Nous avons actuellement plus de 71 visiteurs connectés sur nos sites (dont 20 sur generationmp3.com - 48 sur le forum)

Écrit par
Greg

Test XPress Sandisk Sansa Fuze

Mercredi 12 novembre 2008 à 16:38 | Dans la catégorie Autres marques
Testé par KromaXamorK

 

Introduction : Sandisk est LA marque bien connue pour ses cartes mémoires flash. Depuis l’avènement de ses dernières dans nos lecteurs MP3, en remplacement des disques durs, Sandisk a commencé son incursion dans le monde du baladeur nomade autrement que comme accessoiriste. On a beau être un des ténors de la mémoire, face à des géants spécialisés comme Apple, Sony, Creative et j’en passe, la marque a bien du mal à s’imposer dans ce domaine, avec les sorties successives des séries C2XX et E2XX.[…]

sansa_fuze.jpg


 

MENU :

 

 

INTRODUCTION ET PRESENTATION :

 

 

Sandisk est LA marque bien connue pour ses cartes mémoires flash.

Depuis l’avènement de ses dernières dans nos lecteurs MP3, en remplacement des disques durs, Sandisk a commencé son incursion dans le monde du baladeur nomade autrement que comme accessoiriste.

On a beau être un des ténors de la mémoire, face à des géants spécialisés comme Apple, Sony, Creative et j’en passe, la marque a bien du mal à s’imposer dans ce domaine, avec les sorties successives des séries C2XX et E2XX.

Série E2XX qui se paie même le luxe d’être nommée comme étant un iPod Killer grâce à une qualité globale et des fonctions supplémentaires bien correctes et pratiques.

Face au marketing Apple et son ergonomie légendaire ainsi que des concurrents étant confirmés, bien difficile à la marque de sortir du lot même à des tarifs attractifs.

Quant est-t-il donc de la dernière série de Sansa qui se compose du Sansa Clip, Sansa Fuze et Sansa View??? C’est le Fuze, modèle “intermédiaire” qui passe donc sur le grill.

 

General
* Dimensions : 7,8 x 4,8 x 0,75 cm (H x l x P)
* Interface : Hi-Speed USB 2.0
* Couleurs disponibles : Noir, Rouge, Bleu, Argent ou Noir (8Go)
* Mémoire Flash intégrée : 2,4,8Go
* Slot Mémoire : microSD et microSDHC
Video
* Conversion Vidéo: Sansa Media Converter à télécharger
* Fichiers supportés: mpeg-4 (simple profile) en 224X176 à 20fps/s et 65.000 couleurs, nécessite Sansa Média Converter
Radio
* Tuner type: Digital Radio tuner
* Présélections : 40
Lecteur / Enregistreur
* Formats supportés : MP3, WMA, Audible, WMA(DRM), OGG, FLAC, WAV.
Batterie
* Batterie Type: Li-Polymer
* Autonomie: environ 24 heures en audio / 5 heures pour la vidéo

 

Cable inclus: 1x 30 pin USB vers prise propriétaire
Systèmes compatibles : Microsoft Windows Vista, Microsoft Windows XP, Linux et Mac OS (en mode MSC)
Microphone type: intégré
Ecouteurs, housse, CD-ROM, documentation livrés

 

Disponible en 2, 4 et 8Go, il existe également en 5 coloris (noir, argenté, bleu, rouge et rose) qui selon la capacité et le pays peuvent varier, l’argenté 8Go par exemple n’est pas représenté en France.

Le Sansa Fuze offre pour moins de 119€ TTC, la fonction de lecteur audio (ouf!!!), photo/vidéo, un dictaphone à enregistrement en qualité WAV, une radio FM enregistrable, l’accés et la lecture aux livres audio et podcasts.

Cerise sur le gâteau, il possède un port microSD et microSDHC qui lui permet d’upgrader sa capacité de 16Go voire 32Go théorique (cette carte n’étant pas encore commercialisée) pouvant ainsi atteindre 40Go qui tiennent dans la paume de la main.

Concernant la musique, il est rare de trouver dans cette gamme de prix, des baladeurs proposant une compatibilité avec les 2 types de fichiers prisés des audiophiles à savoir l’OGG et le FLAC (à l’image du Cowon U5 par exemple).

Donc en plus des fichiers MP3, WMA, WMA DRM,WAV lus par le Fuze, vous aurez accès à l’OGG et le FLAC par une mise à jour du micrologiciel (firmware) qui se fait de manière totalement transparente, si il n’est pas déjà installé directement à l’achat du lecteur.

Pour les fonctions photos et vidéos, le Fuze est équipé d’un écran de 1,9″ pour une résolution d’affichage de 224 par 176 pour 20 images/seconde et 65000 couleurs en MPEG 4 et JPG uniquement, autant dire que cette fonction reste anecdotique mais dépanne bien dans un moment d’ennui extrême.

Précision de taille pour ce baladeur et que l’on trouve assez rarement dans les lecteurs actuels, le fait d’être MSC, c’est à dire UMS et reconnu par n’importe quel OS existant comme une unité de stockage et permettant le simple/glisser déposer. A noter qu’il vous faudra quand même avoir des tags à jour car la navigation par fichiers/dossiers n’existe pas sur le Fuze.

 

Vidéo de présentation :

 

 

DEBALLAGE & PACKAGE :

 

 

Au niveau du package il en existe 2, une boite en carton ou le lecteur est visible et une autre non.

On est depuis un moment dans le strict minimum de fonctionnement lors de l’achat d’un baladeur, Sandisk ne déroge pas à la règle : Le lecteur, le câble de transfert qui sert également de rechargement, les écouteurs, le CD d’installation (qui dans l’absolument ne servira pas) et la documentation.

Cependant petite surprise, perdue au milieu de la doc et du CD on trouve un minuscule écrin livré avec le bundle qui sera fort utile dans un premier temps pour ne pas rayer le lecteur.

 

 

DESIGN :

 

Venant de baladeurs à disque dur et dont le lecteur le plus fin que j’ai possédé est un Cowon D2, je reste impressionnée par l’épaisseur très faible du Fuze qui doit être à peine plus épais qu’un Nano 3G. Pourquoi je parle du Nano??? Essentiellement parce que le Fuze reprend à quelques détails près le form-factor de l’iPod.

 


Avec son son petit frère le Sansa Clip.

 

Le dos du Fuze est fait dans une matière caoutchouteuse très agréable au toucher et cette matière est aussi reprise sur la molette et le bouton centrale de la face avant donc rayures et traces de doigts sont très durs à faire.

Il en est autrement de la face avant, qui elle, est dans une matière plastique lisse, brillante et vitrifiée, très jolie au demeurant mais d’une forte attirance pour les désagréments cités plus haut ( à croire qu’ils ont fait exprès d’inverser avec Apple :D)

 


Fuze de dos.

 


Fuze de face.

 

La connexion des écouteurs se fait par le bas-droit du lecteur et acollé à la prise propriètaire, ce qui est un peu embêtant lorsque l’on veut débrancher le câble USB puisqu’il est muni de bloqueurs accessibles uniquement si on débranche le casque.

La tranche gauche inclut le port de la microSD que j’aurais aimé être protégé soit par une fausse carte soit par un “bouchon” afin d’empêcher toutes intrusions de poussières ou autres, le problème ne se pose plus vraiment lorsqu’une carte y réside fréquemment. Tout à côté le micro intégré complète ce côté.

La tranche droite accueille le bouton ON/OFF qui fait office de bouton HOLD suivant la manière dont on le fait coulisser, gros doigts ou pas d’ongles vous pourrez avoir des difficultés à le manipuler car il est très fin.

 


Dessous.

 


Tranche gauche.

 


Tranche droite.

 

On termine avec la face avant qui est donc munie, sur la partie haute, de l’écran LCD et sur la partie basse, de la molette centrale de type “clickwheel” qui quand elle est sollicitée se pare d’un halo bleuté s’illuminant, au centre le bouton désolidarisé de la molette faisant office de touche OK et enfin dans le coin le bouton “Accueil” qui lui reprend la matière de la face avant.

Malgré sa catégorie de prix et de gamme on s’attend à avoir entre les mains un produit plutôt “cheap” et ce n’est pas vraiment le cas et aucune photo ne lui rend vraiment hommage (surtout les miennes :D).

 


Gros plan avant.

 

Les faces avant et arrière sont clipsées de façon assez robuste ce qui permet de ne pas avoir de craquements parasites lorsqu’on appuie sur le lecteur, il reste de…marbre, avantage certain : aucune vis n’est apparente et le lecteur donne une bonne impression de solidité.

Le soucis de la matière avant du Fuze c’est qu’en photo ou sous des néons de magasins et avec des tas de gens qui mettent leurs doigts dessus( théorie des cacahouètes apéro dans les bars) et bien de loin il est vraiment moche et qu’il fait pas solide c’est vraiment un (trop???) bon camouflage. Cependant une chose qui le fait pas du tout et qui est du niveau du cheap, c’est le bouton central, il clique vraiment très fort d’autant que ses voisins sont moins bruyants cela vient ternir le sans-faute qu’il aurait pu avoir.

Notons enfin une dernière chose qui m’avait choquée sur le Nano3G, c’est la prise casque qui n’était qu’un simple trou dans la coque, ici on a bien le contour de la prise elle même (comme sur tous baladeurs en fait), ça peut paraitre insignifiant pour beaucoup mais j’en parle parce que sur le Nano ça m’a presque révulsée ce détail. :D

 


Gros plan prise jack.

 


Bouton HOLD/ON/OFF.

 

INTERFACE & ERGONOMIE :

 

 

Disons le très clairement, de même que son design est bien fini mais loin d’être sexy, pour l’interface et l’ergonomie il en va de même.

La seule chose qui pourrait sortir de l’ordinaire est le menu d’accueil avec ses icônes qui tournent lorsque vous jouez avec la molette, pour le reste c’est du très basique jusqu’aux couleurs un peu pâlottes des thèmes disponibles (rien que le choix d’un thème noir l’aurait rendu bien plus classe).

Concernant l’ergonomie, jusqu’à présent les iPod étaient très bien placés dans ce domaine notamment grâce à leur molette, cette fois ci Sandisk, qui reprend le principe de la “clickwheel”, se permet même de battre la Pomme sur son propre terrain.

C’est un peu grâce à son bouton “maison” qui vous permet de revenir à l’écran principal en un clic (alors que sur l’iPod il en faut plusieurs), de plus sa molette est légèrement crantée et l’interface réagit très rapidement aux sollicitations du doigt, là ou on peut rencontrer des problèmes de latence sur la molette pommée.

Outre cela lorsque vous lisez un fichier musical il vous est possible d’accéder à son égalisation ou sa suppression sans passer par le menu principal (en plus de noter la chanson, de faire une playlist on-the-go, le repeat et le shuffle).

Un utilisateur d’iPod n’aura absolument aucun mal à passer sur un Fuze, c’est quasiment la même chose à 2 détails près, les boutons Menu et Lecture/Pause sont inversés et l’avance et le retour rapide se font normalement par un appui long sur les touches correspondantes (là ou sur l’iPod il fallait appuyer sur le bouton central pour activer la fonction à la molette).

Le volume quant à lui, c’est molette obligatoire.

 

 

Le bouton qui sert à l’allumage est très fin, cela pourra poser problèmes aux gros doigts puisque pour l’allumer ou l’éteindre il faudra le faire glisser vers le haut et à l’extinction le maintenir dans cette position pendant 2 secondes, le hard-reset, lui, pendant 10 secondes.

La fonction HOLD quant à elle sera enclenchée en déplaçant le bouton vers le bas.

Le système de classement du Fuze est uniquement basé sur les tags de vos fichiers et malgré le fait qu’il soit UMS vous n’avez pas accès à un classement par dossier donc il faut bien veiller à ce que vos fichiers soient à jour sinon ça sera le bordel intégral à la navigation même si via l’explorateur tout est bien rangé.

Point interessant, la mémoire interne du Fuze fusionne avec celle de la mémoire de la carte insérée et une icône apparait sur l’interface pour différencier la localisation de votre fichier, de plus le changement de carte peut se faire “à chaud”, la bibliothèque est immédiatement reconstruite à l’insertion sans avoir besoin de redémarrer l’engin.

Elle se reconstruit également d’elle même après de nouveaux transferts lors de sa déconnexion avec votre ordinateur lors d’un redémarrage.

 

 

TRANSFERTS :

 

 

Comme vu plus haut le Fuze est MTP et MSC (UMS), vous aurez donc le choix entre ces 2 protocoles de transfert ou la détection automatique (MTP pour Windows et MSC pour MAC et Linux).

Il n’y a donc dans l’absolu aucun logiciel de transfert concernant la musique ça sera du copier/coller de base ou en mode MTP une synchronisation via des logiciels comme WMP, Winamp, Foobar…etc. Pour la vidéo il faudra par contre passer par le logiciel Sansa Media Converter pour convertir votre vidéo à la bonne résolution et au bon format, il est très simple dans son utilisation, il suffit de sélectionner sa vidéo, de choisir l’emplacement ou vous désirez qu’il soit (Fuze ou Carte) et lancer la conversion.

Grâce à Sansa Firmware Updater (lien téléchargeable) vous pourrez récupérer ce logiciel ainsi que le mode d’emploi PDF mais aussi surtout les upgrades du firmware qui s’installeront d’eux mêmes sur le Fuze après votre accord. (Il faut impérativement être en mode MSC par contre).

Petit piège des modes MSC et MTP si vous utilisez les 2 pour faire vos transferts, les uns n’apparaitront pas si vous êtes sous un autre mode, il semble que l’équipe de Sandisk travaille sur ce sujet ainsi que sur le gapless.

Je n’ai personnellement pas eu l’occasion de vérifier ce fameux piège car je suis en mode MSC et à priori quand vous choississez un mode de transfert vous n’utilisez pas le second. Les taux de transferts et de conversion sont corrects (600Mo en un peu moins de 2 min).

 

AUDIO :

 

 

De base le Sansa Fuze permet de lire les formats MP3, WMA, WMA DRM, WAV c’est vraiment le strict minimum, cependant grâce à une mise à jour du firmware vous aurez également accès aux formats OGG et FLAC prisés des audiophiles.

Pour ce lecteur aucunes fonctions “Enhance”, “SRS WOW”, “Bass Boost” et j’en passe, ne sont présentes, il y a par contre 10 EQ paramétrables et 1 personnalisable, ils sont très différents dans leur rendu et plutôt bien choisis, quand bien même vous aurez également le vôtre.

Les écouteurs fournis sont de type boutons, la forme est assez ergonomique pour des moyennes à grosses oreilles. Au niveau sonore, ils sortent un niveau sonore assez fort mais leur manque d’isolation en milieu bruyant peut facilement vous amenez à augmenter le volume de façon dangereuse.

Je ne reviendrais pas sur la qualité plus que médiocre de ce genre d’écouteurs mais Sandisk propose des packs avec des semi-intras (Skullcandy ou Griffin) qui sont déjà de meilleures qualités, et pour cause, les écouteurs livrés étouffent et voilent le son de manière très importante, les plages de fréquences sont tronquées de manière drastique rendant le tout anémique et avec un dynamisme plus que moyen.

Vu le prix du baladeur n’hésitez surtout pas à changer, le lecteur n’en sera que meilleur et même vraiment meilleur.

 

 

 

Côté son, on va commencer par la sortie jack, c’est une sortie très propre, à savoir que le souffle n’est pas du tout audible, il existe, mais en terme “d’interférences” à l’écoute c’est nul, en vous concentrant bien ça vous indique simplement une différence entre un lecteur éteint ou allumé et il est très difficile voire impossible de le déceler quand vous ne faites pas l’expérience de l’allumage à volume 0, il n’y a donc aucune incidence sur des musiques avec des passages extrêmement calmes même au volume le plus faible.

Au prix proposé, on est sur du très très lourd en terme qualitatif, notamment en EQ plat, le Fuze se permet d’aller titiller le Rio Karma avec un poil de chaleur en plus, combiné à une séparation des instruments et un dynamisme, respectivement, équivalente et meilleur qu’un Classic il lui est, de ce fait, supérieur.

Le Kenwood est le lecteur qui lui tient la dragée haute par un son légèrement plus neutre et sans cette coloration dans les basses que possède le Fuze et de par sa restitution dans les extrêmes aigus sans égal, le Sansa n’en a pas à rougir car à ce niveau et en utilisant des écouteurs sensibles, le Kenwood est sans doute un des baladeurs qui soufflent le plus, là ou le Fuze en est exempt de plus il est suffisamment étendu dans les hautes fréquences pour offrir un son très clair et détaillé.

Il rate de très peu l’excellence en terme de rendu à cause de son équaliseur, qui est paradoxalement, loin d’être mauvais et bien au contraire.

En effet les 10 EQ disponibles sont très bien choisis et ont un rendu excellent ( à part peut être le Pop mais c’est affaire de gout ), au plus haut des réglages il n’y a jamais eu de saturation ou de déformation excessive du son, et pour cause puisqu’on a une baisse “significative” du gain global c’est d’autant plus frappant lorsque vous manipulez le personnalisable. (attention cela dépendra de la sensibilité de vos écouteurs, elle peut passer complètement inaperçue).

Ce léger “défaut” remet de suite un Karma sur les rails à partir du moment ou vous jouez de l’égaliseur et il en va de même, sans doute, avec des lecteurs pourvus d’effets comme iRiver, Cowon ou Sony, si vous les appréciez.

 

 

A noter que selon le casque utilisé et jusqu’à une certaine limite vous avez un réglage du volume en normal ou haut, dans les 2 cas suffisamment fort pour vous faire mal avec des intra-auriculaires mais qui peuvent faire la différence pour des casques avec une impédance supérieure à 32 ohms.

La transition entre les morceaux est très court et même si le lecteur n’est pas (encore) gapless, la coupure (un blanc) est dépourvu de clic sonore et passe quasi inaperçu.

2 détails qui peuvent avoir leur importance :

  • Vous pouvez naviguer et regarder des photos sur votre baladeur (sauf regardez une vidéo) tout en écoutant vos fichiers ou la radio.
  • La connection sur vore PC pour le rechargement ou le transfert coupe automatiquement la musique pas de choix possible ici malheureusement, il est cependant possible d’utiliser le Sansa Fuze pendant son rechargement à la condition d’utiliser un adaptateur USB/secteur de 5V à plus de 500mA ( à moins ou égal à 500mA, vous n’aurez aucune indication de charge et le lecteur passera en mode “connecté”)

 

PHOTO ET VIDEO :

 

 

 

Voilà donc à quoi ressemble le Sansa Media Encoder (récupérable via le Firmware Updater), il existe certainement des logiciels équivalents mais ici tout est paramétré pour être contenu dans le lecteur au bon format à savoir 220*176 et 20 image/sec au format MPEG4 depuis n’importe quels fichiers vidéos et il faudra également passer par le logiciel pour vos photos car un seul format est accepté le JPEG non progressif en 220*176 (résolution théorique maximale pour vos covers également) donc inutile d’y mettre des choses plus grosses ça ne servira que pour le transport de données. L’utilisation en est très simple, vous choisissez la mémoire (FUZE ou µSD) ensuite vous ajoutez vos fichiers et bouton convertir…trop simple. En gros ce que ça donne sur une photo (pour ceux qui se demandent : c’est une totale inconnue prise lors d’un cosplay).

 

 

Vous l’aurez compris les fonctions vidéo et photo sont là de façon anecdotique et pour dépanner, du 20 img/sec, ça a tendance à lagguer un petit peu sur des vidéos rapides donc à réserver aux clips vidéos, c’est la fonction d’un iAudio X5 en un peu mieux.

 

ENREGISTREMENTS ET RADIO:

 

 

Le Fuze possède une fonction radio disposant de 40 présélections, la qualité de réception est très sensible puisqu’il arrive à capter la station des Autoroutes de chez moi, là ou aucun de mes tuners n’y arrivent (même pas celui de ma voiture à moins d’être proche d’une autoroute).

Petite déception concernant la recherche des stations, j’aurais aimé qu’elle se fasse en tournant la molette, il faut en fait cliquer sur les boutons gauche ou droite pour la recherche ou le scan.

Un scan et un enregistrement automatiques des stations sont disponibles et la navigation dans vos présélections se fait en appuyant sur le bouton central donc aucun moyen de revenir en arrière à moins de visualiser toutes vos présélections classées par ordre de fréquences et non de préférences, l’utilisation en devient peu ergonomique.

Dans le menu radio vous pouvez directement enregistrer la radio que vous écoutez, tout comme depuis le menu dictaphone vous pouvez, au choix, avoir l’enregistrement voix ou radio.

Ces enregistrements seront faits automatiquement au format WAV, pour ce qui concerne le micro intégré c’est très bon pour peu que le lecteur soit près de la source à enregistrer, les bruits parasites ou plus éloignés sont bien atténués ce qui peut être un handicap si votre source est plus loin qu’un brouhaha ambiant.

Peu de choses à dire ici il aurait été judicieux ici de pouvoir choisir un autre format d’enregistrement (notamment pour la radio qui ne nécessite pas du lossless par exemple)

 

EXTRAS :

 

Ca va être court, seule une horloge est disponible et placée sur l’écran principal de la lecture en cours (fichiers ou radio), c’est tout. :D

 

AUTONOMIE :

 

Annoncé 24h en audio le FUZE a tenu un peu moins de 26h30 sur un MP3 128 VBR en repeat donc pari gagné à noter qu’en FLAC niveau 5 en mode aléatoire le volume réglé au milieu de potentiomètre, il comptabilise un peu plus de 19h30.

 

CONCLUSION :

 

 

Bien que présenté comme un iPod Killer, notamment le Nano 3G, c’est un appareil qui se trouve, dans l’absolu, de par ses fonctions, son ergonomie et son rendu, bien meilleur, il ne lui manque plus que le côté sexy mais on ne peut pas tout avoir surtout à un prix bien plus bas.

Ses véritables concurrents directs sont surtout les Creative Zen et Zen X-FI dans l’ordre de prix considéré et des fonctions apportés, la différence se fera par rapport à une demande bien spécifique sur certaines fonctions (format de cartes supportés, reconnaissance de la mémoire par le lecteur, vidéo, format d’enregistrement, formats des fichiers, design…).

Notez ici que même par rapport à des lecteurs de gamme supérieure, le son du Sansa Fuze est un modèle du genre et peut même faire la différence pour les plus exigeants à l’image son petit frère le Sansa Clip, globalement c’est un excellent baladeur audio, un design plus sexy et une interface plus actuelle aurait pu le faire entrer en concurrence avec des modèles plus haut de gamme chez Samsung, Sony, Cowon ou iRiver. Reste à espérer que Sandisk perdure dans cette voie…

 

Points positifs :

  • + Ergonomie de type clickwheel
  • + Slot micro SDHC
  • + Excellente qualité sonore et format FLAC et OGG pris en charge
  • + Microphone et tuner FM
  • + UMS + Update du firmware simple et support fréquent


Points négatifs :

  • - Pas de double navigation par dossier
  • - Bouton central bruyant
  • - Interface monotone
  • - Baisse du gain lors de l’utilisation de l’égaliseur
  • - Port propriétaire

 

Laissez ici vos commentaires et questions sur ce test.

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Il n’est pas conseillé de comparer les notes de deux produits différents. Cette note est à titre d’information pour un produit donné dans une gamme bien précise. Nous vous conseillons plutôt de lire attentivement le test dans son intégralité.



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail