Nous avons actuellement plus de 184 visiteurs connectés sur nos sites (dont 10 sur generationmp3.com - 170 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test du Monster Beats by Dr Dre Studio

Lundi 7 décembre 2009 à 18:03 | Dans la catégorie casque

Introduction : Le casque que nous testerons ici ne s’affiche pas uniquement comme un objet art-deco, mais également comme une bombe sonore. Disponible au tarif d’environ 300 euros, il est évident que l’on joue ici dans la cour du haut de gamme.

monster_beats_headphones_by_dr._dre.jpg

Monster Beats By Dr Dre Studio
monster-beats-headphones-by-dr.-dre_1.jpg
Menu

  1. Introduction
  2. Packaging, ergonomie, confort, isolation
  3. Le son
  4. Conclusions

INTRODUCTION :

Ah, l’univers des casques fashions ! Source inépuisable d’expériences et monstruosités sonores, c’est un domaine qui pourtant ne laisse que le design comme point de critique, pas étonnant donc de constater son explosion depuis quelque temps.

 

Pourtant, le casque que nous testerons ici ne s’affiche pas uniquement comme un objet art-deco, mais également comme une bombe sonore. Disponible au tarif d’environ 300 euros, il est évident que l’on joue ici dans la cour du haut de gamme. Mais outre son design atypique, sa fonction d’isolation active le dispute également avec le ténor du genre à savoir la marque Bose, du moins au niveau du prix. Casque nomade de référence ou simplement bel objet ? Nous allons le savoir.

 

Caractéristiques techniques

  • Réponse en fréquence: 20-20KHz
  • Sensibilité: 115dB/mV

PACKAGING, ERGONOMIE, CONFORT, UTILISATION :

Packaging

Pléthorique, c’est ce qui vient à l’esprit après avoir tout déballé, il ne manque à priori rien, la boite et le packaging sont parfaitement soignés. Niveau connectique on retrouve deux câbles dont un avec fonction micro pour les téléphones à prise jack 4 connections ( exemple l’iphone). Le câble classique ne tranche pas avec le design du casque, c’est-à-dire de couleur rouge et noir, encore plus incognito que les câbles Apple en somme.

 

Mais la chose qui frappe ici est la qualité de fabrication, c’est à la fois léger et très robuste, particulièrement au niveau de la connexion. Même sérieux sur l’adaptateur jack 6.35, excellent lui aussi, et de la prise avion.

 

Monster ne s’arrête pas là et propose également une housse de transport à la fois compacte et rembourrée, elle s’avère particulièrement bien pensée à l’usage. Petit plus pratique, la marque livre également une petite lingette en tissus pour nettoyer le casque, le noir laqué du Beats étant très propice aux traces de doigts.

 

D’un point de vue purement esthétique c’est surtout la présentation qui se révèle soignée, la boite est déjà un premier pas dans l’univers esthétique du casque, la sobriété au placard donc, mais c’est en quelque sorte une réussite.

 

Ergonomie

Passons au casque à présent. Pas spécialement rassurant, la solidité semble très relative de prime-abord, exit le plastique massif du shure srh840 ou celui des modèles nomades comme le sennheiser hd25, le Beats se sert de plastique très fin et semble essayer de limiter le poids généré par le système d’isolation active. En pratique ce produit est solide, notamment parce qu’il s’appuie en amont sur une bonne structure métallique, mais la manipulation fait ressortir un aspect presque cheap.

 

Ce casque est bien heureusement pliable et cette manipulation est très rapide, c’est à ce niveau un modèle du genre.

 

Connexion

On ne va pas revenir sur le câble, ou plutôt les câbles, très bons tous les deux, mais plutôt sur le fait qu’ils soient détachables. La connexion se faisant via une prise jack 3.5 au niveau du casque, on peut aisément remplacer si besoin est, mais je ne me fais pas de souci sur la longévité.

 

Confort

Bien qu’il soit relativement compact, ce casque est circum aural pour la grande majorité des oreilles, comprenez par là que la marge n’est pas importante, des oreilles un peu grandes seront entre supra et circum, mais les coussinets sont très confortables. Ce modèle se porte facilement 2 heures avant d’être fatigant, principalement dû au poids du casque.

 

Isolation

Tout prêt à éblouir le néophyte, l’isolation active est une expérience parfois bluffante comme avec les Bose, parfois décevante comme avec un grand nombre de modèles. On rappellera simplement que cette impression d’annulation du bruit est la conséquence du principe d’opposition de phase, c’est-à-dire le renvoi par l’écouteur de l’inverse du son externe (enfin le même son décalé d’une demi-période).

 

Ici on peut constater deux choses : Premièrement l’isolation passive du casque est relativement faible, c’est en pratique suffisant pour bien des endroits mais pas au niveau d’un bon fermé.

 

Deuxièmement l’isolation active a ici une réelle efficacité, comme d’habitude particulièrement pour les basses fréquences et surtout pour les bruits continus, entendez par-là que ce système est inutile pour couvrir le bruit d’un jeu de batterie.

 

En pratique l’isolation générale est largement appréciable et suffisante pour la grande majorité des usages. Un détail important néanmoins, le son fuit énormément, à fort volume pas mal de monde devrait profiter de votre playlist.

 

Très important également, ce système est comme la plupart des systèmes actifs inutilisables sans pile, le casque ayant un amplificateur intégré permettant de compenser la haute impédance que génère le système.

 

LE SON :

Matériel de test

La quasi-totalité de l’écoute s’est effectuée avec sur un Zune 120.

Je ne décomposerai pas ici l’écoute pour chaque morceau car cela est globalement inutile, ce casque étant très facile à cerner.

 

Une chose frappe dès la première écoute, le niveau de basse. Sans être réellement excessive pour moi, cette caractéristique devrait en rebuter plus d’un. A la décharge du casque, la marque ne cache pas l’orientation très rap et techno du modèle.

 

D’un point de vue général, l’écoute est très énergique et assez détaillée. Les médiums sont ici le point faible du casque, car la qualité est correcte mais clairement pas au niveau d’un casque de cette gamme, mais ils sont également en retrait. D’un point de vue signature, l’écoute pourrait se rapprocher d’une signature en V, les aigus étant assez mis en avant également (moins que les basses) bien qu’ils soient peu étendus.

 

Sans surprise, ce casque ne s’adresse pas à tous les styles loin de là. D’un côté il n’est catastrophique sur aucun style, de l’autre il n’est bon, très bon même que sur les styles ou le « beat » est très marqué. Entendez par-là que les basses ne sont pas du genre à rendre hommage aux contrebasses mais bien aux gros battements qui tachent du hip-hop et de certains genres electro.

 

D’une manière générale, les basses sont bien contrôlées et ne sonnent pas boueuses, même si on n’atteint pas des sommets. En revanche la clarté n’est malgré tout pas la principale qualité du beats. Comparé à un hd25 SPII, il dégage un son plus pêchu, mais en contrepartie largement plus voilé, les voix sont loin du niveau du sennheiser.

 

D’un point de vue purement technique et en gardant son côté très orienté hip-hop je mettrais ce casque dans la tranche des 100-150 euros, même si les avis seront très partagés, certains le détesteront et certains l’aimeront bien. L’argument le plus important ici est que sa qualité sonore est supérieure à celle du modèle QC3 de bose, coutant 100 euros de plus, cela grâce à de vraies basses ( comprenez : pas une sorte d’étouffement du son).

 

Que retenir alors de cette qualité sonore ? Monster a sorti là un casque tout sauf audiophile. Entendez par là que casque n’est pas pour retransmettre de la finesse et ne se complait que dans la rythmique lourde et marqué. En ce sens le pari est réussi car c’était le domaine souhaité par la marque. On pourra saluer le bon niveau de détails, le bon contrôle du bas du spectre et la mise en avant des aigus permettant de garder un pied hors du royaume des basses ‘tuning‘. Pour le reste, on regrettera un manque de clarté évident et une spatialisation relativement restreinte.

 

CONCLUSION :

Sans être une claque, le Beats possède de nombreux atouts, en particulier sur la forme. Cumulant confort, bonne efficacité du système antibruit et design réussi (selon chacun bien sûr), son orientation nomade est un objectif atteint. Reste que ce produit n’échappe pas à des défauts. L’orientation ouvertement hip-hop ne satisfera pleinement que ce public là, le reste trouvera ( beaucoup) mieux ailleurs, même si le créneau de casque noise cancelling ne le permet pas vraiment. Meilleur que son concurrent bose, il n’en reste pas moins beaucoup trop cher si l’on juge uniquement sa qualité sonore.

 

Si l’isolation active et le hip-hop sont pour vous une nécessité alors c’est un choix justifié, sinon mieux vaut trouver un modèle fermé classique. Il n’en reste pas moins que ce casque ouvertement design est à des années lumières devant les deux grandes marques fashions du moment.

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

 

Prix du produit

Vos commentaires sur ce test ICI

4 trackbacks



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail