Nous avons actuellement plus de 251 visiteurs connectés sur nos sites (dont 11 sur generationmp3.com - 240 sur le forum)

Écrit par
iMike

Test du Sony NWZ-X1050

Jeudi 4 juin 2009 à 17:27 | Dans la catégorie Sony
Testé par Ghyz

 

Introduction : Réponse de Sony à l’iPod Touch, au Samsung P3 et dans une moindre mesure au S9 de Cowon, le NW-X 1000 est le nouveau porte étendard de la marque sur le marché des lecteurs mp3. Annoncé à grand renfort de meetings et autres évènements, Sony nous promet une expérience inédite pour ce lecteur tactile. Notre jugement.

sony_walkman_nwx_x1000_1.jpg.jpeg

 

Sony NW-X 1050

title.jpg.jpeg

 

Menu du test du Sony NW-X 1050 :

 

 

1- Introduction

 

Réponse de Sony à l’iPod Touch, au Samsung P3 et dans une moindre mesure au S9 de Cowon, le NW-X 1000 est le nouveau porte étendard de la marque sur le marché des lecteurs MP3. Annoncé à grand renfort de meetings et autres évènements, Sony nous promet une expérience inédite pour ce lecteur tactile. Notre jugement.

 

2- Caractéristiques techniques

     

  • OLED (Organic Light Emitting Diode) 3’’ (Résolution de 432×240 pixels)
  • 16Go (NW-X 1050) ou 32Go (NW-X 1060) de mémoire interne
  • NW-X 1050 à 279€; NW-X 1060 à 379€
  • Wifi b/g
  • DSEE
  • TUNER FM
  • Noise Cancelling
  • Port WM (port propriétaire de Sony)
  • Batterie Lithium-ion
  • 33 heures d’autonomie annoncée en lecture audio

 

Formats pris en charge

 

  • Formats vidéos : AVC (H.264/AVC) / MPEG-4 / WMV9
  • Formats audio : Audio MP3 / WMA (DRM)/Linear PCM / AAC, HE-AAC
  • Formats images : JPEG

 

3- Galerie de photos

 

 

4- Packaging

 

Le lecteur nous a été confié dans un petit emballage cartonné. On ne peut pas vous dire de quoi sera fait le pack, mais il comprendra a minima en sus du lecteur, le câble port WM to USB, les écouteurs 13,5 mm EX de Sony et un support en plastique afin de poser le lecteur à la verticale sur le dessus de votre cheminée.

 

5- Description

 

Finition : verre minéral pour l’écran, plastique mat sur la tranche et plastique vitrifié de bonne qualité à l’arrière de l’appareil. Tout est bien en place. Pas de jeu entre les matériaux. L’écran paraît solide : rien à dire, c’est irréprochable.

 

DSC_1314.JPG
DSC_1312.JPG
DSC_1322.JPG

Esthétiquement : l’aspect monolithique du lecteur, le plastique aux motifs granitiques sur la tranche ainsi que l’écran parsemé de discrètes paillettes donnent une empreinte très minérale à l’objet. On a un peu l’impression de manipuler une dalle de marbre noir. Elégant et distingué.

 

Les traces de doigts demeurent visibles sur l’écran et dans une moindre mesure sur la face arrière.

 

DSC_1325.JPG
DSC_1323.JPG
DSC_1324.JPG

6- Ergonomie, Interface et Utilisation

 

A propos de son ergonomie/prise en main : l’appareil tient dans une main, même petite.

DSC_1348.JPG
DSC_1350.JPG

 

Il est léger et grâce au plastique granuleux de la tranche ne risque pas de vous échapper comme le ferait une savonnette ou un téléphone qui joue le rôle de lecteur MP3 et qui finit par 3G par exemple. Toutes les touches de contrôle sont accessibles avec la main de préhension. Inutile de lâcher ce que vous avez dans la main droite pour procéder à la manipulation tandis que d’une main gauche passive, vous tiendriez le lecteur. Petit coup de génie de Sony qui sonne comme l’évidence, les contrôles principaux « précédent », « play/pause », et « suivant » sont situés sur la tranche supérieure de l’appareil. C’est fonctionnel aussi longtemps que vous bénéficiez d’un jack droit, ça l’est moins si la prise jack de votre casque est coudée.

 

DSC_1320.JPG
DSC_1309.JPG

 

Le bouton « Hold » est situé à proximité des trois susmentionnés, rendant toute manipulation en aveugle possible. Nous aurions rajouté un quatrième bouton paramétrable (juste à côté des trois en place sur la tranche supérieure) pour passer, par exemple, au dossier suivant à la façon d’un Zen Stone mais c’est déjà très satisfaisant ainsi. Dans un jean, le parti pris ergonomique est efficace et le bouton «Hold» est accessible pour aisément débloquer le lecteur.

Les boutons de volume sont sur la tranche droite, le bouton d’activation/désactivation de la fonction noise cancelling est située juste en dessous. Là encore, ça tombe comme par enchantement sous les doigts.

Un mini bémol toutefois, l’espace qui sépare la touche « précédent » de la prise jack est restreint : peu pratique pour accéder à cette touche lorsqu’un casque y est enfiché, si vous avez de gros doigts, vous risquez de vous y prendre à plusieurs fois.

Concernant la navigation dans les menus/interface, nous pensions manipuler une version finale, mais selon Sony France, le firmware testé nécessitait encore quelques corrections avant la sortie nationale du lecteur. Nous vous livrons nos impressions sur la base de ce que nous avons pu tester.

L’écran d’accueil accessible via le bouton « home » situé sur la face avant du lecteur vous invitera traditionnellement à sélectionner l’une des neuf icônes du menu. Les icônes sont sobres, voire austères. Des widgets plus coquets seraient franchement bienvenus.

 

DSC_1327.JPG

 

Il y aura au choix : du web, de la FM, du YouTube, des photos, de la musique évidemment, de la vidéo, une icône de paramètres, une autre pour les podcasts, et la dernière réservée au noise cancelling (cette dernière icône permettrait, semble-t-il, de bénéficier de la fonction en procédant à la lecture d’un fichier depuis un autre lecteur tout en utilisant le PMP de Sony en tant que support intermédiaire chargé de la seule tâche d’atténuer le son au moyen de son dispositif antibruit).

Dans le menu musique, celui qui nous intéresse le plus, vous êtes accueilli par quatre petites icônes au bas de l’écran. De gauche à droite, un premier menu qui déroule les chansons disponibles puis un menu de recherche (par tag : album/artiste/genre/année ou par dossier), encore une autre icône permettant de rechercher sur YouTube le clip en rapport avec la chanson diffusée et enfin une icône de paramètres d’écoute. Certains sites ont fait part de difficultés rencontrées lors de l’affichage des pochettes. En ce qui nous concerne, nous n’avons pas rencontré ce souci. Nous avons sélectionné une trentaine d’artistes en MP3 et en AAC avec des tags convenablement insérés sans rencontrer aucun problème lors de l’affichage. Avons-nous eu de la chance ? Nous ne manquerons pas d’intégrer dans le test les évolutions du firmware.

DSC_1332.JPG
DSC_1333.JPG
DSC_1354.JPG

 

Sujet de satisfaction : la réaction de l’écran est bonne mais elle est malgré tout encore améliorable. Il faut le toucher et non l’effleurer. Avec vos doigts uniquement, avec un stylet, vous y serez encore demain (écran capacitif). Pas d’accéléromètre, ni de fonction « haptic ». Pas de chichi, pas de froufrou, le parti pris de Sony est clair, on affuble notre lecteur du minimum parce que ce n’est pas un gadget. Les férus de fonctions en tout genre n’en auront pas pour leur argent.

Au chapitre des désagréments : avec le firmware actuel, la navigation est correcte, sans plus, c’est parfois un peu confus. Nous en attendions davantage de la part de Sony. La réactivité globale du lecteur est certes plus qu’honorable mais il existe malgré tout un temps non négligeable de calcul de l’affichage des pochettes d’album, lorsque vous procédez pour la première fois à une recherche via le « cover flow » d’une liste d’albums que vous venez de déposer sur le lecteur. Idem pour l’affichage du nom des chansons, si bien qu’il arrive que le nom des chansons ne soit pas affiché tout de suite lorsque vous vous baladez dans les menus.

 

DSC_1366.JPG
DSC_1355.JPG
DSC_1356.JPG

 

Le design des menus est relativement banal, à la limite du spartiate. L’affichage des différentes animations (notamment l’affichage des pochettes d’album) est un peu saccadé. Prosaïquement, le voisin du métro qui jettera un furtif coup d’œil à votre écran sera plus attiré par le design de l’objet que par des menus pas très exaltants.

Autre moment de crispation, lorsque vous souhaitez revenir à la chanson précédente, c’est parfois assez compliqué. C’est sans doute un coup à prendre mais au bout de quatre jours de manipulation, il nous arrive toujours de buter sur la manœuvre.

En résumé, pas spécialement intuitif mais davantage qu’un Samsung P3 d’après notre rapide test à la FNAC du coin pendant 20 minutes. L’ergonomie du NW-X 1000 n’est pas redoutable, Sony a déjà fait mieux mais certains font largement pire. Mention AB in extremis, on va dire.

Dernier désagrément concernant l’agrément de lecture des fichiers : à l’instar des iAudio S9 et Samsung P3, le lecteur n’est toujours pas gapless en MP3/AAC. Il semblerait toutefois que cette fonction soit disponible avec la lecture de fichier ATRAC donc réservés uniquement aux NW-X 1000 embarquant un firmware japonais.

 

7- Qualité sonore

 

 

Une remarque d’entrée de jeu : ça souffle. Tempérament : un peu, mais avec des Um2, c’est audible. C’est pas le vent du nord, ce n’est pas infernal, mais inopportun pour un lecteur de cette ambition. Sony nous a fait savoir que de nombreux problèmes seront corrigés à l’occasion de nouvelles versions de firmware, reste à savoir si notre critique sera suivie d’effets. Hormis cela, le son est bon, voire excellent. Sur un Esw-9, c’est un authentique plaisir. C’est assez chaleureux (mention spéciale aux basses), précis et dynamique. En terme qualitatif, c’est très proche d’un X5, le souffle en plus sur des intras sensibles, malheureusement. Le test a été réalisé avec tous les styles de musique. Le walkman ne montre aucune déficience/apathie dans aucun genre particulier. C’est aussi bon sur du rockabilly que sur de la musique de chambre.

Sony a pensé a nos oreilles de geek en nous réservant la possibilité d’agrémenter notre écoute avec un EQ, des effets psycho-acoustiques, avec un casque de qualité et un système de noice cancelling (isolation active).

Dans le menu EQ vous trouverez, sans forcément y porter trop d’intérêt, les très marketing VPT de chez Sony qui sont des conditions d’écoute censées reconstituer l’acoustique de différents lieux tels qu’une discothèque, une arène, un opéra ou celui d’un bar à karaoké… Plutôt dispensable en fonction de votre degré d’exigence audiophile. Plus intéressants pour nos tympans scrupuleux, les EQ Jazz/rock/etc. ainsi que 2 EQ à 5 bandes personnalisables et enregistrables avec la possibilité en outre de modifier l’impact des basses à l’instar d’un « dynamic bass boost ». Bien foutu, ça se manipule à peu près correctement à coups de gros doigts boudinés. Ce n’est pas aussi paramétrable que sur un Cowon X5 par exemple mais ça a le mérite d’exister et d’être bien satisfaisant malgré tout.

Vous pourrez modifier le son via des effets psycho acoustiques du type de ceux que l’on peut retrouver sur un S9 avec le système BBE+ ou sur un P3 via les DNSe. Chez Sony, ça porte le nom coquet de DSEE pour Digital Sound Enhancement Engine. Résultat ? Un son transformé de manière conséquente et intéressante. Pas désagréable, ces effets sont assez ludiques et permettront le cas échéant de modifier votre sensation d’écoute via notamment l’équivalent d’un effet « clarity ». Là encore, on apprécie. Aucune idée de leur qualité par rapport à ceux du S9.

DSC_1358.JPG

 

Quid du casque du casque fourni en bundle et du système de noise cancelling (NC) ?

Sony fournit une paire de 13.5 mm EX, très bon pour un casque stock. Il sera, en outre, le seul casque vous permettant de bénéficier du système de NC de Sony. Comment se comporte cette dernière fonction ? Utilisé au maximum de sa puissance (vous disposez d’un variateur dans le menu « paramètres »), le procédé est efficace. Et pas qu’un peu. Le dispositif reste opérant dans de nombreux cas de figures pour atténuer le bruit ambiant. Le test a par exemple été réalisé dans la rue, où le moteur d’un bus tournait à plein régime : le volume assez désagréable en l’absence du dispositif devenait un fond sonore toujours audible mais désormais tout à fait tolérable une fois le système en marche. Un autre test a été réalisé dans le métro avec des résultats cette fois un peu en dessous de ceux obtenus auparavant dans la rue mais convaincants malgré tout. Nous n’avons pu tester de quelle manière son activation se répercutait sur l’autonomie.

Faut-il pour autant se débarrasser de ses PL30 ? Et bien les EX ont peu de dispositions naturelles à l’isolation, pourtant avec le NC enclenché, les Sound Magic sont dans les choux. Pour le reste, la différence de signature est notable. Les Sound Magic sont plus claires et moins portées sur les basses. Les 13.5 mm Ex sont plus basseux, un poil plus brouillons peut-être (quoique) mais restent, malgré cela, très agréables. L’absence de NC avec les PL30 nous semble rédhibitoire. Le système conçu par Sony fonctionne si bien qu’il serait dommage de s’en passer au profit d’un gain qualitatif à notre sens, très relatif.

En comparaison des Um2 avec de simples mousses, ça donne quoi ? Et bien, de prime abord, la réponse est flatteuse pour le NC de Sony. La technique d’atténuation du son donne des résultats à peu près identiques à la technique de l’isolation passive en terme de niveau sonore. Les UM2 fonctionnent comme des boules Quiès© (sans discrimination de fréquence) tandis que l’atténuateur de volume de Sony n’est efficace qu’à l’égard de certains bruits seulement. C’est efficace (dans le cas de sons continus comme le ronronnement d’un moteur de bus) mais les hautes fréquences semblent un peu moins concernées par l’atténuation.

Critique récurrente dans l’utilisation d’un système de NC, la confrontation avec les Um2 a révélé une sensation perceptible une fois le dispositif enclenché. Une sorte de pression (limitée) s’exerce à l’endroit de nos tympans et le confort d’écoute est légèrement atténué. C’est peu évident lorsque vous écoutez de la musique à tue-tête, ça l’est davantage lorsque vous écoutez de la musique calme ou que vous coupez le son pour apprécier l’efficacité de l’appareil (ou pour dormir dans un avion par exemple). C’est sans doute une remarque de geek scrupuleusement minutieuse qui teste le matériel dans des situations incongrues reste qu’en dépit de cela, il nous est arrivé de couper le NC après avoir ressenti une gêne (relative) en forme de discret sifflement à la longue. C’est modéré et anecdotique au regard des avantages procurés par le système mais cela reste remarquable.

8- Radio FM

La qualité de réception est très bonne. Nous avons eu l’occasion de prendre en défaut un iAudio X5 et même un Zen V plus qui jusqu’ici était une sorte de référence dans le domaine. La recherche des stations est assez agréable, moins laborieuse en tout cas que sur les deux appareils précités. La FM n’est pas enregistrable.

 

9- Visionneuse photos

 

 

Fonction désormais classique, elle fonctionne avec du jpeg uniquement. Les photos s’affichent à peu près rapidement, sans zèle non plus, on va dire que c’est pas instantané. Pas de raw évidemment, dans ces conditions ce n’est pas forcément un mal.

10 - Vidéo

 

L’écran OLED de 3 pouces est bon. Couleurs chaudes et vives, résolution (432 x 240) très satisfaisante. Pas d’accéléromètre, ni de menu de sélection, la lecture se fait automatiquement en mode paysage. La taille de l’écran en restreint selon nous l’usage à regarder l’une ou l’autre série d’une demi heure maximum, pour un film c’est encore un peu limite. A la différence de ses principaux concurrents, il faudra passer par la case réencodage. C’est dommage, puisque même si cette feature affecte considérablement l’autonomie, elle est aussi gage de confort pour qui ne souhaite pas procéder à un réencodage contraignant et chronophage.

DSC_1359.JPG
DSC_1362.JPG

 

11- Fonctions Web

 

 

Argument marketing, le lecteur dispose d’un module wifi b/g. Notre curiosité aiguisée, nous nous demandions si le lecteur allait fournir une réponse convaincante à ceux qui souhaitaient aller sur le web avec un autre lecteur/terminal/tablette MP3 qu’un archos 5 ou un iPod touch. L’accès se fait via le navigateur Acces. C’est rudimentaire et ça ressemble quasiment trait pour trait à ce que vous pouviez obtenir sur les premiers téléphones portables Sony-Ericsson. Taper une URL complète avec l’équivalent d’un clavier de portable (3/4 lettres sur la même touche façon SMS) relève de la gageure. On est en droit de se poser quelques questions sur l’opportunité d’intégrer un module wifi b/g pour obtenir ce type de navigation et permettre un simple accès à Youtube. Ça a le mérite d’être là, ça a l’inconvénient certain de faire monter la note en caisse.

 

12- Connexion/Charge

 

Le lecteur est UMS/MTP. Pas de playlist à la volée. Si vous en voulez une, il faudra passer par un logiciel (Sonic Stage 5.1). La charge nous semble en revanche très rapide. Elle se fera via un connecteur propriétaire (Port WM).

 

  • Temps d’allumage : Vitesse d’allumage : 2 sec
  • Extinction/Power off : Pause + Bouton hold + 5 sec

13- Autonomie

 

L’autonomie annoncée est de plus de trente heures. Nous n’avons pas eu l’occasion de mettre en doute l’assertion du constructeur.

 

14- Conclusion

 

 

Le lecteur de Sony est un bon choix. Il est beau, très bien construit, il reste (selon un rapide test) plus facile à prendre en main que ses concurrents directs. L’écran est beau et réactif. Le son est excellent, à condition de ne pas posséder d’écouteurs intra auriculaires sensibles qui mettront en exergue un souffle modéré (ce qui pourrait faire l’objet d’une correction par le biais d’un firmware ultérieur). La qualité de réception FM est meilleure que celle du X5 (ou encore du Zen V Plus pourtant une référence dans le domaine). De nombreuses qualités qui en font donc un choix judicieux. Néanmoins, son prix prohibitif nous permettra d’insister sur des défauts mineurs mais avérés (ergonomie de navigation, menus austères, navigation web anecdotique) ou l’absence de features présentes chez les concurrents (absence de fichiers FLAC/APE pour un lecteur de grande capacité qui se veut orienté audio, réencodage obligatoire des vidéos) qui pris isolément peuvent paraître plus ou moins négligeables mais qui mis bout à bout achèvent de nous faire penser que le lecteur aurait pu être meilleur. Nous avons un peu la sensation d’être passé à côté du lecteur des lecteurs. C‘est vraiment bon mais ça aurait pu être excellent, d’où une très légère amertume de notre part.

DSC_1347.JPG

 

 

15- + / -

 

 

Qualités

 

 

  • Esthétique
  • Finition
  • Prise en main (physique) du lecteur
  • Qualité sonore (avec un casque)
  • EQ performant
  • Noise cancelling efficace
  • UMS/MTP
  • Réception FM performante
  • Recharge rapide

 

Défauts

 

 

  • Souffle avec des écouteurs sensibles
  • Les formats Flac et Ape ne sont pas pris en compte
  • Tuner non enregistrable
  • Réencodage obligatoire des vidéos
  • Ergonomie perfectible, on attendait un peu plus de la part de Sony
  • Navigation web rudimentaire
  • Noise cancelling disponible avec les seuls écouteurs fournis dans le pack.
  • Port propriétaire (Port WM)
  • Non gapless

 

 

Notre appréciation

 

IPB Image

 

Vos commentaires sur ce test ICI



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail