Nous avons actuellement plus de 178 visiteurs connectés sur nos sites (dont 11 sur generationmp3.com - 164 sur le forum)

Écrit par
iMike

Test du Zune HD (Microsoft)

Vendredi 2 octobre 2009 à 18:00 | Dans la catégorie Autres marques

 

Introduction : Si les premières gammes du Zune pêchaient par certains côtés face à la concurrence, le travail réalisé sur l’interface et la mise en place de services dédiés ont permis au Zune de faire entendre une petite musique singulière, même si le succès public (et parfois critique) n’a pas été au rendez-vous. Heureusement, Microsoft a les poches profondes et peut se permettre d’entretenir une danseuse… et la dernière en date, le Zune HD, est particulièrement ravissante.

zune.jpg

::: Zune HD :::

 

Image IPB

Menu:

 

Image IPB

 


INTRODUCTION :

 

Microsoft a les poches pleines et n’hésite pas à user de son porte-monnaie bien garni pour s’offrir des exclusivités comme certains jeux pour la XBox 360, ou maintenir à flot une division déficitaire comme celle du Zune. Mais en ce qui concerne cette dernière, Redmond a eu l’intelligence de donner un peu de liberté aux concepteurs et développeurs de ses baladeurs. Si les premières gammes du Zune pêchaient par certains côtés face à la concurrence, le travail réalisé sur l’interface et la mise en place de services dédiés ont permis au Zune de faire entendre une petite musique singulière, même si le succès public (et parfois critique) n’a pas été au rendez-vous. Heureusement, Microsoft a les poches profondes et peut se permettre d’entretenir une danseuse.

Le Zune HD est d’une toute autre ampleur que le Zune tout court. Il intègre des technologies et des services qui propulsent le baladeur tout en haut de la chaîne alimentaire des appareils de son genre et peut désormais aisément prétendre au titre de challenger le plus sérieux et le plus abouti de l’iPod touch. Mais avant de conclure trop hâtivement, il vous faudra parcourir notre test !

 


LE ZUNE HD EN IMAGES

 

Note : étant donné le nombre de vidéos de ce test, nous avons préféré qu’elles soient placées avec les fonctions qu’elles illustrent.

 


DESIGN ET PRISE EN MAIN

 

Contenu du paquet :

 

 

La boîte, petite, n’en est pas moins élégante. Elle se dévoile en retirant le haut et laisse apparaitre le Zune dans toute sa splendeur virginale. Pour le reste, ça va aller vite car le packaging est réduit à sa plus simple expression : une paire d’écouteurs, un câble USB, et les habituelles paperasses à vocation commerciales et/ou informatives.

Image IPB

 

Prise en main :

 

Le Zune HD est un bel appareil, qui respire la qualité de fabrication et de finition. Autant les précédents Zune pouvaient laisser une impression de jouet en plastique, autant le Zune HD sonne professionnel, avec son écran surmonté d’une plaque de verre, le dos en aluminium et les tranches en métal. Le tout est solidement enchâssé grâce à quatre vis visibles au dos, une faute de goût pour certains.

 

 

Au niveau des boutons disponibles, on va faire vite : il n’y en a que trois. Un bouton on/off sur la tranche supérieure (qui permet de mettre en veille), un bouton «Home» sous l’écran, et sur la tranche un troisième bouton qui contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne permet pas de piloter le volume mais affiche la molette de commandes virtuelle dont on parle dans un prochain paragraphe. Les sorties sont aussi réduites à la portion congrue : une sortie jack 3,5 mm standard, et le port connecteur.

 

Image IPB

 

Image IPB

 

La conception générale du baladeur est frappée au sceau de la qualité. Les équipes de Microsoft ont réalisé là une belle pièce de matériel qu’on aura plaisir à manipuler.

 

Image IPB

 

Image IPB

 

À ce propos, la prise en main du Zune HD est immédiate et intuitive, et pour cause : tout se passe ou presque sur l’écran tactile. Le bouton d’accueil tombe aisément sous le doigt, on sera plus circonspect sur le bouton de commande, que les gros doigts jugeront un poil trop fin. L’appareil est très léger (74 grammes) et se laisse facilement oublier dans une poche.

 


CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

 

Le Zune HD permet d’embarquer des fichiers audio, vidéo et photo.

 

Audio :

  • WMA (jusqu’à 384 Kbps)
  • WMA Pro (jusqu’à 768 Kbps)
  • WMA Lossless (jusqu’à 768 Kbps)
  • AAC-LC (MP4, M4A, M4B, jusqu’à 320 Kbps)
  • MP3 (jusqu’à 320 Kbps)

 

Les fichiers iTunes Plus achetés sur l’iTunes Store seront compatibles avec le Zune HD… Mais pas les morceaux WMA protégés par des DRM ! C’est une décision incompréhensible pour les partenaires de Microsoft qui distribue de la musique sous WMA DRM, et ne parlons pas des consommateurs qui se font ainsi flouer.

 

Vidéo :

 

  • WMV (720 x 480 pixels)
  • MPEG4 (720 x 480 pixels)
  • h.264 (720 x 480 pixels)
  • DVR-MS (format des vidéos enregistrées sous Windows Media Player)

Comme de nombreux autres congénères, le Zune ne saura quoi faire des fichiers DivX ou des conteneurs MKV.

 

Photo :

  • JPEG (et c’est tout)

Le Zune HD est disponible en deux versions : 16 et 32 Go, proposées à respectivement 219 et 289$ (soit 150 et 200 euros environ). Si l’on compare avec l’iPod touch, le concurrent visé par Microsoft, le Zune 32 Go est positionné un peu moins cher que le touch de même capacité (299$). Apple ne propose plus qu’un iPod touch 8 Go à 199$.

L’écran OLED de l’appareil est d’une résolution de 480 x 272 et mesure 3,3 pouces. Il est multi-points et capacitif. Le Zune HD est le premier PMP à intégrer une puce Tegra APX 2600, solution «System On a Chip» de Nvidia bâtie autour d’un processeur MPCore ARM11 cadencé à 600 Mhz et d’un GPU Geforce. Espérons que tout cela l’aidera à faire rouler des jeux complexes bourrés de polygones.

 


ZUNE SOFTWARE

 

Le Zune HD n’est pas qu’une histoire de matériel, loin de là. C’est aussi et surtout une histoire logicielle, car sans son application compagnon, le Zune ne serait rien d’autre qu’une brique de luxe.

 

Image IPB

 

Télécharger la mise à jour 4.0 du Zune Software, disponible en même temps que le lancement du baladeur, est d’ailleurs la première chose à faire avant même d’espérer pouvoir jouer avec sa nouvelle acquisition, car sorti de sa boîte, le Zune HD a besoin d’une mise à jour. Il faudra donc le brancher sur le PC et lancer le processus…

 

Image IPB

 

Le logiciel compagnon est en quelque sorte l’iTunes et l’iTunes Store du Zune HD. Non seulement on pourra y gérer sa collection de musique, de vidéos, d’images, etc., mais encore sera t-il possible d’y faire ses emplettes. Il est très recommandé (pour un résident américain) de succomber aux charmes du Zune Pass, une offre à 14,95$ par mois qui permet d’écouter et de regarder tous les contenus proposés en ligne, aussi bien sur son PC que sur le baladeur… Pour les pauvres hères que nous sommes, ça a bien entendu moins d’intérêt, mais le logiciel, qu’on pourra utiliser par ailleurs sans Zune, se révèle efficace et d’une ergonomie à mille lieux de ce que nous a habitué Microsoft : à adopter donc !

 

Image IPB

 

On pourra préparer un CD à la gravure, créer des listes de lecture, mais surtout synchroniser son Zune. Pour ce faire, on pourra choisir de glisser les contenus sur l’icône du baladeur, de synchroniser tout le contenu de sa bibliothèque (attention, 16 ou 32 Go, ça se remplit vite !), ou encore d’utiliser une fonction de synchro par groupes, permettant de ne mettre à jour que les dossiers d’artistes (ou de vidéos, ou de podcasts) qui vous intéressent.

 

Image IPB

 

Parmi les options que je n’ai pas pu tester, on notera d’intéressantes préférences concernant l’XBox 360, dont on pourra partager les contenus avec le Zune… en attendant que le baladeur puisse se montrer utile sur le XNA ?

Évidemment, il est fortement conseillé de se créer un profil afin de le lier au baladeur. Pas besoin de sortir la carte de crédit ou autres données compromettantes, n’importe qui peut acheter un Zune en vacances pendant ses vacances aux États-Unis et l’utiliser dans son pays d’origine. Sachez simplement que le Zune Software n’est pas (encore) localisé en français, alors que toute l’interface du baladeur l’est, sans doute en prévision d’une sortie prochaine au Canada.

 

 

Le Zune Software est compatible Windows XP, Vista et 7. Malheureusement, il ne l’est pas avec Mac OS X, et on comprend mal cet ostracisme envers la plateforme Apple : après tout, l’iPod et iTunes sont bien compatibles Windows, non ?

 


AU BOUT DES DOIGTS

 

Microsoft a su sortir du canon standard imposé par Apple avec l’iPod, et ce dès le lancement du tout premier Zune. L’interface de la version HD reprend certaines des excellentes idées déjà développées par Redmond, tout en les approfondissant.

 

Quickplay :

 

Cette nouveauté est une sorte de page d’accueil qui recense l’historique des derniers fichiers ouverts, le fichier en pause, les derniers ajouts ainsi que les fichiers que l’utilisateur souhaite avoir toujours sous la main.

 

 

Ces fichiers peuvent être de toute nature : musique évidemment, mais également vidéos, podcasts, images ou applications ! Cette sorte de page «Today» est une excellente idée à creuser davantage : on pourrait imaginer qu’elle affiche la météo, les mails reçus (le jour où on disposera d’un client e-mail pour le Zune), les rendez-vous du jour, etc.

 

Image IPB

 

On passera au menu général d’un mouvement de doigt qui rappelle le passage d’une page à une autre.

 

Interface :

 

Contrairement aux précédents modèles du Zune, Microsoft a abandonné la molette pour un écran tactile capacitif et multipoints. Il a donc fallu plancher sur une interface qui prenne en compte cette nouvelle façon d’interagir avec l’utilisateur. Et tous ceux qui se sont habitués à une ergonomie façon iPod devront repasser par la case apprentissage, car le Zune HD dispose d’une ergonomie bien à lui.

 

Image IPB

 

Exit les icônes alignées en rang d’oignons : Microsoft a fait le choix d’écrire en toutes lettres les titres des différentes sections. Ce choix radical par sa simplicité est de plus souligné par une grande typographie offrant un aspect très design et très différenciant à l’interface du baladeur.

Cet aspect est encore renforcé par les effets de mouvement de deux ordres : un effet 3D qui «retourne» les menus (lors du lancement d’un morceau par exemple), et un autre qui agrandit la typo et la place tout en haut de l’écran, le rendant illisible. Ça n’est pas anodin : une tape sur ce menu du haut permet de «revenir en arrière» dans la section.

 

Image IPB

 

Le coup est à prendre, mais une fois qu’on a pigé le truc, ça passe tout seul, et cela se révèle assez malin.

Plus difficile en revanche, certains éléments de l’interface sont «cliquables» : les noms des artistes permettent par exemple d’accéder aux informations liées (bio, similaire, etc.), une tape prolongée sur la pochette d’un titre ou d’un album permet de le stocker dans Quickplay, de glisser le morceau dans une liste de lecture, …

Autre étrangeté : ni le boîtier ni l’interface n’offrent en standard de boutons de volume, de pause/lecture ou de précédent/suivant ! Pour activer ces commandes, il faudra appuyer sur le bouton de la tranche du baladeur ou tapoter une fois sur l’écran. On préfèrera la première solution qui évitera les accidents tactiles…

La «roue» de navigation virtuelle qui apparaît à l’écran se révèle certes bien pratique, mais au quotidien le Zune ne cessera de faire l’aller-retour entre la poche et la main. Dommage que Microsoft n’ait pas intégré une télécommande sur le câble des écouteurs ou mieux, un bouton sur la coque du Zune ! C’est d’ailleurs l’un des principal reproche qu’on peut adresser au Zune HD.

 


MUSIQUE !

 

 

On ne va pas se faire de simagrées : le navigateur web, la vidéo, les applications (pour le moment), tout ça c’est bien gentil, mais ce ne sont que des fonctions annexes et finalement assez secondaires, car ce qui compte pour un baladeur de ce format, c’est la musique bien entendu ! Et de ce côté-là, on est assez bien servi même si on aurait apprécié que Microsoft aille plus loin sur certains points.

 

Image IPB

 

La lecture audio se lance de deux façons : une tape sur la petite icône de lecture placée à côté du menu Musique, soit en sélectionnant un titre, de façon classique. Il est possible de naviguer dans les morceaux, albums, genres, artistes disponibles. On pourra également accéder à une liste par ordre alphabétique en tapotant sur les carrés contenant des caractères.

 

Image IPB

 

Image IPB

 

Une tape sur un morceau permet d’en lancer la lecture, de l’ajouter à la sélection ou de l’envoyer à un ami via le service Zune Social. Un appui sur le bouton Lecture affichera la jaquette du morceau, le temps restant, la possibilité de tagguer un morceau en favori, et surtout d’accéder à ce qui fait tout le sel de l’«expérience» Zune : une tape sur le nom de l’artiste active un menu contextuel qui permet de visualiser ses albums disponibles dans sa collection mais aussi sur le Marketplace (on y revient plus bas), sa biographie (en anglais, mais assez incollables, mais avec des groupes français), des photos, ainsi qu’une liste d’artistes similaires. Ce bonus d’informations, fourni par Microsoft et automatiquement embarqué dans le baladeur lors de la synchronisation, est un plaisir à consulter et constitue l’un des points forts du Zune HD.

 

Image IPB

 

Petit plus : au bout de quelques secondes, si le Zune est toujours allumé, il affichera un économiseur d’écran reprenant la pochette et les noms de l’artiste et du morceau. Ça ne mange pas de pain, et de toutes façons l’écran finira par s’éteindre de lui-même.

Il est possible de créer des listes de lecture directement depuis le Zune, et de les conserver en leur donnant un nom. C’est une fonctionnalité standard appréciable, mais vraiment classique. On aurait aimé que Microsoft se penche sur une fonctionnalité type Genius, qui permettrait de générer des playlists par affinités (surtout qu’il en est beaucoup question dans l’écosystème Zune). Le baladeur a clairement un temps de retard sur cette question.

Enfin, on ne reviendra pas sur la nécessité de devoir tapoter sur l’écran (ou d’appuyer sur le bouton de la tranche) pour afficher la roue de commandes, seule possibilité pour monter ou baisser le volume, ou mettre sur pause… Un bug, apparu par deux fois, est venu entacher notre petit plaisir : l’écran ne sort plus de sa veille, même si la musique continue de jouer. Dans ce cas là, il n’y a pas mille solutions : redémarrage sauvage de l’appareil (appui prolongé et simultané sur le bouton d’accueil et d’allumage).

 

Qualité audio :

 

Microsoft fournit des écouteurs d’entrée de gamme avec le Zune HD, des écouteurs qui s’habilleront élégamment de mousses rouges ou vertes de toute beauté (trois paires fournies). Ces écouteurs sont toutefois meilleurs que ceux fournis par Apple avec l’iPod et, de façon plus globale, le son qui sort du Zune HD se révèle particulièrement bon.

N’étant pas un spécialiste du son, je serais bien incapable de décrire avec toute la technicité qui s’imposerait la qualité audio du Zune HD. Ce que je peux en revanche affirmer, c’est que que le son qui sort du baladeur de Microsoft est bien plus clair et défini que celui d’un iPhone. Les basses sont présentes et lourdes, presque trop. On ne repère pas de souffle ni d’artefacts. En bref, le Zune HD se place dans le peloton de tête des PMP les plus agréables à l’écoute, pour peu qu’on utilise un casque ou des écouteurs un peu sérieux.

Au chapitre des regrets, il faut évoquer les égaliseurs, au nombre de sept (les classiques rock, pop, électro, etc.), qui se nichent dans les Paramètres de l’appareil. Ils ne sont pas personnalisables et il faudra y aller à tâtons pour tomber sur le bon puisqu’il ne sont pas listés ! Il faudra en fait tapoter sur le menu Égaliseur jusqu’à tomber sur le bon réglage…

 

Le tuner FM :

 

 

Le Zune HD intègre un tuner FM doublé d’un récepteur HD, qui n’aura d’intérêt que si on se trouve dans un endroit arrosé par ce type de stations, soit uniquement en Amérique du Nord. L’intérêt est donc fortement limité pour tous ceux qui ont le mauvais goût de ne pas vivre aux États-Unis, mais le tuner FM fonctionnera bien partout dans le monde (il existe même des réglages pour l’Europe et l’Asie). Même si ça n’est pas précisé par le constructeur, il semble bien que ce tuner soit RDS. Pour choisir une station, l’auditeur fera glisser la molette de sélection de façon tout à fait classique, puis pourra conserver ses radios préférés au sein de favoris.

 

Image IPB

 

C’est le casque qui fait office d’antenne de réception, et cela fonctionne avec n’importe quel casque. La réception est plutôt bonne, pour peu évidemment qu’on ne bouge pas trop, mais le Zune ne peut pas y faire grand chose. S’il est impossible d’enregistrer la radio, Microsoft a mis au point un procédé qui permet de glisser dans son panier d’achat un morceau entendu à la radio - il faudra toutefois tomber sur une station qui fournit les informations de sa playlist.

 

Autonomie :

Microsoft annonce 33 heures d’autonomie en lecture audio : pari presque gagné puisque nous avons atteint les 29 heures, avec la lecture de fichiers MP3 et AAC encodés un peu à la nawak, comme chez un auditeur standard normal !


VIDÉO / PHOTO

 

Avec un si bel écran, il aurait été dommage de ne pas en profiter pour se passer quelques vidéos. Objectons immédiatement que malgré sa qualité, il a été impossible à votre serviteur de regarder un film au complet. Peut-être qu’il s’agit là du premier signe de la vieillesse, mais toujours est-il que les 3,3 pouces du Zune HD se révèle bien trop petit pour le visionnage d’un long-métrage dans de bonnes conditions - les 3,5 pouces de l’iPod touch ou de l’iPhone sont le strict minimum pour ce type d’usage (0,2 pouce, ça paraît mine de rien).

Mais pour ce qui concerne les séries TV, podcasts, clips vidéo et autres dessins animés en revanche, c’est tout à fait possible, et même conseillé, car l’écran OLED fait des miracles en matière de brillance et de contraste. Les noirs le sont profondément, surtout si on a la bonne idée de profiter d’une vidéo dans l’obscurité - l’OLED n’apprécie pas la lumière et encore moins le plein soleil. En même temps, qui aurait l’idée de regarder une vidéo en plein cagnard ?

 

Image IPB

 

Le cas HD :

 

Le HD du Zune est un rien mensonger. Si l’appareil embarquera sans barguigner des vidéos 720p (voir ci-dessus les caractéristiques techniques pour les formats compatibles), en revanche l’écran ne les affichera que dans une résolution de 480 x 272. Pour obtenir de la «vraie» HD, il faudra brancher le baladeur à la télévision, via un dock et un câble dédié, là on profitera réellement de ses vidéos 720p… Dommage que Microsoft soit sur ce coup un chouille en retard par-rapport aux constructeurs chinois qui nous inondent de produits dotés de prises HDMI… Mais c’est toujours mieux que la majorité des PMP du commerce (l’Archos 5IT a lui aussi besoin de son dock pour diffuser de la HD, quant à l’iPod touch, n’en parlons pas).

 

Sur le petit écran du Zune HD :

 

 

Le Zune offre la possibilité de lire des vidéos. Voilà. Bon c’est un peu court, mais en même temps c’est de ça et uniquement de ça dont il s’agit : il n’y a en effet aucun réglage particulier, si ce n’est les trois niveaux de luminosité dans les Paramètres de l’appareil. Il est évidemment possible de filer à un moment particulier d’une vidéo ou d’afficher la roue de commandes (volume, vidéo précédente/suivante, pause), mais c’est à peu près tout. Le Zune permet parfois de passer l’affichage en mode plein écran, pour les vidéos qui ne sont pas en 16:9ème.

 

Les photos du petit dernier :

 

 

C’est un classique, et le Zune ne déroge pas à la règle : il est possible de visionner des photos sur l’écran OLED du PMP. La navigation est ultra-simple : une fois un cliché à l’écran, on pourra lancer un diaporama (sans musique, sans transition ni aucun réglage possible !), passer à la photo suivante, ou l’appliquer en arrière plan de la page d’accueil. Le zoom et le dézoom s’opèrent comme sur l’iPhone, avec un pinch des deux doigts ou une double tape sur l’écran. Difficile tout de même de faire plus spartiate que ce menu Photo qui n’est vraiment pas emballant. Heureusement que la qualité de l’écran permet d’apprécier ses images à leur juste mesure… Mais en même temps, qui se sert réellement de cette fonction ?

 


INTERNET

 

L’écran tactile a permis à Microsoft de proposer un navigateur web au sein du Zune HD, ce qui n’a pas été le cas sur le reste de la famille, qui intégrait pourtant le wifi. Ce navigateur a été développé par l’équipe d’Internet Explorer, ce qui n’était pas fait pour nous rassurer tellement Explorer, que ce soit la version de bureau ou celle de Windows Mobile, a mauvaise presse.

 

Image IPB

 

Miracle, le butineur du Zune HD n’est pas mauvais, même si on est plus proche du gadget bien pensé que de la fonction qui tue, à l’égal d’un Safari Mobile. Pourtant, il y a de l’idée !

 

 

L’affichage des sites web se révèle en effet conforme à leur tête normale sur PC, même si la plupart du temps le Zune nous renvoie directement sur les versions mobiles des sites en question. Le moteur de recherche par défaut est Bing, comme on pouvait s’en douter, et c’est d’ailleurs par lui qu’on passera la plupart du temps, car rentrer une adresse n’a rien de simple.

Ça n’est pas la faute du clavier virtuel sur lequel on revient très vite, mais bien un problème ergonomique : il est plus facile de tapoter sur l’icône de la loupe (permettant de lancer Bing) que de déployer le tiroir du bas, tapoter sur le lien, effacer l’URL précédente puis taper sa nouvelle adresse. Il suffirait d’une simple icône qui déploierait le clavier virtuel et une zone de frappe vierge pour que l’on se passe d’alimenter les statistiques de Bing… Espérons que ce défaut soit corrigé dans une prochaine mise à jour.

 

Image IPB

 

Restons aux boutons proposés : outre la loupe, on dispose donc de la possibilité d’afficher la page précédente et de créer/gérer ses favoris. Tout cela tombe sous le sens et est vraiment facile à utiliser au quotidien.

L’affichage est assuré aussi bien au format paysage que portrait (le passage d’un format à un autre est un régal visuel, et bien plus rapide que sur iPod). Comme on pouvait s’y attendre, il ne supporte pas le Flash. Plus étrange, il n’y a pas d’affichage par onglets. Il se révèle également moins rapide que Safari Mobile, mais le site une fois chargé, l’ergonomie est identique que sur iPod : le scrolling est fluide, tandis qu’il est possible de zoomer en utilisant la même gesture.

Le clavier virtuel est, pour celui qui a pris l’habitude de celui de l’iPhone, aussi simple à utiliser, même s’il demandera aux autres un peu d’entraînement. Heureusement, on apprendra vite à… aller vite ! L’utilisation du clavier est un peu complexe à expliquer, mais on peut toujours essayer : lors de la frappe, la touche grossit au sein d’un bandeau «magnifiant» donnant une impression de vague - pas forcément pertinent quand on souhaiterait au contraire quelque chose de carré et de définitif ! Mais au final, on n’y prend plus garde au bout d’un moment. Cet effet est visible dans la vidéo.

 

Synchronisation :

 

Avec sa puce wifi, le Zune HD n’a plus besoin de fil à la patte pour être synchronisé. Pour ce faire, il suffit d’autoriser la fonction dans le Zune Software, puis de filer dans les Paramètres internet du PMP pour lancer la synchro sans-fil. Simple et -relativement- rapide, cette fonction sera particulièrement utile pour une petite synchro sur le pouce… En tout cas, c’est quelque chose qu’on aimerait retrouver sur d’autres produits !

 


ZUNE MARKETPLACE

 

Le Zune HD intègre un «MarketPlace», une boutique de contenus en ligne qui se contente pour le moment de proposer de la musique et des applications. Ce Marché, comme il a été fidèlement traduit, est pour le moment assez limité : les podcasts brillent par leur absence, la vidéo (notamment HD) est prévue dans un second temps… Bref, il reste du travail pour atteindre le catalogue d’un iTunes Store.

 

Musique :

 

Le rayon musical du Marché est habilement scindé en deux parties : la première est intégré au menu Musique du Zune HD, la deuxième est plus classiquement disponible via un menu dédié.

 

 

Lors de la lecture d’un morceau, le baladeur propose le plus souvent possible un menu «Similaire», qui affiche des artistes proches de l’univers de celui qu’on écoute. Björk, The Verve ou Muse sont par exemple proposés en «artistes similaires» de Radiohead, ce qui semble relativement correct. Une tape sur Björk permet d’accéder à sa bio, à un mur de photos de l’artiste, ainsi qu’à la discographie du Marché, qui offre de glisser quelques morceaux de la chanteuse dans son panier… C’est très bien fait, transparent (pour peu qu’on soit en wifi) et ça tombe souvent juste.

 

Image IPB

 

La boutique du Marché, accessible depuis l’onglet Marché, permet de rechercher un artiste ou d’accéder aux nouveautés, aux morceaux et albums préférés, de lire des extraits de 30 secondes, et également d’accéder aux bios, photos et artistes similaires, à l’image de ce qui se passe lors de la lecture d’un morceau.

On aime particulièrement l’élégance du système, qui à l’inverse d’un iTunes Store, est intégré dans l’interface de l’appareil. Et le système de panier permet de ne pas succomber au geste fatal du «one click», qui permet certes d’acheter très rapidement, mais un peu trop facilement.

 

Applications :

 

Microsoft ne sait pas trop sur quel pied danser pour le linéaire des applications. Là où on s’attendait à quelque chose d’équivalent au Windows Mobile MarketPlace, Redmond a fait le choix de ne pas ouvrir sa boutique aux développeurs tiers - pour le moment. Cette décision est sans doute conditionnée au succès (ou pas) du baladeur. En attendant, Microsoft a fait plancher quelques uns de ses développeurs sur huit applications et jeux, téléchargeables depuis le MarketPlace du logiciel de bureau, ou directement depuis le Zune.

 

 

Redmond propose deux applications vraiment basiques : une calculatrice et un widget Météo. Si ces deux logiciels n’appellent pas vraiment de commentaires, on appréciera la calculette scientifique qui apparaît quand on bascule le Zune au format paysage. Quant à la Météo, on pourra sélectionner n’importe quelle ville du globe pour en obtenir le temps qu’il y fait sur les sept prochains jours.

 

Image IPB

 

Plus intéressant, mais pas renversant non plus, Microsoft nous fait l’aumône de six jeux dignes de figurer dans la logithèque d’un mobile de base :

 

  • Shell Game… of the Future est peut-être le jeu le plus idiot du lot : il s’agit d’un bonneteau mettant en scène trois robots. Pas transcendant, mais on appréciera de devoir secouer le Zune pour tout mélanger.
  • Sudoku : pas de mystère, ce jeu reprend les règles classiques de ce classique. Cette version est plutôt réussie et offre plusieurs niveaux de difficulté, sans avoir besoin de sortir la gomme et le crayon dans les transports en commun.
  • Space Battle 2 est un classique shoot’em up, dont on dirigera le vaisseau avec le doigt ou en utilisant l’accéléromètre. Les effets ne sont pas folichons et les ennemis se ressemblent tous. Pour les amateurs seulement.
  • Texas Hold’em est la déclinaison du jeu de cartes pour le Zune. Rapide et pas désagréable, mais on a vu bien mieux sur d’autres plateformes mobiles.
  • Chess est un jeu d’échecs tout ce qu’il y a de plus classique, qui offre deux thèmes (en 2D «plate» ou en simili 3D). Le jeu propose trois niveaux de difficulté et la possibilité de jouer à deux… sur le même écran. On aurait aimé pouvoir jouer contre un autre utilisateur de Zune en wifi…
  • Goo Splat est un «tap to shoot» incroyablement basique : il faudra tapoter sur des espèces de virus avant que l’écran ne se remplisse de slime verdâtre.

Ces petits jeux sont loin d’exploiter tout le potentiel vidéo-ludique du Zune HD, avec son accéléromètre et son écran tactile multipoints. D’ailleurs, Microsoft a promis l’arrivée prompte (avant la fin de l’année) de quelques jeux un peu plus sérieux et tirant un peu plus parti de la puissance de la puce Tegra : on attend notamment avec impatience des jeux 3D comme Project Gotham Racing: Ferrari Edition, Vans Sk8: Pool Service et Audiosurf Tilt.

Ces nouveautés seront téléchargeables gratuitement : joli cadeau de la part de Redmond, qui n’en oublie pas pour autant de caser des réclames (fixes ou vidéo) avant le chargement de chacune de ses applications ! On regrettera également le temps de chargement vraiment long pour certains logiciels (la calculette devrait s’ouvrir immédiatement, par exemple).

 


CONCLUSION

 

Ce qui est bien :

 

Le Zune HD est un très bel objet, léger, performant, réactif, qu’on a plaisir à manipuler et qui ne nous prend pas pour de simples auditeurs à gaver de musique : on apprécie à cet égard les infos bonus offertes pour tous les artistes (bio, photos), ainsi que les artistes similaires. L’excellente qualité de l’écran, très lumineux et qui offre de vrais contrastes est à souligner. La qualité audio est réellement excellente, et il est difficile d’ignorer les petits plus, comme Quickplay qui est une idée brillante, le très bon navigateur web qui servira de dépannage de luxe, ou encore de faire la fine bouche sur les quelques applications disponibles.

 

Ce qui est moins bien :

 

En dehors du petit bug lors de la lecture audio, on regrettera évidemment l’absence d’un bouton de volume sur le boîtier (même si c’est un plaisir de manipuler l’appareil…), ou encore la présence d’une télécommande sur le cordon des écouteurs. Il reste pas mal de travail à abattre sur la partie audio : les égaliseurs ou la pauvreté des listes de lecture ont bien du mal à rivaliser avec des produits de Samsung ou de Sony. On ne dira rien des limitations au niveau de la compatibilité des formats audio et vidéo, fort restrictives. Les applications font également triste figure, reléguant le Zune au rang d’un portable banal alors que la puissance est là pour développer des jeux au moins au niveau du meilleur de l’AppStore. On regrette aussi l’impossibilité d’enregistrer la radio ou des mémos vocaux, des fonctionnalités annexes mais toujours appréciés. Et pourquoi tant de haine envers le reste du monde ? Pourquoi n’y a t-il que les Américains qui peuvent jouer avec le Zune HD ?

 

Pour conclure :

 

Indéniablement, le Zune HD est la surprise de l’année, tant on n’attendait plus Microsoft sur le terrain du PMP. Redmond tente là un coup en lançant un baladeur innovant, techniquement très au point et proposant une alternative crédible à l’hégémonie de l’iPod. Certes, tout n’est pas parfait, et on adorerait que Microsoft ouvre le Marché des applications aux développeurs tiers… mais ça viendra sans doute un jour. En attendant, Redmond nous offre un excellent baladeur audio/vidéo qui n’a besoin que d’un petit coup de pouce de son géniteur pour devenir totalement «multitâche» comme l’iPod touch.

De plus, avec le taux de change euro/dollar particulièrement favorable, si vous avez la possibilité de ramener ou de vous faire rapporter un Zune HD par votre oncle d’Amérique, et que les produits Apple vous ennuient, tentez votre chance avec ce baladeur qui mérite vraiment un sort plus enviable que ses prédécesseurs.

 

Points positifs:

+ Design

+ Interface

+ Qualité de l’écran

+ Excellente sortie son

+ Tuner FM performant

+ Logiciel compagnon bien fichu

+ Bonus musicaux

 

Points négatifs:

- Pas de commandes sur le boîtier

- Uniquement disponible aux États-Unis

- Pas de version 64 Go (pour l’instant…)

- Une partie audio encore faible

- Des applications pas au niveau

 

Mon appréciation: Image IPB

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Il n’est pas conseillé de comparer les notes de deux produits différents. Cette note est à titre d’information pour un produit donné dans une gamme bien précise. Nous vous conseillons plutôt de lire attentivement le test dans son intégralité.

 

Laissez ICI vos commentaires et questions sur ce test !



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail