéresser plus grandement à l’affichage en lui-même. Disposant d’un grand écran, les informations distillées sont bien réparties une fois encore. La pochette de l’album, si vous l’avez récupérée, s’affichera. Pour les fans de pochettes, il est cependant impossible d’agrandir l’image. Dans le cas où la pochette n’est pas disponible, vous aurez droit à un joli “Cowon”.
Les informations sur le titre en cours, l’artiste, l’album sont affichés à côté de la jaquette. Le nom du fichier défilera si il dépasse de l’espace qui lui est imparti. Dessous ces informations, on retrouve les réglages de lecture (lecture aléatoire, limites de lecture et répétition). Puis une icône informant si le lecteur se trouve en pause ou en lecture. Entourant cette icône, l’amplitude sonore est décrite via deux bandes. L’affichage de la durée du titre informe de la progression du titre. Il est possible de régler soit la durée restante ou le temps déjà passé. Enfin, les différents réglages sonores Cowon sont résumées: bitrate, équalizer et réglages Jet Effect complètent l’affichage du mode musique. C’est très complet et tout est bien situé. Si vous comptez avancer rapidement sur le titre, deux options s’offrent à vous: tenir la touche avance rapidement appuyée ou utiliser la barre de progression. Si la barre de progression s’avère pratique, sa précision n’est pas toujours confirmée, en particulier aux extrêmes. En ce qui concerne la qualité sonore, Cowon indique les valeurs suivantes pour ce D2. - SNR: 95dB - Fréquence: 20Hz~20KHz - Puissance Max: 16 Ohms pour 2*37mW
Le volume peut monter jusqu’à 50 unités. Très sincèrement, avec les écouteurs livrés ou des Zen Aurvana, j’ai rarement dépassé le 15/50 en environnement bruyant (train) et je suis plutôt resté vers les 10-11 en environnement calme (maison/bureau). Avec un bon Sennheiser qui tient chaud aux oreilles en hier, là aussi, aucun problème pour le D2. Le HD 570 m’a demandé de monter un peu le volume et d’accorder les Jet Effect pour obtenir un son comme je les aime. C’est là d’ailleurs que tous ces réglages trouvent leur raison. Petit rappel: ne réglez jamais le volume au maximum si vous ne voulez pas avoir de problèmes auditifs. Je reviendrai plus tard sur la partie Jet Effect dans le test des réglages du lecteur. Néanmoins, le D2 offre une large palette de réglages possibles, que ce soit au niveau des équalizers puisque vous avez un mode personnel à 5 paramètres et des pré-réglages effectués pour les ambiances suivantes: Normal, Rock, Pop, Jazz, Classic et Vocal. Je ne suis pas un grand fan des effets acoustiques alors j’ai testé avec tout à 0 et avec de très légères modifications. Le tout à zéro rend un son tout à fait correct sur la majorité des fichiers écoutés mais il est clair que les effets ajoutés par le Jet Effect (en les mettant à 1 sur une échelle qui va jusqu’à 10) rendent les titres un peu plus vivants. Tout le monde y trouvera son compte afin d’obtenir le meilleur rendu pour vos morceaux préférés. Et à force de jouer avec, on se rend compte d’une chose. Le tactile, c’est bien joli et c’est classe mais il faut constamment sortir le lecteur de sa cachette pour pouvoir accéder aux commandes. On peut bien sûr essayer de naviguer en aveugle mais cela reste un challenge. Une télécommande, même simpliste, aurait pu être envisagée pour combler cette lacune, par exemple pour la lecture de fichiers musicaux. Il est tout à fait possible de naviguer à travers les autres menus du D2 pendant la lecture musicale. Cela aurait pu être intéressant pour un slideshow de photos en musique mais la sortie télé n’est activable que pour les vidéos. Dommage. Rappel sur les formats lus: Windows Media Audio Standard (.wma): ~256kbps, ~48khz, mono/stereo MP3 (.mp3): ~320kbps, ~48khz, mono/stereo OGG (.ogg): j~Q10, ~44.1khz, mono/stereo FLAC (.flac): Compression 0 ~ 8, ~44.1khz, mono/stereo WAV : ~48khz, 16bit, mono/stereo APE : à venir via mise à jour du firmware

Vidéo

Le menu Vidéo est calqué sur le menu musique. Les informations diffusées sont donc essentiellement les mêmes. Les fonctionnalités n’ayant pas de raison d’être ici ont été supprimées: ainsi, la playlist disparait ou encore la lecture A-B. Tout cela est assez logique.
Le reste est donc identique: on passe par le navigateur pour choisir le film à lire. Mais cela après avoir converti le fichier aux bonnes dimensions. Et oui, le D2 est assez élitiste et refusera de lire autre chose que du 320*240! Le programme livré avec le lecteur est assez bien fait (voir plus loin). Toujours est-il que vous ne pourrez pas transférer immédiatement vos films préférés sans repasser par la case ré-encodage. On ne peut pas tout avoir… Une fois le fichier converti, on peut y aller. L’écran bleuté laisse place à votre film. Lorsque vous activez le menu, les commandes viennent se superposer. Il est impossible de faire pause sur le film en cours, vous reviendrez automatiquement au menu vidéo. Si vous voulez accélérez votre visionnage, comme pour la lecture de titres musicaux, les mêmes options sont présentes. Là aussi, la précision du tactile sera mise à rude épreuve si vous voulez un point précis. Mais cela reste un point secondaire. La vitesse de recherche se règle via le menu des réglages, avec des paliers évoluant entre 1 et 30 secondes. Une fois le film fini, vous revenez au menu principal ou bien vous continuez sur le prochain fichier se trouvant dans le dossier de lecture. D’un point de vue qualité vidéo, rien à redire et c’est même une grosse claque: que c’est beau! Lors du démarrage d’un fichier vidéo, un petit logo Cowon sera incrusté pendant quelques secondes en haut à droite de l’écran, surement pour vous rappeler à qui vous devez ce prodige. Il est clair que la technologie nomade a fait d’énormes progrès dernièrement, que ce soit au niveau des écrans et de leur taille mais force est de constater que ce D2 affiche superbement les fichiers vidéo! Aucun défaut n’est à constater lors de la lecture. Le logiciel fourni permet différents réglages de qualité lors du ré-encodage. Honnêtement, je n’ai pas remarqué d’énormes différences. Peut-être au niveau du son ou d’une grosse explosion qui pixellise un peu. Autrement, aucun souci. Le lecteur tenant plutôt bien en main, vous pourrez visionner la vidéo ainsi. Le D2 joue dans la catégorie des poids plume, donc pas de risque de bras ankylosé par le poids. Si vous avez la possibilité de poser le D2 pour regarder une vidéo, le stylet fera office de cale avec deux angles d’inclinaison.
Le souci premier reste bien évidemment la diagonale de l’écran proposé. On n’est pas au cinéma! Pour autant, le D2 joue le coup à fond et bien que tout petit, l’écran s’en sort bien. Pour moi, cela tient au fait que le lecteur est passe-partout: léger, petit et bien conçu, si vous avez 30 minutes devant vous, hop, vous sortez le lecteur et vous reprenez là où vous aviez laissé Jack Bauer auparavant. En effet, je vois le D2 comme un lecteur d’appoint qui pourra vous dépanner n’importe où. Là où ça coince, c’est qu’il faut convertir les vidéos. Donc pour la spontanéité, vous pouvez repasser. Soit vous prévoyez avoir un trou dans la journée, soit vous savez que vous aurez du temps libre et vous pouvez ainsi ré-encoder en conséquence les films ou séries à voir ou à revoir. Mais avec 4Go au maximum en capacité native, il faudra faire attention à bien répartir les volumes de chargement entre films, musiques, photos etc. Et la sortie télé? Bien évidemment, cette fonction a été testée et c’est là où les gros défauts du ré-encodage apparaissent. Car si le pixel rebelle se voit mal sur l’écran du D2 lors d’un ré-encodage fait à l’économie (en basse qualité donc), on le repère plutôt facilement sur un grand écran. Alors tout va encore une fois dépendre de l’écran utilisé pour la projection: plus la diagonale sera grande, plus le D2 aura du mal à vous satisfaire. Capturer ce genre de détails avec autre chose n’étant pas une caméra se révèle assez difficile alors vous devrez me croire sur parole…J’ai néanmoins fait quelques essais. Je le laisse en téléchargement, le passer sur Youtube aurait des conséquences dramatiques pour la qualité qui n’est déjà pas au top. Test tv Out Encodé en 1.5Mbps (~15Mo) Petit détail, il est conseillé de désactiver la fonction 7.5 IRE (voir la partie réglages) afin d’obtenir un vrai noir à l’écran. Ah oui, les sous-titres. Si vous aimez les sous-titres avec vos films en VO, que se passe-t-il lors de la lecture sur le D2? Et bien soit vous vous équipez d’une loupe pour lire plus facilement, soit vous apprenez à mieux maîtriser la langue. En effet, les sous-titres apparaissent clairement sur le D2; c’est comme le reste de l’affichage: relativement clair. Mais les dimensions sont ridicules. Pour simplifier, même en ayant 12 sur 10 aux deux yeux, les sous-titres sont tellement petits que vous ne lirez plus grand chose au bout de 5 minutes d’effort. Et le passage à la télé est catastrophique à ce niveau malheureusement! Ne comptez pas sur les sous-titres en grand écran, c’est une bouillie de pixels… Je laisse ici quelques fichiers en grande résolution pour essayer de visualiser la différence. Il m’est techniquement impossible de capturer la video sur le D2: Test ST tv out (photo) / Test ST tv out (video) / Test ST Cowon (photo) Rappel sur les formats lus: Résolution en 320×240(QVGA), 30fps AVI (.avi), WMV (.wmv)

Image

Les fichiers en .jpg sont compatibles avec le D2, voyons voir ce que cela donne. Lors de la navigation, petite différence avec d’autres menus, tout se fait ici par dossiers et non plus par liste comme pour la musique ou les vidéos.
Pas de limite de résolution ici, le lecteur se charge de redimensionner pour vous les photos. Par défaut, le menu affiche des vignettes des photos présentes dans le dossier parcouru.
Un nouveau menu propre aux photos fait son apparition avec au choix: wallpaper et slide show.
La fonction wallpaper vous permettra de définir vous-même le fond d’écran du D2 pour l’ensemble des menus, une façon bien agréable de personnaliser votre lecteur. Il est possible à tout moment de revenir à l’écran par défaut via les réglages. En cliquant sur une image, celle-ci s’affiche en plein écran.
Un autre menu apparaît lors d’une pression sur l’écran.
Vous pourrez zoomer (x2) sur la photo ou opérer des rotations. Comme pour la musique ou les vidéos, l’avance rapide fera défiler le reste des images présentes dans le dossier exploré. La fonction slideshow vous permet d’automatiser la visualisation des photos. Un menu approprié fait là-aussi son apparition.
Plus rapide, moins rapide, arrêt, reprise. Bref, les commandes nécessaires pour opérer sont présentes. L’adaptation des images en trop grande résolution se fait assez rapidement. Tout dépendra encore une fois de la taille des images et du nombre de pixels présents. Des images en 2576*1932 en 5MPx sont passées sans aucun souci. Mais si vous optez pour un slideshow très rapide avec de grosses photos, ne vous étonnez pas de voir des pixels ici et là. Le lecteur est rapide, mais ce n’est pas sa fonction primaire. Rappel sur les formats lus: JPEG (.jpg): Toutes résolutions supportées avec recadrage automatique

Radio FM

Souvent aux abonnés absents sur les lecteurs qui dominent le marché, la radio est régulièrement présente chez les concurrents. Le D2 ne manque pas de se doter de cette fonction utile malgré tout.
Comme pour chaque menu, la radio se dote de fonctions spécifiques. Il est possible de scanner l’intégralité du spectre afin de repérer les stations de radio captées, de basculer entre mono et stéreo et de gérer les stations récupérées automatiquement ou manuellement. Une fois cela fait, on peut alors activer ou non la navigation par stations (”Off/On preset”).
La radio peut être enregistrée sur le D2. Cela se fait en WMA et la qualité s’échelonne entre 32 et 256 kbps. Petit test effectué en 96 et 256 kbps pour évaluer la différence. 96kbps 246ko 20sec 256kbps 642ko 20sec

Enregistrement

Le D2 dispose d’un micro placé sur le dessus du lecteur. D’ordinaire, les lecteurs ne sont pas à la fête avec des emplacements pas toujours judicieux: là, la surface est plane, bien dégagée. L’enregistrement se fait toujours en .wma entre 32 et 256 kbps avec une sensibilité du micro réglable entre 1 et 5. A noter qu’il est possible d’utiliser un micro externe. J’ai réalisé quelques tests afin que vous puissiez vous rendre compte des capacités du D2 dans cet exercice. Le sujet du jour: la ligamentoplastie. 96kbps micro 3 96kbps micro 5 128kbps micro 3 128kbps micro 5 256kbps micro 3 256kbps micro 5 Il est aussi possible d’enregistrer en line-in une autre sortie audio grâce à la fiche adaptatrice livrée avec le lecteur et le câble jack-jack, lui aussi livré avec le lecteur. J’ai tenté l’impossible en associant un ipod nano 2G avec le D2. Je sais, c’est une hérésie. Le résultat n’est pas si mal et vous pourrez vous aussi vous livrer à des actes de cannibalisme numérique entre lecteurs mp3. 128kbps line-in 1 256kbps line-in 2 Ne bénéficiant pas d’amplification, le niveau sonore est plus que bas. Je n’ai pas voulu monter le son afin d’éviter la saturation. Le but est de montrer que c’est possible. Le D2 est un véritable passe-partout de l’audio: il enregistre presqu’aussi bien qu’il restitue les fichiers musicaux. Attention néanmoins à bien choisir vos sources d’enregistrement et gardez en tête que qualité va de paire avec volume. Les 2 ou 4Go du D2 se remplissent assez vite. Et à l’heure actuelle, il est impossible d’enregistrer sur la carte SD directement. Lors de l’utilisation de la line-in, il est aussi possible de passer via une synchronisation automatique.

Texte

Le menu texte vous permet d’afficher des fichiers .txt. On peut supprimer le cadre entourant le texte et passer en mode plein écran en appuyant sur l’écran.
Lors de l’affichage, les boutons avance et retour rapide sont là pour faire défiler les pages du fichier consulté. Parmi les fonctionnalités, on peut trouver quelques petits plus. Ainsi, il est possible de laisser un bookmark et d’y retourner rapidement via la fonction “go to”. Il n’est malheureusement pas possible de voir où se situent ces bookmarks. Le D2 laisse la possibilité de changer de police et de fond parmi 5 combinaisons pré-réglées. Si on a chargé un eBook, on peut activer la fonction “auto scroll” qui va faire défiler automatiquement les pages après un certain défini: 3, 5, 10, 15 et 20 secondes sont les intervalles disponibles. Un petit plus agréable lorsqu’on a mal au doigt…
Soyons tout à fait honnête, la qualité de l’écran est certes là mais la police utilisée s’avère relativement petite. Si on peut considérer employer le D2 pour lire un texte rapidement enregistré sur le ouaib, à la longue, je suppose que vos yeux vont vite crier au scandale. Cela reste pratique occasionnellement.

Réglages

Au menu des réglages disponibles sur le D2: Jet Effet - Mode lecture - Affichage - Minuterie - Généralités - Enregistrement - Radio FM - Infos.
On est chez Cowon ici donc Jet Effect, cela doit parler à tout le monde: BBE, Mach3Bass, 3Dsurround, Stereo Enhance et MP Enhance sont bien là, prêts à vous occuper un bon quart d’heure pour trouver les réglages optimums pour votre lecteur et le style qui vous plait. On trouve aussi dans ce menu la balance et la vitesse de lecture. Avec le D2, Cowon offre pas moins de 10 sauvegardes disponibles pour les réglages Jet Effect! Cela est bon à savoir d’autant plus que ces effets sont partagés entre musique et vidéo. Plutôt que de saturer l’un ou l’autre, hop, on charge les réglages destinés au dernier Lost ou ceux pour écouter vos morceaux de hip-hop préférés et c’est dans la poche. Ces possibilités peuvent vraiment changer votre expérience musicale si vous aimez jouer avec l’équalizer: finies les quelques minutes à se remémorer ce qui va le mieux avec une ambiance jazz ou avec un morceau de classique. On charge le réglage précédemment enregistré et c’est fini, à vous le nirvana musical. Le mode lecture permet de régler par défaut les différents modes accessibles sur le mode musique. Afin de ne pas avoir à tout re-régler à chaque fois, vous pouvez décider si ce sera de la lecture aléatoire, si vous naviguez dans un dossier ou sur l’ensemble du lecteur et si il y a des répétitions à prendre en compte. L’affichage permet de choisir la langue utilisée (attention, lors de mise à jour, le coréen est mis par défaut, tâchez donc de bien visualiser où se trouve ce réglage!). Au choix: anglais, coréen, chinois, japonais, allemand, français, espagnol, italien, flamand, grec, suédois. Vous pourrez choisir entre un affichage du nom de vos titres musicaux par nom de fichier ou tag ID3 (ID3V2 et ID3V1), choisir si vous voulez un temps de lecture écoulé ou restantn fixer la vitesse de défilement des informations des fichiers entre 1x et 4x. Il est possible d’activer ou non la possibilité d’avoir un fond d’écran personnalisé (voir wallpaper dans la section Image), de décider de faire défiler les paroles (si incluse dans l’ID3 Tag de vos fichiers). La luminosité se règle entre 1 et 10 ainsi que le temps d’allumage de l’écran: la plus petite valeur est 5s jusqu’à 1 minute. Il est possible de régler la sortie TV en PAL ou en NTSC. Il y a aussi l’option 7.5 IRE qui est surtout valable aux Etats Unis (une vieille méthode d’étalonnage qui n’est pas en vigueur dans nos contrées). Enfin, il vous est donné la possibilité de choisir la couleur de la police et cela, en jouant sur les valeurs de rouge, bleu et vert entre 0 et 255. Rien que ça! Cela conclut la partie affichage relativement riche! Du côté de la minuterie, on peut régler la date et l’heure. Un réveil est mis à votre disposition. Vous pouvez être réveillé(e) par une alerte musicale, une alerte FM ou encore un de vos enregistrements FM. Il est possible d’activer une veille par des incrémentations de 10 minutes, de 0 à 60 minutes. Enfin, il sera possible d’éteindre automatiquement le lecteur après 30 minutes au maximum. Pour les généralités, nous avons la vitesse de recherche (entre 1 seconde et 30 secondes comme paliers), la possibilité de reprendre en route un morceau ou une vidéo arrêtée, un fondu jusqu’à 5 secondes est disponible pour utilisation entre les morceaux. Au niveau enregistrement, il s’agit là aussi de paramétrer par défaut les différents réglages disponibles pour ces fonctionnalités du D2: il est donc possible de choisir le bitrate, la sensibilité du micro, un démarrage par une synchronisation automatique ou encore l’utilisation d’un micro extérieur. La partie réglages attribuée à la radio permet de retrouver les réglages accessibles directement par le menu: mono ou stéreo, scan du spectre et détermination de la région où l’on se trouve. Bizarrement, il a fallu que je règle sur Etats-Unis pour capter quoi que ce soit. La partie Europe (partagée avec la Chine) ne m’a donné que du statique. Un point à revoir? Enfin, les infos renseignent sur la capacité du lecteur et la version de son firmware. Il est dommage que rien ne soit fait pour la carte SD et qu’aucune indication ne soit disponible.

Transfert/Logiciel: Jet Audio

Comme ses prédécesseurs, le D2 est entièrement UMS. Son utilisation n’est donc pas bridée par un quelconque logiciel de transfert. Voyons un peu comment il se comporte lors d’un transfert de fichiers. J’ai choisi pour l’occasion 505Mo de divers mp3 à transférer à partir de mon disque dur principal, via un port USB 2.0. L’opération a été effectuée à deux reprises pour un temps de transfert moyen de 4.80 Mo/s. Le D2 compte parmi les accessoires qui l’accompagnent un cd fort précieux. Celui-ci contient en effet Jet Audio et Jet Shell. Ces deux programmes vont vous permettre d’utiliser au maximum les capacités du D2.
Je vais passer sur la partie audio de Jet Audio, puisque cela reste un lecteur tout à fait conventionnel pour m’attarder sur la partie video et plus particulièrement, ce qui concerne les conversions.
Cowon a fait les choses correctement et intégré le D2 avec ses autres lecteurs multimedia, à savoir le X5 ou le A2. Vous avez la possibilité de ré-encoder vos fichiers video en .avi ou .wmv et avec différents paramètres. Pour le D2, le format par défaut se met sur du .avi en “auto normal quality”. Cela correspond à une résolution de 320*240 (le maximum), pour un framerate défini automatiquement et un VBR 50 pour la vidéo. L’audio est réglé sur du mp3 en 128kbps. Basé sur cette configuration, un fichier de 351Mo en 624*352 d’une durée de 43 minutes est converti en un fichier pesant 148 Mo et cela en à peu près 22 minutes. Si vous ré-encodez en .avi, vous aurez le choix entre: - automatic normal quality (VBR50) - automatic high quality (VBR75) - AVI 512kbps - AVI 768kbps - AVI 1Mbps - AVI 1.5Mbps Pour le .wmv, le choix se fait entre: - automatic normal quality (VBR50) - automatic high quality (VBR75) - WMV 512kbps - WMV 768kbps Au niveau audio, les pistes sont converties en mp3, 128Kbps.
J’ai converti différents fichiers aux différents formats proposés. Lors de la conversion, vous pouvez régler la charge sur le processeur de votre ordinateur. A 100% d’utilisation, on atteint une vitesse de 1.8-1.9x. Pour la plus petite utilisation, entre 10 et 30%, on tombe sous la barre du 1x. En pratique, cela est bien respecté, il faut compter 50% de la durée du fichier à ré-encoder pour la conversion. Un film de 90 minutes mettre donc à peu près 45 minutes avec 100% alloué à la conversion. Tout cela a été réalisé sur un P4 en 3.2GHz avec 2Go de ram. En ce qui concerne le poids des fichiers, suivant quelques conversions, j’ai obtenu: * Auto High Quality AVI, 608*336, 24 fps, 1Mbps de 351Mo -> 320*178, auto fps, VBR 75 de 168Mo * Auto normal quality WMV, 512*384, 24 fps 1Mbps de 175 Mo -> 320*240, auto fps, VBR 50 de 66Mo * 1.5 Mbps AVI, 624*532, 24 fps, 1Mbps de 349Mo -> 320*182, auto fps, 1.5Mbps de 493Mo * Auto high quality WMV, 512*384, 24 fps, 1Mbps de 174Mo -> 320*240, auto fps, VBR 75 de 82.2Mo Je n’ai pas eu l’occasion d’obtenir une différence flagrante entre les différents modes de conversion. Les formats auto, que ce soit en .wmv ou .avi ont donné le même type de réponse visuelle et cela reste aussi bien plaisant qu’avant. La différence va se faire surtout au niveau du poids du fichier bien évidemment. Une fonction auto-copie est disponible afin d’installer de manière automatisée vos vidéos sur le D2 si il est connecté lors de la conversion. C’est fort pratique! Si vous avez une carte SD insérée lors de cette phase, elle sera reconnue elle aussi et vous pourrez copier le fichier fraichement converti sans problème.
Chez Gmp3, on aime aller au bout des choses alors divers fichiers non ré-encodés ont été chargés sur le D2 pour se rendre si oui ou non il y avait moyen de contourner ce passage obligatoire. Que ce soit des fichiers encodés pour la PSP, pour un iPod, des films récupérés ici et là, rien n’est passé sur le D2. On a pour résultat un bel écran tout noir.

Autonomie :

Pas évident ces lecteurs qui explosent tout en terme d’autonomie. Rendez-vous compte, avec une autonomie annoncée de 52 heures, il faut plus de deux jours pour confirmer ou non le chiffre. Pour certains qui se plaignent de la lenteur des tests, il faudrait essayer de relativiser et de prendre en considération ces quelques points qui sont malheureusement physiquement impossibles à compresser. Donc, niveau audio, mon premier test avec les effets Jet Effect réglés sur 1, un volume de 12 sur 50 et un rétroéclairage sur 5 secondes, avec les obligatoires vérifications de temps en temps, a rendu une copie de plus de 38 heures et 40 minutes de lecture. 10 fichiers en mp3, certains encodés en VBR, d’autres en 192 et 320kbps. Il se peut que la batterie n’ait pas été complètement chargée ceci dit… Le deuxième passage dans des conditions similaires a donné un score plus honorable de 45 heures et 20 minutes. On se rapproche des chiffres constructeur mais il y a encore un peu de marge. Encore une fois, n’ayant pas leur façon de procéder, on ne peut que spéculer sur leur moyen de tester l’autonomie. Au niveau vidéo, le test sur une vidéo en .wmv, ré-encodée via le auto normal quality, aura permis au D2 de diffuser en continu pendant plus de 8 heures et 5 minutes. C’est un peu moins bien qu’annoncé mais cela reste énorme pour un lecteur de cette taille avec une batterie que l’on imagine de taille réduite. Pour comparaison, un iPod 5G, avec un grand écran (sic), tient peut-être 2 heures à tout casser. Cela reste tout à fait exceptionnel d’avoir un lecteur de cette taille avec une autonomie de lecture, que ce soit en audio ou en vidéo. On aimerait avoir cela pour tous les lecteurs…

Utilisation de la carte SD

Le D2 s’orne d’un port SD afin d’augmenter ses capacités. Il est vrai que les 4Go possibles sont un peu juste à l’heure où le double devient le standard sur les lecteurs à mémoire flash. Au prix de la carte SD (20 euros pour 2Go), on aurait tort de se priver et de doubler la capacité du D2. Même si cela fait monter le prix du lecteur, avoir un peu plus pour stocker ses fichiers n’est pas un luxe insurmontable. Lors de l’insertion de la carte SD, aucun message n’apparaît à l’écran, tout se fait sans accroche. La carte s’intègre parfaitement au D2, rien ne dépasse et éjecter la carte en plastique (qui sert à protéger) se fait très facilement. En effet, le port est équipé d’un ressort: on ne tire pas sur la carte SD insérée, on appuye dessus pour l’éjecter. Pour accéder aux fichiers contenus sur la carte, il faut alors remonter à la racine du D2 pour voir un dossier D2 Ext pour “D2 External”.
Si cela n’est pas gênant, on peut regretter qu’il faille remonter à la racine à chaque fois que l’on veut accéder à un fichier contenu sur la carte SD. C’est encore plus étrange quand on voit l’affichage du menu photos symbolisé par de petits dossiers comme sur un ordinateur. L’accès y est beaucoup plus rapide. Enfin, ce n’est pas catastrophique.

Test Video :

data=”http://www.generationmp3.com/bigfiles/OhMyPod/flvplayer.swf?file=http://www.generationmp3.com/bigfiles/Podcast/test-cowon-d2.flv&autoStart=false”> Téléchargez la vidéo au format MP4 (43 Mo) Téléchargez la vidéo au format XviD (74 Mo)
Rappel : Pour vous inscrire directement à nos différents flux Podcast…

Conclusion

Site officiel du Cowon D2 Au final, Cowon réussit un joli coup avec ce D2. J’ai beaucoup apprécié pouvoir visionner quelques séries dans le train en allant travailler. Et c’est là je crois l’attrait principal de ce PMP: profiter facilement d’un peu de temps libre. Mais si il est question d’une utilisation axée sur la vidéo, je ne choisirais pas le D2 en raison de son écran trop petit. Le tactile rend les choses agréables et cela ne gêne en rien la navigation, au contraire. Du point de vue musical, Cowon continue sur sa lancée et la qualité du son n’est plus à faire: c’est très propre et donnera satisfaction à tout le monde. Les fonctions annexes comme la radio, les photos et la lecture de fichiers texte, bien qu’un peu en retrait, restent toutes très opérationnelles et vous permettront de briller en société. Le dictaphone ou l’enregistrement line-in ou de la radio s’avèrent aussi bien étudiés et d’une excellente facture. Points positifs: Finition Autonomie Package complet Qualité audio/vidéo Qualité de l’écran Réglages Points négatifs: Pas d’étui? Prix encore élevé pour cette capacité Ré-encodage des vidéos obligatoire Diagonale de l’écran un peu juste à force Obligation de sortir le lecteur pour accéder aux commandes Mon appréciation : quelque part entre et

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Il n’est pas conseillé de comparer les notes de deux produits différents. Cette note est à titre d’information pour un produit donné dans une gamme bien précise. Nous vous conseillons plutôt de lire attentivement le test dans son intégralité. Laissez ici vos commentaires et feedbacks. _______________________________________________________

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

- Devenir membre

Un trackback



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail