Nous avons actuellement plus de 220 visiteurs connectés sur nos sites (dont 19 sur generationmp3.com - 197 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test des Shure SE115m+

Vendredi 12 mars 2010 à 18:03 | Dans la catégorie Autres marques

 

Introduction : S’il y a bien un secteur où Shure a perdu de sa superbe, c’est celui de l’entrée de gamme. Le problème n’est pas que leurs écouteurs soient moins bons qu’avant, mais tout simplement que la concurrence a explosé, et propose d’excellent produit dès la cinquantaine d’euros. Le haut de gamme est toujours, à défaut d’être forcément meilleur, considéré comme une valeur sure.

On est ainsi en droit d’avoir des craintes pour ce modèle SE115m+ proposé autour de 130 euros, qui est la version kit mains-libres et télécommande Apple du SE115, disponible à présent autours de 70-80 euros en moyenne. Mais avant porter un jugement autant le tester, car nous n’en avons pas eu l’occasion avec le SE115 dans le passé. Naufrage ou retour en grâce ? Réponse tout de suite.

shure.jpg

shure_SE115m.jpg
Shure SE115m+

 

Menu

  1. Introduction
  2. Packaging, ergonomie, confort, isolation 
  3. Le son
  4. Conclusion

 

INTRODUCTION

 

S’il y a bien un secteur où Shure a perdu de sa superbe, c’est celui de l’entrée de gamme. Le problème n’est pas que leurs écouteurs soient moins bons qu’avant, mais tout simplement que la concurrence a explosé, et propose d’excellent produit dès la cinquantaine d’euros. Le haut de gamme est toujours, à défaut d’être forcément meilleur, considéré comme une valeur sure.

 

On est ainsi en droit d’avoir des craintes pour ce modèle SE115m+ proposé autour de 130 euros, qui est la version kit mains-libres et télécommande Apple du SE115, disponible à présent autours de 70-80 euros en moyenne. Mais avant porter un jugement autant le tester, car nous n’en avons pas eu l’occasion avec le SE115 dans le passé. Naufrage ou retour en grâce ? Réponse tout de suite.

 

 

Caractéristiques techniques

 

Caractéristiques très classiques, voire un peu étriquées pour la réponse en fréquence. Pas extrêmement sensible également.

  • Réponse en fréquence: 22-17.5KHz
  • Impédance: 16 ohms
  • Sensibilité: 102dB/mV

 

PACKAGING, ERGONOMIE, CONFORT, ISOLATION

 

 

Packaging

 

A petit modèle petit package et celui-ci est effectivement un peu trop léger à mon goût, si bien qu’on en a très vite fait le tour, mais d’aucuns s’en contenterons. On retrouve ainsi un 3 jeux d’embouts en mousse, 3 jeux d’embouts en silicone souple, et une pochette de transport souple .

 

Le minimum syndical côté embouts donc, même si ceux-ci sont toujours de bonne qualité et standardisés chez Shure. On pourrait pointer du doigt le manque d’embouts triflange, pas indispensable mais souvent présent.

 

Heureusement que la marque nous gratifie d’un étui de transport qui sauve un peu les meubles. Celui-ci est bien conçu et suffisamment grand pour laisser une marge d’erreur dans le rangement. Reste que ce package est bien terne, et que la présence d’un adaptateur jack 6.35mm est quasiment un minimum à l’heure actuelle.

 

 

Design, Ergonomie

 

Le design n’est pas forcement le point fort de Shure, et ce n’est pas ce modèle qui me contredira. D’emblée la taille de l’objet impressionne, et son l’aspect quasi-sphérique semble peu ergonomique. Mais c’est peut-être son côté trop “plastique” qui est le plus rebutant. Non pas que la marque soit la seule à utiliser cette matière, mais son utilisation ne laisse place à aucune finesse nu aucune fantaisie, d’autant que la couleur noire de ce modèle s’éloigne du SE115 et ses multiples coloris.

 

Pas une franche réussite donc sur ce premier point. Mais si un casque, qui plus est intra, devait se limiter au design, où serait le plaisir des tests ^^ ?

 

La fabrication est un cran au dessus, même si pas stratosphérique. La bonne nouvelle est à chercher du côté du câble, sur lequel Shure reste une valeur sure. Celui-ci est relativement épais et la connexion jack respire la solidité. En revanche, il y a un peu d’effet microphonique (frottements). Ce n’est pas énorme surtout vis-à-vis d’autres marques mais il faudra tout de même penser à caler le câble. Toujours très bon pour ce qui est du séparateur entre les canaux droite et gauche, permettant d’éviter presque totalement aux deux câbles de s’enrouler.

 

La nouveauté étant ici la télécommande micro, ce serait dommage d’oublier sa présence, surtout que cette petit chose coûte en quelques sortes une cinquantaine d’euros ( différence se115 et se115m+). Utilisée avec un itouch 2g et un iphone 3g, elle remplit parfaitement sa fonction et reste plus réactive lors de changement ou pause de chansons que la moyenne des télécommandes optionnelles. On regrette que ce type de télécommande ne soit totalement adapté qu’aux produits Apple, car il est très utile en pratique. Certains téléphones autres qu’Apple seront compatibles avec la fonction kit-mains libres, mais cette compatibilité est en générale très aléatoire et il vaut mieux l’essayer réellement avant.

Il n’y a pas 36 façons de procéder à l’insertion de ce modèle, il faudra obligatoirement l’enrouler autour des oreilles, ce qui en général réduit d’autant plus les effets de frottements.

Demi teinte du côté de l’ergonomie, mais on retrouve tout de même la marque Shure dans les choses qui comptent comme la fabrication, un peu moins de plastique eu été parfait.

 

 

Confort

 

Pas vraiment folichon de ce côté. La taille imposante et la forme sphérique déséquilibre un peu la tenue des écouteurs, ce qui oblige à enfoncer relativement les embouts dans les canaux auditifs. Résultats, difficile de les garder plus d’une heure dans les oreilles. Je suis un peu sévère mais la forme est vraiment un problème.

 

 

Isolation

 

Dans la lignée des vrai intras comme sait le faire shure. En pratique c’est donc totalement adapté à la pratque nomade, même en environnement bruyant. Petit plus avec les mousses, mais j’ai tendance tout de même à mieux aimer de bons triflanges pour une isolation parfaite.

 

 

LE SON

 

 

Matériel de test

 

L’écoute s’est faite ici avec le touch 2g et sur un rio karma cf 32go, ainsi que quelques essais sur un musiland svdac05 branché à un Millet Starving Student.

 

Mastodon : sleeping giant

 

Dès le début on sent que les basses dominent le reste. Pas perturbant non plus, mais l’écoute est très brouillonne. Dommage, car il semble que la spatialisation soit très étendue sur les côtés.

 

Mickael Jackson : Smooth Criminal

 

Le son est un peu voilé, rien d’inécoutable toutefois. Les basses sont toujours bien présentes mais manquent un peu de définition. Les aigus sont soignés mais en retraits.

 

Howard Shore : Evenstar (différente de celle de Deezer)

 

les médiums sont là et plutôt de qualité, enfin une bonne nouvelle. La structure simple et aéré convient bien au se115m+. La partie instrumentale est un peu sibilante en revanche.

 

Iron Maiden : Only the Good Die Young

 

Le son arrive à garder un bon niveau de détails, mais les Shure semblent au bord de la rupture. Ce n’est pas désagréable et l’énergie est bien présente. Il faut en revanche ne pas être trop regardant sur le naturel de l’écoute, car c’est très brouillon malgré tout.

 

Combichrist : I want your Blood

 

Parfait exemple de phagocytage de fréquences, car les basses (bien présentes par défaut sur ce morceau) ne permettent pas au reste de s’exprimer. Bref, c’est très brouillon.

 

Cypress Hill : Tequila Sunrise

 

Les voix sont un peu trop éloignés, mais retranscrites comme il faut. La guitare est quasiment absente, les aigus semblent vraiment avoir du mal à exister face aux basses.

 

James Horner ; Zorro’s Theme

 

Par d’énorme reproche ici, c’est assez agréable. Toujours ce voile dans l’écoute et des aigus qui ne montent clairement pas assez haut.

 

Armin van Buuren : In and Out of Love

 

Plutôt bon également, la quantité de basses est appréciable ici et le morceau est suffisamment aéré pour leurs permettre de déborder.

 

Deep Purple : Child in Time

 

Très carré sur l’intro, les voix sont bien retranscrites et le clavier n’est pas sibilant. Par contre il ne faut pas lui en demander trop, dès que ça pète ce modèle peine à suivre.

 

Biréli Lagrene : Minor Swing

 

Une structure simple et aéré, bon pour le ce modèle ? C’est plus compliqué ici, car si l’attaque des cordes est bien définie, il manque une bonne dose clarté, définitivement à mettre au crédit des aigus. On imputera difficilement la compression mp3, car manifestement les 17.5khz ne sont pas crédibles.

 

Megadeth : Hangar 18

 

Autant être clair, c’est une infâme bouillie. Toute la scène est projetée vers l’avant et la qualité du mixage n’arrange pas les choses.

 

Iron Maiden : The Legacy

 

Bonne intro, mais le reste est conforme à ce qu’on a pu observer. Les graves s’octroient autant de place que possible. Non pas que le niveau soit incroyablement élevé, mais les autres fréquences sont projetées dans le lointain. La palme revient aux voix et aux cymbales, qui semblent venir d’une galaxie lointaine, très lointaine.

 

Arcana : Invisible Motion

 

Mon dieu j’ai peur. J’ai peur. Ah tiens non, les voix sont plutôt agréables et chaleureuses. Par contre où sont les aigus ? Je cherche. Je cherche.

 

Georges Delerue : The Day of the Dolphin

 

On fini sur un type de sonorité qui n’est pas la tasse de thé de ce Shure, les aigus. Ce n’est pas désagréable mais définitivement une faiblesse, car le niveau dans ce domaine est trop faible. Les basses ne sont pas heureusement là pour interférer, mais on sent que la moindre percussion ruinerait l’ensemble.

 

Analyse

 

Difficile de garder un souvenir impérissable du Shure sur le plan sonore, car il fait tout simplement partie de ses casques que l’on qualifie à juste titre de moyen, voire même médiocre pour leur gamme de prix.

 

A aucun moment on a vraiment la sensation que ce casque va décoller. L’écoute n’est jamais totalement désagréable, mais manifestement Shure n’a également pas pris de risque, et gardé une signature assez classique. Le problème ici est que ce sont d’abord les défauts qui sautent aux yeux avant les qualités. Les basses ne sont pas catastrophiques mais empiètent sur des médiums qui surnagent dans cette médiocrité, et sur des aigus totalement dépassés. Ces derniers sont peu présents et également peu étendus, favorisant un manque de clarté ambiant. Tout n’est pas totalement noir bien sur, et le Shure sauve les meubles quand l’écoute n’est pas trop exigeante, il ne sonne également jamais agressif.

Bref pas loin d’être un ratage total, car j’ai déjà vu des casques 3 fois moins cher qui était plus agréable, la qualité de fabrication et le service en moins. L’atomic floyd testé précédemment est meilleur à presque tous les niveaux.

 

 

CONCLUSION

 

Je me souviens des jours anciens et je pleure. Je suis un intra Shure perdu dans une époque technologiquement avancée. On pourrait continuer des heures cette litanie, mais redescendons sur terre pour contempler le modèle type de l’endormissement d’une grande marque, encore confortablement installée sur un matelas de popularité.

 

Car oui, le son du Shure SE115m+ est médiocre, ne mâchons pas nos mots. Il y a quelques années il aurait largement contenté le public mais ce secteur a tellement évolué qu’il n’est maintenant qu’un intra perdu dans la masse, voire pire. Le plus grave reste la différence de prix presque scandaleuse avec le modèle SE115, qui est abordable en comparaison. Après avoir essayé les modèles SRH je ne me fait pas de souci sur les qualités de Shure, mais l’entrée de gamme est manifestement délaissée et il serait vraiment temps de réagir.

 

entre Image IPB et Image IPB

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

Vos commentaires sur ce test ICI

 



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail