Nous avons actuellement plus de 228 visiteurs connectés sur nos sites (dont 16 sur generationmp3.com - 199 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test et vidéo Philips Gogear SA2825

Mercredi 13 août 2008 à 16:25 | Dans la catégorie Philips
Testé par Guillaume

 

Introduction : Après la bonne surprise du SA5285, on est en droit de penser que Philips peut nous sortir un bon baladeur sur les terres du Shuffle et surtout du Creative zen stone plus. Décliné en 3 versions de 2 à 4go, le Gogear SA2825 que nous allons tester est une version 2go avec radio et surtout la technologie Fullsound. Celle-ci , convaincante sur le baladeur précédemment testé, peut nous faire espérer de bonnes choses, à condition que le firmware soit stable cette fois-ci. C’est l’occasion de vérifier si Philips est également compétitif sur ce secteur de baladeur.

Test Philips Gogear SA2825

 

 

Introduction

 

Après la bonne surprise du SA5285, on est en droit de penser que Philips peut nous sortir un bon baladeur sur les terres du Shuffle et surtout du Creative zen stone plus. Décliné en 3 versions de 2 à 4go, le Gogear SA2825 que nous allons tester est une version 2go avec radio et surtout la technologie Fullsound. Celle-ci , convaincante sur le baladeur précédemment testé, peut nous faire espérer de bonnes choses, à condition que le firmware soit stable cette fois-ci. C’est l’occasion de vérifier si Philips est également compétitif sur ce secteur de baladeur.

 

Spécifications

 

  • Taille : 41*41*15mm
  • Ecran : OLED 128*64 pixels
  • Poids : 29 g
  • Source d’alimentation
    • Batterie : lithium
    • USB pour le rechargement
  • Formats de lecture audio
    • MP3 (jusqu’à 320kbps)
    • WMA (jusqu’à 320kbps)
  • Formats d’enregistrement
    • Voix (via un microphone intégré) : Wav
  • Performances de lecture
    • Rapport Signal/Bruit : > 90dB
    • Séparation des canaux : 35dB
    • Réponse en fréquence : 80Hz ~ 18kHz
    • Puissance de sortie : 2*3mW
  • Connecteurs
    • Sortie casque : jack 3.5mm
    • Port USB 2.0: réceptacle USB mini-B standard

Liens utiles

 

Package

 

 

A la hauteur de la concurrence en terme de quantité, on a ici :

  • Écouteurs : modèle AY3816
  • Câble USB : AY3930
  • Guide
  • Lanière tour de cou
  • Cd d’installation des logiciels

On peut regretter l’absence d’une petite housse de protection ou d’un étui comme celui en silicone du zen stone v2.

 

Galerie photo

 

 

Déballage et description

 

Dans la lignée du shuffle et du zen stone, ce produit est légèrement plus lourd, mais ses dimensions sont sensiblement les mêmes, il est même plus compact que le zen stone plus V2. Le design est très agréable, plus osé que ses concurrents, on aime ou on n’aime pas. Niveau construction c’est assez sérieux, le plastique est relativement solide. Les boutons ont un peu de jeu par contre, à voir sur la durée.

Par contre, sa façade brillante est très sensible aux traces de doigts et aux rayures, elle demandera un soin particulier. La prise en main est bonne, elle demandera un petit temps d’adaptation pour les boutons directionnels, étant donné que ceux-ci sont situés sur la façade, ou plus précisément sont la façade. En effet, celle-ci est cliquable dans toutes les directions, c’est assez judicieux au final. Ça nous rappel un peu le clix d’iriver… La manipulation est plus simple que le zen stone à l’usage, bien que je pense que certains préféreront ce dernier. Néanmoins, la manipulation à une main est plus simple avec le zen, c’est très faisable avec le Philips mais cela va demander de bien le caler.

 

 

Sur la tranche supérieure se trouve le bouton marche/arrêt/validation ainsi que le bouton de retour et la prise jack. Les placements sont ici bien effectués, on voyait mal ces 2 boutons à un autre endroit, quoique le bouton play en façade aurait pu être plus pratique.

La tranche inférieure contient l’encoche du reset (bien pratique chez le SA5285) ainsi que le bouton de verrouillage.

La tranche gauche abrite le bouton d’enregistrement (voix et radio) ainsi que la prise USB et l’encoche pour la sangle. À noter, la prise USB possède une protection, très pratique pour éviter la poussière.

La tranche droite contient le réglage du volume et le micro.

Pas grand chose d’intéressant sur l’arrière, mis à part le nom du modèle.

Le reste du package ne présente pas ici un grand intérêt, car il est réduit au minimum, on peut noter tout de même la lanière tour de cou, je ne suis un fan de ce genre d’objet mais sa conception est correcte et on peut la régler de manière importante.

 

Test vidéo

 

 

Téléchargez la vidéo au format MP4 (31 Mo)
Téléchargez la vidéo au format Avi (27 Mo)

Lien Dailymotion / Lien Youtube

 

Fonctionnalités et utilisation

 

 

On retrouve ici toutes les fonctions que l’on serait en droit d’attendre d’un petit baladeur de ce type, à commencer par la radio. On dispose de plusieurs modes, tous accessibles par le menu principal.

Le démarrage se fait en appuyant pendant une demi-seconde sur le bouton play, il met environ 5 secondes pour cela, un peu plus rapide que le zen stone v1.

L’interface est bien sur très épurée, mais clairement moins que le Creative, on identifie bien la composition du menu, l’utilisation d’un écran de taille double se fait sentir. La navigation est d’ailleurs beaucoup plus réactive et intuitive au final. Contrairement aux firmwares de ses baladeurs vidéos, celui-ci est très stable et plus fluide que le concurrent.

Ce baladeur ne possède par contre pas de petite fonction gadget comme l’heure, la date, le chronomètre, etc… Difficile de considérer ça comme un vrai défaut, mais certains peuvent en prendre compte.

L’essentiel de la navigation se fait avec la façade et la tranche supérieure, son utilisation est rapidement, c’est un vrai atout. Elle permet ici de ne pas encombrer la façade avec des boutons, d’où la taille de l’écran, très bien pensé même si ce n’est pas sans rappeler, encore une fois, le clix d’iriver. On commence par choisir un mode dans le menu principal classé dans cet ordre : musique, radio, micro, navigation dossier, réglages.

L’accès aux réglages par mode se fait malheureusement, mis à part la radio, en revenant dans le menu. C’est heureusement assez rapide, mais on aurait aimé un accès direct. En même temps, les réglages sont relativement peu nombreux.

Son utilisation en plein soleil n’est pas une partie de plaisir, sa façade étant très réfléchissante. Ce n’est pas non plus un grave problème, on peut le placer facilement dans le creux de la main pour éviter cela, les dimensions le permettent. Avec l’usage, on s’aperçoit que l’utilisation du bouton hold est presque indispensable, la façade est presque systématiquement cliquée dans une poche.

 

Mode musique :

 

 

Manifestement un des points forts par rapport à ses concurrents, un comble lorsque l’on connaît ses grands frères. La navigation a le grand avantage de proposer un écran plus grand que les autres. On a déjà vu une navigation entre les albums plus fluides, mais c’est correct et réactif pour un baladeur de cette catégorie. Une fois arrivé dans le mode audio, on a le choix entre la dernière plage lue, le classement par artiste et le classement par album. La gestion des tags ne va pas plus loin, mais c’est déjà ça, on peut en outre choisir vraiment individuellement une chanson. De plus, ce baladeur permet de par sa fonction UMS de choisir les pistes par fichier, mais il faut alors aller dans le mode navigation, utile si certains titres ne possèdent pas d’information.

L’écran n’est pas gigantesque, mais sa taille assure l’essentiel, il permet d’afficher toutes les informations de la piste à l’écran : nom de la piste, album et artiste( en alternance), le temps de lecture et la durée de la piste, le mode de lecture et l’activation ou non du mode fullsound. Les fonctions d’avance et retour rapide sont bien au point, plus agréable que dans les modèles supérieurs de la marque. Ce baladeur n’est malheureusement pas gapless, mais l’arrêt entre les plages est vraiment minime, peut-être 0.2 seconde, mais pas plus.

 

 

Comme dit précédemment, les réglages se font uniquement à partir du menu racine, on doit donc remonter jusqu’à celui-ci pour effectuer un réglage, c’est rapide heureusement. Les réglages ici sont de 2 ordres, le mode de lecture et le mode sonore. Le mode lecture se limite aux traditionnels modes répétition et aléatoire. Concernant les modes sonores, c’est mieux, à commencer par la présence des égaliseurs, au nombre de 7 en comptant le personnalisé. Ce dernier permet un réglage précis par gamme de fréquences. Enfin, on peut utiliser le mode Fullsound, reste à voir si celui-ci est aussi réussi que sur le SA85. On retrouve une limitation de niveau sonore, assez utile même si la puissance sonore de ce baladeur est très limitée.

La compatibilité audio se limite aux formats MP3 et WMA, mais au moins ils fonctionnent parfaitement.

 

Tuner FM :

 

 

Très bon tuner, rien à dire concernant la qualité de réception. La qualité sonore est moins bonne que sur le SA85 et il n’est pas RDS. Heureusement, l’enregistrement est possible, de qualité correcte. Il permet 20 présélections et un mode de recherche assez efficace.

 

Micro :

 

 

Qualité correcte pour ce mode, mais il ne faut pas s’attendre à autre chose qu’un simple enregistrement vocal.

 

Transfert

 

On rappelle que ce baladeur est UMS, un simple copier/coller permet donc de placer ses documents sur baladeur que se soit sur PC, MAC ou Linux. L’USB est au format standard, on peut donc s’en servir parfaitement comme clé USB. Le taux de transfert est autour de 2.0mo/s, on plafonne à 2.5mo/s. Dans la moyenne, à hauteur du zen stone plus V2.

 

Réglages

 

Comme dits précédemment, les réglages du baladeur ne sont pas nombreux, les voici au complet dans ce tableau :

 

 

Qualité sonore

 

La qualité du Fullsound était vraiment convaincante avec le SA5285, mais le SA2825 est-il de la même trempe ?

Bon, on ne va pas y aller pas quatre chemins, ce n’est clairement pas le cas. Tout d’abord, avec le fullsound*désactivé, le son est très faiblard, on sent clairement un manque de dynamisme. On est en dessous du Creative zen stone, c’est évident sur presque tous les points. On ne s’attardera pas plus au mode désactivé. Le mode Fullsound va-t-il encore une fois sauver la mise?

Avec le Fullsound, le son est encore une fois très différent. Pourtant, on est très loin de la qualité du Fullsound de son grand frère. Concrètement, on sent vraiment là que ce n’est qu’un égaliseur parmi d’autres, un peu plus poussé peut-être, mais c’est loin d’être satisfaisant. Dans ce mode, la qualité est meilleure, mais le gain n’est pas tellement probant, on ressent alors un surplus de basses, quasiment inécoutable avec un casque un peu généreux de ce côté.

 

 

D’une manière générale, la qualité est vraiment médiocre, en dessous d’un Samsung S2, qui n’était déjà pas un modèle du genre. Les basses sont mal définies, les aigus mal tenus et les médiums sonnent trop métallique. Le manque de clarté est peut-être le pire point pourtant. Pas glorieux tout ça. À l’heure actuelle, il se rapproche plus du bas de gamme qu’autre chose, si le son n’est pas votre priorité, ce n’est pas trop grave, mais sinon…

Les écouteurs sont ce qu’on peut attendre d’écouteurs livrés, médiocres donc, mais sans défauts majeurs. Inférieurs aux intras du modèle SA52 , néanmoins l’utilisation avec le Fullsound donne un petit plus.

* Définition donnée par Philips : La technologie Fullsound analyse le signal musical et améliore de manière dynamique son spectre de fréquences. Ce système permet de restituer fidèlement les détails audio en musique compressée et ainsi de vous immerger totalement dans votre musique, et cela, sans aucune distorsion.

 

Autonomie

 

L’autonomie est annoncée à hauteur de 20 heures, égale au baladeur zen stone plus V2 donc, c’est un point qui peut être déterminant. Ce test s’est effectué en alternant les écouteurs d’origines avec les shure e4c, en utilisant le mode Fullsound avec le format mp3 à des niveaux de bitrate de 192Kb/s à 320Kb/s.

Bon tout d’abord je ne sais pas si c’est une simple erreur de frappe venant de la marque ou si les testeurs Philips mettent leurs chiffres au pifomètre, toujours est-il que l’on arrive à une autonomie de 28h40, incroyable compte tenu de sa taille, l’autonomie en Fullsound désactivé devrait quant à elle pouvoir dépasser les 30h. Très étrange tout de même, mais les chiffres sont là et c’est plutôt une bonne nouvelle !

 

Conclusion

 

S’opposant de manière frontale à la série Creative Zen Stone, le Philips Gogear SA2825 possède les armes pour lui répondre. Basé sur une ergonomie très bien pensée, il permet une navigation excellente pour un produit de cette taille. À la fois complet et autonome, son firmware est également très stable et réactif. On regrettera un manque de petites fonctions annexes et surtout une qualité sonore franchement médiocre. C’est donc une sérieuse alternative au Zen Stone plus V2 si vous n’êtes pas trop regardant sur le son.

 

Points positifs:

  • Taille/poids
  • Ergonomie
  • Design/Solidité
  • UMS
  • Autonomi

Points négatifs:

  • Qualité sonore
  • Compatibilité audio limitée
  • Pas de RDS
  • Peu de fonctions annexes

Mon appréciation : entre et

 

Laissez ici vos commentaires et questions sur ce test.

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Il n’est pas conseillé de comparer les notes de deux produits différents. Cette note est à titre d’information pour un produit donné dans une gamme bien précise. Nous vous conseillons plutôt de lire attentivement le test dans son intégralité.



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail