Nous avons actuellement plus de 197 visiteurs connectés sur nos sites (dont 18 sur generationmp3.com - 176 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Comparatif : Monster Turbine Pro Gold vs Pro Copper

Lundi 29 mars 2010 à 17:05 | Dans la catégorie Non classé

 

Introduction : Difficile, très difficile d’associer le nom Monster à celui d’audiophile, qui plus est dans un secteur comme l’intra, qui depuis quelques années s’est mué en une vitrine technologique pour bien des marques. Mais c’est pourtant le pari de Monster à travers ses modèles turbines, déclinés en 3 versions.

Affrontant frontalement les Earsonics, Westone et autre Shure, il est plus que dur de croire que les turbine pro composés d’un unique driver (contre 2 voire 3 transducteurs) puissent exister autrement que dans l’univers de l’esthète fortuné. Verdict.

solosAngles03.jpg

4464242933_29c8a8d1d2_b.jpg
 
 
 
 
Monster Turbine Pro Gold et Turbine Pro Copper

 

Menu

  1. Introduction
  2. Packaging, ergonomie, confort, isolation
  3. Le son
  4. Conclusion

 

INTRODUCTION

 

Difficile, très difficile d’associer le nom Monster à celui d’audiophile, qui plus est dans un secteur comme l’intra, qui depuis quelques années s’est mué en une vitrine technologique pour bien des marques. Mais c’est pourtant le pari de Monster à travers ses modèles turbines, déclinés en 3 versions.

 

Tout d’abord l’ancêtre : le turbine premier du nom. Sans être considéré comme L’intra du siècle, il connait pourtant un succès critique et commercial important, le tout sans avoir eu recours à quelconque star de rap. Importante scission pour Monster donc, qui dans l’esprit audiophile ramène plutôt à des casques fashions ultra basseux, même si intéressants et atypiques.

 

La route ne s’arrête pas là dans la série des turbine, et la marque entends bien se hisser au panthéon de l’intra universel avec ses 2 derniers modèles : le turbine pro gold et le turbine pro copper, respectivement à 300 et 400$, les prix oscillants largement en France.

 

Affrontant frontalement les Earsonics, Westone et autre Shure, il est plus que dur de croire que les turbine pro composés d’un unique driver (contre 2 voire 3 transducteurs) puissent exister autrement que dans l’univers de l’esthète fortuné. Verdict.

 

PACKAGING, ERGONOMIE, CONFORT, ISOLATION

 

Packaging

 

Fort heureusement pour les besoins du comparatif, les packages sont absolument identiques, J’utiliserais donc ici la simple nomination de turbine pro.

 

Premier changement avec les modèles Beats, la boite est de dimensions assez réduites, mais force est de constater que l’aspect luxueux est toujours là. Seule la couleur des modèles et la petite dénomination gold ou copper permet de différencier les 2 boites, pour le reste il faut vraiment avoir l’œil sur des détails (ex : léger changement de typographie sur les boites).

Une fois ouverte, c’est une véritable caverne d’ali baba. En effet, le package est incroyablement fourni et sérieux.

On trouve en premier lieu les fameux écouteurs ainsi qu’une housse semi rigide de très bonne facture. Première petite surprise : sous cette housse se cache une deuxième housse, souple et plus pratique à glisser dans une poche. Là encore une légère différence subsiste entre les 2 modèles : les coutures du gold sont de couleur jaune or, celles du copper sont (logiquement) de couleur cuivre.

Sous ce « premier niveau » se trouve l’essentiel du package, à savoir les embouts et les connexions et il faut avouer que Monster ne se fout pas de nous pour ce qui est de ces premiers. On retrouve tout d’abord les classiques embouts en silicone souple (3 tailles), mais également des triflanges en silicone souple (2 tailles). Les embouts en mousse ne manquent pas à l’appel. Mais là où Monster surprend, c’est bien par la découverte d’embouts spéciaux brevetés par la marque, baptisés supertips. Pour faire simple, ces embouts ressemblent traits pour traits aux siliconés, mais l’espace habituellement vide dans le creux de l’embout est remplit par une sorte de gel. L’avantage est alors une isolation supérieure aux embouts classiques.

Enfin, on trouve également ( et heureusement) un adaptateur jack 6.35mm d’excellente facture, bien meilleur que celui livré avec les beats studio et solo.

Pas grand-chose à ajouter sur ce package, tout est parfaitement là avec même un petit extra.

 

Design, Ergonomie

 

Que dire du design en lui-même ? C’est une chose qui peut interloquer. En effet les 2 modèles testés ne se basent pas exactement sur le même marché, le copper étant tout de même une gamme au dessus. Pourtant, le design est identiques mis à part la couleur, et pratiquement identique au Turbine classique. L’utilisateur constate donc qu’un modèle à 150 dollars et un modèle 400 dollars possèdent globalement la même enveloppe, un peu étrange niveau marketing.

 

La couleur est ainsi la seule vraie différence ici (exception faite là encore d’un détail typographique), dorée pour le Gold et cuivrée pour le Copper. D’un point de vue purement subjectif je préfère de loin le Copper, qui s’il reste très tape à l’œil impose plus de classe que le Gold, beaucoup trop bling-bling.

 

Le design en forme de réacteur est, il faut l’avouer, plutôt très réussi, en tout cas loin des très sobres Shure, Westone et earsonics de cette gamme de prix.

La fabrication est par contre irréprochable en tous points, basée presque entièrement sur du métal. Difficile de trouver un équivalent en terme de solidité, les modèles précités chez Westone, Ultimate Ears ou Earsonics sont bien loin derrière et paraissent vraiment cheap à côté.

Important de le préciser justement, la marque garantie ces deux modèles à vie, même en cas de casse. Très alléchant donc, là où le haut de gamme ne dépasse que rarement les deux ans.

Pas de reproche particulier non plus sur le câble, de bonne fabrication et fidèle à la marque. La connexion jack semble moins épaisse que sur la plupart des modèles, à voir à l’usage. En revanche, le câble est un peu moins souple que la plupart des autres marques haut de gamme, rapport à son épaisseur. Pas grave en théorie mais en pratique il ballote un peu plus et crée alors quelques bruits microphonique.

Difficile de croire que ces deux modèles sortent de la même firme que les beats et leur plastique recyclé. Mon seul regret ici est l’utilisation d’un câble classique et non torsadé.

 

 

Confort

 

La grande diversité des embouts donne des résultats multiples, mais dans l’ensemble très bons. Ainsi, ces intras n’agressent pas l’oreille autant que ce que l’on peut voir sur les Earsonics et Westone. Si ces derniers sont assez confortables à l’usage, l’introduction dans l’oreille se fait de manière moins naturelle. Ici aucun problème justement, d’autant plus qu’il se place à la manière d’une oreillette classique, même si rien n’empêche de l’enrouler autour de l’oreille.

 

Une fois placé dans l’oreille il faut par contre avouer que la tenue est moins bonne que sur les meilleurs. Cette constatation est probablement la conséquence de mes canaux auditifs relativement étroits, mais je ne pense pas être le seul dans ce cas. Les supertips sont à ce petit jeu encore moins performant, car l’espace rempli de gel ne s’écrase pas autant que sur les siliconés classiques, par conséquent il faut avoir les conduits un minimums épais.

 

 

Isolation

 

Mi-figue mi-raisin. L’utilisation des mousses ou des triflanges donne un excellent résultat, même si moins bon que les earsonics SM2 par exemple. Les supertips présente un petit surplus d’isolation appréciable par rapport aux embouts classiques, mais encore une fois cela demandera un canal un minimum épais.

Parfaitement utilisable en pratique, je n’ai malgré tout pas été totalement satisfait, on trouve en général un peu mieux dans cette gamme de prix.

 

 

LE SON

 

Matériel de test

 

Il est tout d’abord important de préciser que la sensibilité de ces deux modèles est relativement faible. L’utilisation d’un ampli donne un résultat sonore un peu supérieur, même si globalement identique. Il faut donc bien garder à l’esprit que ces modèles demandent un minimum de patate, les baladeurs de faible puissance sont à déconseiller.

J’ai axé ce test sonore en comparant ces deux modèles avec le très bon Earsonics SM2, nous le verrons par la suite mais la sonorité est assez proche des Copper.

 

Muse : Bliss

 

Pro Gold

Sonorité très claire et claquante, un peu sèche mais bien définie. Légère sibilance dans les voix. Les basses sont manifestement de qualité, assez claquante même si un peu en retrait. Manifestement très proche des hifiman re252 même si supérieur sur ce morceau.

 

Pro Copper

D’emblée plus de basses et de chaleur, mais paradoxalement beaucoup plus de maitrise. La scène sonore et le niveau de détails sont plus important et la voix plus chaleureuse. C’est peut-être moins tranchant mais plus agréable. Les Earsonics ont sur ce morceau plus d’impact, mais globalement sont plus voilés. Les basses du Copper sont assez rondouillardes.

 

 

SM2

Il manque un peu de clarté sur ce morceau, C’est malgré tout très contrôlé. Le reproche principal que je fais à ce modèle s’annonce déjà, un voile prononcé dans les médiums.

 

 

 

Mickael Jackson : Smooth Criminal

 

 

Pro Gold

Pas mauvais, les basses sont toujours très claquantes et très bien définies. Les aigus sont d’une grande finesse sur ce morceau. Comparé au re252 c’est meilleur côté basses (beaucoup mieux défini) , un peu moins d’espace mais plus de détails.

 

Pro Copper

La batterie n’est pas sensiblement meilleure mais c’est à peu près la seule chose comparable. Pour le reste c’est une démonstration : plus d’espace, plus de chaleur, un niveau de basse parfait.

 

 

SM2

Le niveau de basse est bon et l’immersion excellente. Les voix sont chaleureuses. La scène sonore semble à la fois plus large mais pourtant beaucoup moins détaillé que sur le Copper que je préfère ici.

 

 

 

Howard Shore : Evenstar (différente de celle de Deezer)

 

 

Pro Gold

Bon espace sonore, assez posé. Un peu plus projeté en avant que les re252. Plus de chaleur que ce dernier, mais pas encore parfait.

 

Pro Copper

Le débat s’arrête là, c’est plus chaud, plus amples et les instruments semblent gagner un niveau en maitrise, on est vraiment dans l’excellent ici.

 

 

SM2

L’espace sonore est plus large chez Earsonics, mais même si c’est très agréable, l’écoute semble vraiment voilée par rapport au Copper qui donne une véritable leçon aux sm2.

 

 

 

Iron Maiden : Fear of the Dark

 

 

Pro Gold

Les aigus sont excellents ici, les cymbales sont parfaitement en reproduites. C’est très énergique et la séparation des instruments est bonne. Bien meilleur que le re252 ici. Le type de morceau sur lequel les basses claquantes s’expriment.

 

Pro Copper

Les cymbales sont encore meilleures. Les basses ont plus de rondeur, et la batterie manque d’énergie par rapport au petit frère, mais c’est une écoute qui peu plaire. La voix est en revanche nettement au dessus. C’est carré mais peut-être pas assez énergique.

 

 

SM2

Plus d’amplitude et un poil plus de basses, mais globalement moins de clarté et la séparation des instruments légèrement en dessous, suivant les gouts donc. Il manque également un brin d’énergie mais c’est un peu au dessus du Copper en termes de sensations, moins bon que le Gold par contre.

 

 

 

Cypress Hill : Tequila Sunrise

 

 

Pro Gold

Confirmation, les basses sont de très bonne qualité. Aucun débordement sur les autres fréquences, c’est très propre. Les voix pourraient être mieux définies ici cependant. C’est agréable mais pas transcendant. On commence à voir que les basses et les aigus sont mieux que le re252 malgré une signature similaire. Un peu plus d’espace pour ce dernier et des médiums un peu plus coulés serait un plus. Difficile de croire en tout cas la courbe de réponse en fréquence de ce modèle, qui semble bien plus équilibré qu’elle ne le laisse croire.

 

Pro Copper

Les basses sont un peu plus rondes et fatalement moins adaptées au style, pour le reste les médiums bien supérieurs sont un plus. Pas le meilleur style pour ces écouteurs mais pas désagréable.

 

 

SM2

Un poil moins contrôlé que les gold, mais une attaque beaucoup plus basseuse. Au dessus des 2 autres en termes de sensation.

 

 

 

Armin Van Buuren : In and Out of Love

 

 

Pro Gold

Bonne aération et niveau de détails tout simplement impressionnant. Il manque un surplus de basse et de chaleur sur ce style mais on n’est pas loin de quelque chose de génial.

 

Pro Copper

Véritable démonstration technique. Détails, clarté, séparation et reproduction des fréquences, difficile de croire que c’est un mono-driver. On pourrait encore demander plus de basses vu le style, mais c’est à peu près le seul reproche.

 

 

SM2

D’un point de vue immersion c’est du tout bon, car l’impact des basses est supérieur. Par contre ici, les basses court-circuitent un peu les aigus et la clarté s’en ressent, mais c’est aussi ce qui rends l’écoute encore plus chaude que les Monster. Je préférerais ce modèle sur ce style pour cette raison. Dommage pour Monster (tout dépend de l’utilisateur néanmoins) car le sm2 se fait littéralement ramasser à la petite cuillère niveau détails, restitution des fréquences et séparation des instruments par le Copper.

 

 

 

Biréli Lagrene : Minor Swing

 

 

Pro Gold

Pas de défaut majeur, excellente clarté. Ca manque néanmoins d’un peu de chaleur. Bonne attaque sur les cordes. En revanche la guitare sonne un peu lointain.

 

Pro Copper

Presque aucun changement. Les notes sont un peu mieux détaché et le niveau détails augmente encore.

 

 

SM2

L’attaque est clairement au dessus. Certes c’est moins aéré mais l’écoute se focalise complètement sur la guitare et c’est ce que l’on demande. Parfaitement adapté au style.

 

 

 

Mendelssohn : concerto pour violon n°2

 

 

Pro Gold

Ce modèle démontre toute la qualité de ses aigus bien qu’un peu trop présents, dommage que les basses ne sont manifestement pas faites pour le classique. Un manque de rondeur ici qui déstabilise. Ça reste très bon, mais il faut supporter ce manque.

 

Pro Copper

Tout bonnement incroyable, l’assise est parfaitement là et difficile de trouver ne serait-ce qu’un seul défaut. Les aigus sont moins envahissant et parfaitement retranscrits. Un léger effet de réverbération rajoute de l’ampleur. Mis à part la largeur de l’espace sonore qui reste supérieur sur un vrai casque, je ne me souviens pas avoir vu une reproduction aussi agréable, sauf avec des casques haut de gamme et moulés.

 

 

SM2

Très bon également, même si le niveau de détails est très loin derrière. Plus de chaleur encore que sur le Copper ce qui donne beaucoup de corps, mais à côté de cela l’aération est moindre et les aigus beaucoup moins bons, très nette victoire du Copper.

 

 

 

Arcana : Invisible Motion

 

 

Pro Gold

Très agréable et détaillé. Il manque un peu de chaleur mais c’est un style sur lequel la clarté est payante.

 

Pro Copper

Sans surprise c’est le cran au dessus. Beaucoup plus planant et maitrisé. Pas de remarque particulière à part pour l’espace sonore qui n’est excellent qu’avec un vrai casque ici.

 

 

SM2

On sent que l’espace sonore gagne un cran, mais malheureusement tout est complètement compressé par rapport au Copper, les percussions sont perdu quelque part dans l’espace. Les médiums gagneraient vraiment à être plus clairs.

 

 

 

Georges Delerue : The Day of the Dolphin

 

 

Pro Gold

Très très bon, reproduction très neutre, mais détaillé et parfaitement aéré. Reproduction encore une fois excellente des aigus.

 

Pro Copper

Les aigus aussi bien reproduits, on est dans les mêmes qualités de ce côté. Le surplus de chaleur permet de rappeler la présence des violoncelles. Encore un peu plus détaillé. Pas la peine de le préciser c’est excellent.

 

 

SM2

Les instruments semblent placés plus en retrait, on gagne en amplitude, mais c’est à peu près tout ce sur quoi le sm2 peut rivaliser. C’est très agréable mais loin des 2 autres.

 

 

Analyse

 

D’un point de vue sonore le Gold se place à part vis-à-vis des deux autres. Sa sonorité est plus équilibré que je le pensais et bien loin de ce à quoi nous a habitué la marque. Difficile de croire une telle chose et j’avoue ne pas comprendre sa courbe de réponse en fréquence qui le présenterait comme un Monstre basseux. Certes ce casque n’en manque pas, mais il reste pourtant très polyvalent et incroyablement clair et détaillé. Il est en outre relativement tranchant car ses basses sont plutôt claquantes, davantage que le Copper et l’Earsonics SM2.

 

Son prix le place dans une catégorie intermédiaire mais relativement haut de gamme, pourtant il n’a pas a rougir et a largement sa place sur le plan sonore, je ne parle même pas de ses qualités annexes. Bref une amélioration plus que notable par rapport à mes souvenirs du Turbine premier du nom.

Le Copper maintenant. Ce modèle était pour la marque un pari encore plus risqué, car se battre face aux monstres du genre prédisait une défaite cinglante. Finalement la surprise est de taille, ce modèle est une véritable mine d’or, un intra qui mérite sa place sur le panthéon de l’universel. S’il n’est pas parfait, il ne dévoile qu’un nombre infime de défauts. A la fois incroyablement détaillé, chaleureux, maitrisé et doté d’une séparation des instruments à tomber, il ne pêche que sur l’autel de la rapidité extrême, pour lequel il sonne trop rondouillard même si pas désagréable.

Le comparer à l’Earsonics est intéressant car il possède plusieurs similitudes, notamment le manque de tranchant et la reproduction chaleureuse. Si sur des morceaux amples comme les musiques orchestrales le Copper dominent les débats de par ses qualités évoquées, l’Earsonics est plus direct, il va droit au but. Des morceaux plus intimistes seront ainsi plus enivrants avec l’Earsonics, là où le Copper cherche absolument tous les détails à droite et à gauche. Pour le reste c’est assez aléatoire.

 

Les amateurs de classiques et ost seront plus que ravis par le Copper, pour lequel je ne lui trouve pas un seul concurrent en intra universel.

 

D’une manière générale je préfère le Copper, probablement pour la raison qui fait que je n’ai jamais acheté de SM2. Vous allez probablement penser que j’insiste, mais je bloque littéralement sur l’écoute voilé des SM2, qui sans cela serait bien plus extraordinaire à mon sens.

 

CONCLUSION

 

Qui aurait pensé que Monster serait capable de sortir de tels modèles après les Beats ? Les turbines pro gold et pro Copper sont d’excellents produits diamétralement opposés à leurs ainés. Outre une qualité de fabrication et un package irréprochable, le son tient largement le rang que les prix nous promettaient.

D’un côté le Gold est un modèle claquant, précis et beaucoup plus fin qu’on pourrait le penser, de l’autre le Copper est une véritable démonstration technique.

 

Turbine Pro Gold
Image IPB

 

 

Turbine Pro Copper
Image IPB

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

Vos commentaires sur ce test ICI

 



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail