Nous avons actuellement plus de 85 visiteurs connectés sur nos sites (dont 27 sur generationmp3.com - 36 sur le forum)

Écrit par
lebellium

Test et Vidéo du Samsung CP3

Vendredi 30 octobre 2009 à 18:03 | Dans la catégorie Samsung

Introduction : C’est l’histoire d’un baladeur au design particulier qu’on n’aurait jamais dû rencontrer dans nos contrées, car réservé à l’origine aux marchés russe et chinois. Mais Samsung France a finalement décidé de le lancer également sur le marché français dans une unique version 4Go noire. Avec son écran 3″ et son slot pour carte microSD, le CP3 se veut un baladeur axé vidéo pour ceux qui ne peuvent se permettre d’acheter un P3. Le CP3 se distingue aussi par son ergonomie. En effet, point d’écran tactile ou de pavé sensitif capricieux ici, on a à faire à un petit joystick de navigation. Plutôt alléchant sur le papier donc, que vaut le CP3 en vrai?

8808993559299_1.jpg

Test du Samsung CP3

Image IPB

Menu:

  1. Introduction
  2. Spécifications
  3. Présentation Vidéo
  4. Galerie Photos
  5. Packaging
  6. Description
  7. Ergonomie, Interface et Utilisation
  8. Musique
  9. Qualité sonore
  10. Radio FM
  11. Photos
  12. Vidéos
  13. Slot MicroSD
  14. Autres fonctions
  15. Datascasts
  16. Settings
  17. Connexion/Charge/Transfert
  18. Autonomie
  19. Comparaisons
  20. Conclusion
  21. Liens utiles

 

 

1- Introduction

 

C’est l’histoire d’un baladeur au design particulier qu’on n’aurait jamais dû rencontrer dans nos contrées, car réservé à l’origine aux marchés russe et chinois. Mais Samsung France a finalement décidé de le lancer également sur le marché français dans une unique version 4Go noire. Avec son écran 3″ et son slot pour carte microSD, le CP3 se veut un baladeur axé vidéo pour ceux qui ne peuvent se permettre d’acheter un P3. Le CP3 se distingue aussi par son ergonomie. En effet, point d’écran tactile ou de pavé sensitif capricieux ici, on a à faire à un petit joystick de navigation. Plutôt alléchant sur le papier donc, que vaut le CP3 en vrai?

Note: le test a été réalisé avec le firmware 2.08.

 

 

2- Spécifications

 

Image IPB

Image IPB

 

Quelques caractéristiques supplémentaires:

  • Capacités: 4Go, 8Go (4Go seulement en France)
  • Ecran TFT LCD 3″ WQVGA (400*240)
  • Batterie Lithium-Polymer
  • UMS seulement
  • Compatibilité OS: Windows, Linux, Mac
  • Colori: Noir

 

 

3- Présentation Vidéo

 

Voir la vidéo sur Youtube / Dailymotion

 

 

4- Galerie Photos

 

 

 

5- Packaging

 

Image IPB

 

Le CP3 est vendu dans une boite en carton assez simple. Le CP3 y est présenté comme un “MP4 Player”. Tant qu’on ne cède pas à la mode du MP5 voire du MP6 ça va… Une caractéristique inhabituelle est mise en avant sur la boite: le support des vidéos RMVB/RM de real. C’est vrai qu’on est plus habitué à la licence DivX par exemple. Le contenu du packaging, lui, est habituel. Outre le baladeur, vous trouverez des écouteurs boutons (des EP340 qui ressemblent un peu aux écouteurs iPod et qui ont l’air très mauvais rien qu’à leur design), un câble mini-USB ainsi qu’un guide de démarrage rapide (le logiciel EmoDio et le mode d’emploi complet sont directement dans la mémoire du baladeur). A noter que malheureusement la splendide couette Marsupilami n’est pas vendue avec le baladeur.

 

Image IPB

Image IPB

 

 

6- Description

 

Image IPB

 

Le design du CP3 est particulier, loin des dernières réalisations de la marque. Et il ne fait pas l’unanimité. Plusieurs personnes de mon entourage le trouvent laid. Personnellement, je trouve la face avant plutôt réussie. Les dimensions sont assez proches de celles du P3: 100 x 52 x 11.1 mm vs 102 x 52,7 x 9,9mm. Mais ici point de coque en aluminium, il faudra se contenter de plastique un peu “cheap”. Ce qui explique que le CP3 soit plus léger que son grand frère (75g vs 96g). Rien qu’à la finition on voit que les deux baladeurs ne jouent clairement pas dans la même catégorie.

 

Image IPB

 

Le grand écran de 3″ occupe la majeure partie de la face avant. Sur la droite on trouve le petit joystick et les boutons “retour” et “options”, le tout sur un placage aluminium pas trop mal.

 

Image IPB

 

Malheureusement ça se gâte à l’arrière. Le plastique fait vraiment “cheap”. On retrouve le bouton reset et les inscriptions habituelles. (A noter que ce modèle de test est une version chinoise, en France les stickers sont différents).

 

Image IPB

 

Sur la tranche gauche on trouve l’attache pour la dragonne et sur la tranche droite on trouve le port USB (protégé par un cache) ainsi que le micro.

 

Image IPB

 

Sur le haut, l’emplacement microSD (également protégé par un cache) ainsi que les boutons “utilisateur” et “power/hold”.

 

Image IPB

 

Sur le bas, la prise casque 3.5 mm.

 

 

7- Ergonomie, Interface et Utilisation

 

Image IPB

Image IPB

 

Image IPB

 

Contrairement aux derniers modèles de la marque, le CP3 n’a pas de mode veille. Il s’éteint vraiment après chaque utilisation et met donc un peu plus de temps à démarrer: 5s environ. L’affichage se fait à l’horizontal comme sur le R’MIX. On retrouve alors l’interface du Q2 avec un menu “matrice” composé de 12 icônes. Ici, point de widgets et autres superflus, l’interface a le mérite d’être simple et claire. Par contre, c’est déjà l’occasion de voir un point négatif: l’effet d’escalier est assez prononcé sur certaines icônes comme “pictures”, “texts” ou “fm radio” par exemple. Cela révèle le manque de définition de l’écran puisqu’il n’affiche que 400*240 pixels pour 3″ contre 480*272 pour le P3. Quand on sait qu’il est écrit sur la boite “Ecran haute résolution” hmm… On navigue un peu sur le baladeur et là deuxième mauvaise surprise: la police d’écriture est tout simplement horrible, du même genre que ce que l’on trouve sur les “no-name” chinois. Et le pire est que c’est justement quand on en aurait le plus besoin qu’on ne peut pas changer la police…Parlons un peu plus de la navigation. Cette fois l’écran n’est pas tactile. Il faut donc jouer avec un petit joystick, comme sur certains vieux téléphones Sony-Ericsson. Sur le papier, l’idée est bonne, mais en réalité c’est perfectible. Bien entendu, c’est largement plus ergonomique que les fameux pavés sensitifs du Q1 ou Q2. Mais malheureusement le joystick est un peu petit et dur et le temps de réaction est un peu long. Au final, ce n’est pas plus ergonomique qu’un écran tactile. Le seul avantage est qu’on peut l’utiliser dans la poche du coup. Dommage d’ailleurs que la prise casque soit placée en bas du baladeur car dans la poche le baladeur se retrouve à la verticale en général, donc si on n’a pas de jack coudé, les écouteurs risquent de ne pas faire long feu… Sinon, le CP3 dispose d’autres vrais boutons comme “retour” ou “options”, “bouton utilisateur” et “power/hold”. Ce dernier est toujours présent à mon plus grand regret, accompagné de son énervante animation à l’écran. Samsung se rendra peut-être compte un jour qu’un bon vieux bouton hold à glisser est bien plus efficace.

 

Image IPBImage IPB

Image IPB

 

 

8- Musique

 

Image IPB

 

Le CP3 lit les formats MP3, WMA, FLAC, OGG et WAV. On notera juste l’absence regrettable de l’AAC. Si le CP3 prend bien en charge les tags des fichiers OGG, ce n’est pas le cas pour les FLAC par contre.

 

Image IPB

 

Étant donné que l’écran n’est pas tactile, les contrôles de lecture ne sont pas affichés à l’écran, le tout est donc très épuré. Seule la barre de lecture en cours, la pochette de l’album (MP3, WMA seulement) et le nom de la musique sont présents en permanence. Le joystick permet naturellement de mettre en pause/lecture la musique, de passer à la musique suivante/précédente et de modifier le volume. Le bouton “options” permet d’accéder rapidement à certains réglages tels que les effets sonores, les DNSe, le mode de lecture (normal, répéter, aléatoire) et l’écran de lecture musique. Ainsi on peut afficher à la place de la pochette des visualisations diverses ou encore des informations sur la musique (artiste, album, genre). A noter que, bizarrement, dans ce cas la pochette reste affichée en arrière plan mais elle est étirée pour couvrir tout l’écran. Pas spécialement élégant…Le bouton utilisateur (non paramétrable) contrôle la fonction A-B. Il n’est pas possible par contre de changer la vitesse de lecture.

 

Image IPBImage IPB

Image IPBImage IPB

Image IPBImage IPB

 

Le menu musique est assez simple, avec des icônes en noir et blanc. La navigation se fait soit par tags soit par dossiers. En navigation par albums, la pochette s’affiche en miniature à côté du nom de l’album. Pas de coverflow qui rame ici. Quand on sélectionne un album, le CP3 affiche à gauche la pochette (un peu écrasée…) et à droite la liste des chansons de l’album.

 

Image IPBImage IPB

 

La gestion des playlists est plutôt mauvaise ici. 5 playlists sont bien évidemment disponibles mais contrairement aux derniers baladeurs de la marque, on ne peut pas les renommer. Il faut donc s’habituer aux noms peu évocateurs “List lect 1″… On peut ajouter une musique à une playlist à partir de la navigation dans la bibliothèque musicale mais on ne peut pas le faire directement à partir de l’écran de musique en cours.On peut égalament créer des playlists à partir du PC via EmoDio, l’avantage étant qu’on peut les nommer comme on veut. Mais on ne peut y ajouter ou supprimer de musique à partir du baladeur.A noter qu’une playlist ne peut contenir que 200 musiques maximum.

 

Image IPBImage IPB

 

 

9- Qualité sonore

 

Image IPB

Image IPBImage IPB

 

La première question qui vient à l’esprit est “pouquoi?”. Pourquoi les DNSe sont-ils seulement en version 2.0 alors que tous les autres baladeurs depuis le Q1 (sorti fin 2008…) bénéficient des DNSe 3.0. A moins qu’ils aient ressorti des cartons un projet vieux de 2ans, je ne comprends pas vraiment.

Mais ça ne change pas grand chose au final. On peut quand même régler le mode Rue et l’effet Netteté (Clarity en anglais). 9 DNSe sont disponibles mais on perd par contre le DNSe Auto et Eglise. Aussi, un seul DNSe est personnalisable (EG, 3D & Bass). La mise à l’échelle audio disparait également mais ce n’est pas là une grande perte…

Fort heureusement donc, la version des DNSe n’influe aucunement sur la qualité sonore. Celle-ci est vraiment très bonne comme sur toutes les dernières réalisations de la marque, aussi bien en son neutre qu’avec les DNSe activés. A condition bien évidemment de s’affranchir des écouteurs d’origine vraiment mauvais (mais pourquoi Samsung ne vend-il pas les semi-intras du R’MIX avec ? d’autant plus qu’ils sont vendus avec la version russe du CP3). La sortie casque est vraiment très propre, le souffle est absent, sauf aux derniers paliers de volume que vous ne devriez pas pouvoir atteindre avec des intras sans vous exploser les oreilles. Tout va bien donc.Sans surprise, le baladeur n’est pas gapless et ne le sera sûrement jamais.Comme d’habitude, le volume sonore est bridé en code région FR. N’hésitez donc pas à demander sur notre forum la manipulation pour le débrider.

 

Image IPBImage IPB

 

 

10- Radio FM

 

Image IPB

 

Étonnant pour un baladeur Samsung: le tuner FM n’est ni RDS ni enregistrable. C’est d’autant plus dommage que la radio capte bien, bien mieux que sur le dernier R’MIX testé par exemple. L’interface est identique d’ailleurs. Sauf que l’écran n’est pas tactile donc on ne peut pas tourner rapidement la molette (et donc changer rapidement de station) comme sur le R’MIX. On peut bien entendu rechercher les stations manuellement ou automatiquement et ajouter des préselections. On peut régler la sensibilité et la région radio. Mais on retrouve malheureusement le gros défaut du P2: on ne peut pas naviguer sur le baladeur tout en continuant à écouter la radio. Dès qu’on sort du menu radio, celle-ci se coupe. Un appui sur le joystick coupe le son (fonction “mute”).

 

Image IPBImage IPB

 

 

11- Photos

 

Image IPB

Image IPB

 

Le CP3 propose un aperçu des photos en affichant 10 miniatures (5×2). On peut en sélectionner une et l’agrandir. On peut alors démarrer un diaporama en réglant sa vitesse, on peut évidemment zoomer, pivoter et sélectionner comme habillage une photo. Le mode d’affichage peut être réglé (auto, horizontal, vertical). A noter la présence d’un mini-lecteur (musique uniquement, ça ne marche pas pour la radio) qui permet de mettre en pause/lecture la musique en cours ou de passer à la musique suivante/précédente. Cela évite de devoir revenir au menu musique à chaque fois.Le CP3 est un peu long à afficher les miniatures et charger les photos un peu lourdes (5MP, 1.5Mo). Il met effectivement environ 3 secondes. Bien évidemment, le chargement est immédiat pour des photos plus légères à résolution inférieure. Concernant la qualité d’affichage, c’est correct mais comparé à un P3 par exemple, la différence est frappante. Les images sont beaucoup moins détaillées et les couleurs me paraissent un peu fantaisistes.

Rappel sur les formats lus: JPG, BMP, GIF, PNG.

 

Image IPBImage IPB

 

 

12- Vidéos

 

Image IPB

Image IPB

Image IPBImage IPB

 

Le CP3 se voulant être un baladeur “MP4″, on arrive là à l’une de ses fonctionnalités principales normalement.Le CP3 affiche les vidéos par nom de fichier sous forme de liste, il n’y a pas de prévisualisation possible. La taille de l’écran est assez confortable (pour moi 3″ est le minimum pour voir des long-métrages sur son baladeur sans se tuer les yeux mais les exigences varient selon les utilisateurs) mais la résolution est un peu faible. Tout le monde ne le remarquera pas forcément, mais il suffit alors de le comparer au P3 pour voir que l’image est beaucoup moins détaillée, les couleurs peu réalistes et les angles de vision mauvais.Les réglages sont peu nombreux, on peut seulement régler la luminosité, désactiver l’écran pour ne garder que le son et ajouter/supprimer un signet. Aucun DNSe n’est disponible (alors que même sur un P2 de 2007 il y en a!) et surtout, le plus gros problème à mon goût, on ne peut pas régler la taille de l’écran. L’affichage se fait forcément en plein écran. Donc si le ratio de la vidéo ne correspond pas au ratio de l’écran du CP3, la vidéo sera étirée, les personnages allongés etc (cf photo ci-dessous à droite)…Le CP3 affiche fièrement qu’il lit les vidéos real RMVB/RM (quand on acquiert la licence, il vaut mieux la mettre en avant tant qu’à faire…) mais le support des DivX/Xvid/WMV non réencodés (résolution max: 640*480) me parait plus intéressant à noter. Tout comme le support inhabituel des vidéos FLV de Youtube par exemple (en qualité normale, le HQ ne passe pas apparemment). Le CP3 affiche également les sous-titres au format SRT mais aucun réglage n’est disponible (on ne peut pas changer la taille de la police ni changer la couleur, il faut se contenter du jaune horrible) et le CP3 a du mal à afficher les accents français.

 

Image IPBImage IPB

 

 

13- Slot MicroSD

 

Image IPB

 

Une des particularités du CP3 est justement la présence d’un slot microSD qui permet d’étendre la capacité mémoire. Heureusement d’ailleurs vu la faible capacité de la mémoire interne… On peut insérer/retirer la carte “à chaud” sans aucun problème. Le CP3 a très bien reconnu la carte 8Go venant de mon téléphone (et non formatée pour l’occasion pourtant). Je ne sais pas par contre quelle est la capacité maximale reconnue, et ce n’est pas le mode d’emploi qui va nous aider puisqu’il annonce 4Go max… Le premier accès à la carte est un peu long (10s environ) mais après c’est instantané. On explore la carte comme avec l’explorateur windows en naviguant dans les différents dossiers. On peut donc lire des musiques, vidéos et images à partir de la carte. Il faut noter cependant que malheureusement les musiques de la carte microSD ne peuvent être ajoutées dans la bibliothèque musicale utilisant les tags. On ne peut donc pas fusionner les mémoires interne et externe comme sur un Cowon D2.

 

Image IPBImage IPB

 

 

14- Autres fonctions

 

Le CP3 est un peu radin à ce niveau-là. Moins fun que ses frères, il ne propose aucun jeu par exemple. Et les quelques autres fonctions proposées ne sont pas très utiles. Je soupçonne Samsung de les avoir seulement ajoutées pour obtenir exactement le bon nombre d’icônes pour remplir le menu matrice.

 

Textes

 

Image IPBImage IPB

 

Le CP3 permet de lire des fichiers TXT. On peut ajouter/supprimer des signets et on peut changer la couleur du fond et de la police. Dommage toutefois qu’on ne puisse pas changer la police car elle est vraiment horrible comme déjà dit précédemment. Comme pour l’affichage de photos, un mini-lecteur est présent pour contrôler la musique en cours.

 

Dictaphone

 

Image IPB

 

Point de surprise ici, le dictaphone pourra dépanner pour enregistrer la voix mais on n’enregistrera pas d’instruments ou de concert avec. L’enregistrement se fait forcément en MP3 128kbps.

 

Calendrier

 

Image IPB

 

Exemple parfait de la fonction inutile: le calendrier. Il n’y a aucune interactivité, on ne peut ajouter aucun RDV, aucune tâche. Bref, n’importe quel téléphone portable fera mieux.

 

Horloge mondiale

 

Image IPB

 

Un peu moins inutile que le calendrier mais pas indispensable pour autant, l’horloge mondiale. Vous saurez toujours quelle heure il est dans le reste du monde. L’animation de la mappemonde est moins “fun” que sur le P3 ou le R’MIX toutefois.

 

Explorateur de fichiers

 

Image IPB

 

L’explorateur de fichiers permet de naviguer dans la mémoire interne du CP3. Vous pouvez y voir le nom de tous les fichiers présents, y compris ceux dont le format n’est pas reconnu par le baladeur. Vous pouvez aussi supprimer des fichiers. Malheureusement il n’est pas possible d’en supprimer plusieurs à la fois.

 

 

15- Datascasts

 

C’est l’appellation de Samsung pour désigner des podcasts tout simplement. Pour utiliser cette fonction, il faut aller dans l’onglet “Datacasts” d’EmoDio.Cliquez sur l’icône “S’abonner à” en bas à droite et mettez l’adresse du flux RSS voulu. Vous pouvez télécharger les pièces jointes (textes, musiques, vidéos) manuellement ou EmoDio peut le faire automatiquement pour vous. La synchronisation avec le CP3 peut se faire manuellement ou automatiquement. Pour paramétrer le transfert automatique des derniers datacasts téléchargés vers le baladeur, allez dans menu>réglages de l’environnement>configuration de datacasts>hotsync. Les datacasts transférés dans le baladeur apparaitront tout simplement dans le menu “datacasts” du CP3.

 

 

16- Settings

 

Image IPBImage IPB

 

  • Son: EG principal, Signal sonore, Limitation du volume
  • Afficher: Réinitialiser mon habillage, Délai de désactivation de l’écran, Luminosité
  • Mise à jour de la bibliothèque
  • Langue: 30 langues disponibles! Je rappelle au passage que tous les firmwares Samsung sont multilingues.
  • Date et heure (A noter qu’il n’y a pas de mode 24h, seulement AM/PM)
  • Système: My Info (”mon nom” et “mon anniversaire”), Veille (de 15min à 120min), Extinction auto, Guide Touche Utilisateur, Réglage par défaut, Formater, A propos de (version du firmware, mémoire, nombre de fichiers)

 

 

17- Connexion/Charge/Transfert

 

Image IPBImage IPB

 

Etant conçu à la base pour le marché russe et chinois, le CP3 est bien évidemment UMS. Vous ne pourrez donc pas lire vos WMA DRM mais qui s’en plaindra? Au moins le CP3 est compatible avec tous les systèmes d’exploitation. Quand on le connecte au PC, deux disques amovibles distincts apparaissent: un pour la mémoire interne et un autre pour la microSD.Un très bon point pour la connectique puisqu’on ne retrouve pas cette fois l’éternel cable propriétaire mais bien une connexion USB mini-B des plus standard! Vous ne serez donc plus obligés de prendre le cable avec vous quand vous allez chez vos amis. Tout le monde a ce type de cable chez soi.Le taux de transfert est moyen. 252Mo de fichiers ont été transférés en 1min18, ce qui donne un taux moyen de 3,23Mo/s.Après chaque connexion au PC, le CP3 met automatiquement à jour les tags de la bibliothèque musicale en prenant en compte les nouveaux fichiers ajoutés.Le temps de charge est d’environ 2h sur secteur et 4h par USB.

 

 

18- Autonomie

 

Vu la capacité de la batterie (810mAh contre 580mAh sur le Q2 et 610mAh sur le P3), on aurait pu s’attendre à d’assez bons résultats mais les chiffres annoncés refroidissent tout de suite: 22h maxi en musique (MP3 128 kbps, Volume : 15, Mode Normal, LCD Off) et 4h maximum en vidéo (Luminosité 5, Volume : 15, Mode Normal).Comme attendu, l’autonomie est plus que moyenne. Avec une majorité de MP3 VBR V0 et quelques fichiers OGG et FLAC, le volume à 15/30, luminosité de l’écran maximale et délai de désactivation 1min, le CP3 a tenu à peine 16h sans DNSe (=DNSe normal) alors que la norme actuelle chez les concurrents est plutôt le double. La gestion des DNSe n’est pas trop mauvaise puisqu’en refaisant le même test avec cette fois un DNSe perso (EQ en “V”, 3D 1, Bass 0, Clarity 1), le CP3 a tenu 13h15, soit une perte de moins de 20% (à comparer à la perte de 60% sur le R’MIX!). Dommage que dans l’absolu ça reste bien faible comme autonomie.Pour le test d’autonomie vidéo, des divX et des Xvid non-réencodés ont été utilisés, la luminosité de l’écran au maximum et le volume à 15/30. Le CP3 a alors tenu 3h10, ce qui est un peu juste pour voir deux films de suite.

 

 

19- Comparaisons

 

Image IPB

 

CP3 vs P3

 

Image IPB

 

En fait, à part le “P” et le “3″ dans son nom (et éventuellement la taille de l’écran), le CP3 n’a rien en commun avec son grand frère le P3. D’où la difficulté de la comparaison. Le P3 fait tout en mieux et bien plus encore. A part son interface moins “gadget” et son slot microSD, je vois difficilement d’argument jouer en la faveur du CP3.

 

 

Conclusion

 

Autant le dire tout de suite, ce CP3 est une déception. Bien évidemment, pour le prix (100€ environ) on n’en attendait pas autant que du P3 mais l’impression qui me reste est vraiment celle d’un “Samsung au rabais”. Certes il fait beaucoup de choses mais presque tout moins bien que ses frères. Ainsi, il ne dispose que de la version 2.0 des effets DNSe, la radio n’est ni RDS ni enregistrable, le ratio des vidéos n’est pas toujours respecté, on ne peut changer la police d’origine (pourtant horrible) ni l’aspect du menu. Sans compter que le joystick de navigation ne s’avère au final pas aussi bon qu’escompté. La finition n’est pas non plus irréprochable et l’écran d’assez mauvaise facture. Le CP3 ne se rattrape pas non plus par son autonomie. Bref, la liste des défauts est longue. Heureusement, la qualité sonore est toujours digne de Samsung, il lit de nombreux formats vidéos (avec zéro conversion), le cable USB est standard, le baladeur est UMS et la mémoire est extensible. Maigre consolation…Quand on en arrive à préférer un Q2 et son ergonomie désastreuse, il y a de quoi se poser des questions….

 

Points positifs:

  • Qualité audio
  • Compatibilité audio
  • Support des vidéos non-réencodées
  • Vrais boutons
  • UMS
  • Interface simple
  • Connectique USB standard
  • Slot microSD

 

Points négatifs:

  • Finition
  • Joystick un peu petit et dur
  • Police d’écriture digne d’un “no-name”
  • Qualité et résolution de l’écran
  • Radio ni RDS ni enregistrable
  • Autonomie
  • Fonctions annexes peu nombreuses et inutiles (calendrier)
  • Vidéos forcément en plein écran et donc parfois étirées
  • Gestion de la carte microSD

 

Mon appréciation:

 

entre IPB Image et Image IPB

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Il n’est pas conseillé de comparer les notes de deux produits différents. Cette note est à titre d’information pour un produit donné dans une gamme bien précise. Nous vous conseillons plutôt de lire attentivement le test dans son intégralité.

 

Laissez ici vos commentaires et questions sur ce test

 

 

Liens utiles

 



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail