Nous avons actuellement plus de 287 visiteurs connectés sur nos sites (dont 29 sur generationmp3.com - 256 sur le forum)

Écrit par
iMike

Test du Koss QZ900

Vendredi 30 avril 2010 à 18:02 | Dans la catégorie Autres marques

 

Introduction : Vieux de la vieille parmi les marques de casques, Koss flirte à la fois avec l’innovation et le conservatisme. Symbole de son succès en nomade, le Porta pro est une des plus grandes réussites de ces 30 dernières années, dont d’ailleurs Koss n’a toujours pas prévu de remplaçant.

Le Koss QZ900 montre un état d’esprit différent, celui de marquer le haut de gamme nomade à travers un segment très apprécié mais restreint, celui de l’isolation active. Comment s’en tire le QZ900 ?

QZ900_1_2.jpg

QZ900_1.jpg
Koss QZ900

 

Menu

  1. Introduction
  2. Packaging, ergonomie, confort, isolation 
  3. Le son
  4. Conclusion

 

INTRODUCTION

 

Vieux de la vieille parmi les marques de casques, Koss flirte à la fois avec l’innovation et le conservatisme. Symbole de son succès en nomade, le Porta pro est une des plus grandes réussites de ces 30 dernières années, dont d’ailleurs Koss n’a toujours pas prévu de remplaçant.

 

Le Koss QZ900 montre un état d’esprit différent, celui de marquer le haut de gamme nomade à travers un segment très apprécié mais restreint, celui de l’isolation active. En effet assez peu de modèles sortent du lot et il est difficile de croiser autre chose qu’un Bose de la série QC ou un Monster Beats By Dre, à la limite parfois un Sennheiser PXC.

 

Koss à travers ce nouveau modèle s’attaque à de très gros morceaux, non pas que leur son soit intouchables loin de là, mais leur implantation est si grande qu’il est difficile de se faire une place. Pari réussi ? Réponse tout de suite.

 

 

Caractéristiques techniques

 

    Les chiffres sont classiques mais bon, l’impédance ici est celle du système en mode inactif

     

  • Impédance: 32 ohms
  • Sensibilité: 100dB/mV
  • Réponse: 20-20KHz

 

PACKAGING, ERGONOMIE, CONFORT, ISOLATION

 

 

Packaging

 

Les packagings de casques à isolation active sont rarement très fournis, il faut dire que les besoins sont plus limités que pour les intras. Koss ne nous surprend malheureusement pas et propose le minimum. Outre le câble détachable, la marque livre pour unique connectique un adaptateur jack 6.35mm. Pour ce type de produit la prise avion est en générale présente et ce n’est pas le cas ici, mauvais point donc même si cela sert peu en pratique.

 

Qu’il y a-t-il de plus dans ce désert ? Et bien une chose très utile : la housse rigide de transport, parfaitement adaptée aux dimensions de l’objet. Un petit plus malgré tout vient du câble, puisque celui-ci est doté d’un contrôleur de volume sous la forme d’une simple molette.

 

 

Design, Ergonomie

 

Un peu plus brute de décoffrage que ses collègues de chez Monster et Bose, mais le QZ900 est loin d’être vilain. Son design inspire une certaine solidité et les fautes de gouts sont relativement bien évitées, mis à part le point de coulissage de l’arceau, d’un aspect métallisé qui dénote avec le reste.

La solidité justement ? C’est un excellent point, car exit le plastique ultra cheap du Monster Beats. Ce casque se permet même d’être supérieur au Bose. On reste dans le plastique certes, mais l’assemblage est irréprochable. Sans être un tank, ce modèle est d’une bonne solidité générale, même si fatalement la densité est importante.

L’ergonomie du casque à présent. L’isolation active implique quelques changements par rapport à un casque classique, même si d’une manière générale ils se limitent à un emplacement pour une batterie ou un jeu de piles afin de faire marcher le système, le tout en adjoignant un interrupteur pour mettre en marche ou désactiver ce système. Oui mais voila, là ou la majorité de ses concurrents sont condamnés au silence sans batterie, le QZ900 peut fonctionner sans le système d’isolation active, et donc sans nécessiter de piles.

 

Le système de changement de piles est un peu plus compliqué que celui du Monster ou du Bose, puisqu’il faut d’abord retirer le coussinet et enlever le loquet pour y placer la pile. Koss a bien fait les choses puisque les coussinets sont faciles à replacer. Le système fonctionne à l’aide d’une unique pile LR03 (AAA). L’autonomie annoncée est de 50 heures, ce qui est excellent pour une seule pile. Mon écoute avec le système actif a permis de tenir entre 40 et 45 heures.

 

 

Confort

 

Le design des oreillettes jongle comme beaucoup de casques entre le circum et le supra. La plupart des oreilles seront entourées par les coussinets, les autres légèrement reposées dessus. Bon point de ce côté, le port est agréable et les coussinets suffisamment doux pour être portés une bonne heure. Ce dernier point dépendra des gens, car en pratique le design plus fermé que la plupart des casques à isolation active échauffe davantage les oreilles.

 

Le confort général est un point positif, même s’il faut avouer que ses concurrents précités font encore mieux (avec des contreparties), globalement au niveau du poids, le prix de la solidité.

 

 

isolation

 

Si cela est déjà important pour un casque classique, il devient crucial dans l’optique de l’isolation active. Monster et Bose sont parmi les rares à proposer une isolation active vraiment efficace, et Koss se tirerait une balle dans le pied à ne pas faire de même.

 

Mais avant d’aborder ce point parlons d’une chose que peu de casques de ce type ont : une isolation passive digne de ce nom. Et c’est peut-être la force de ce Koss, qui peut être utilisé en transport en commun pratiquement (et oui, pas autant) comme le font les modèles HD25 de sennheiser ou m50 d’audio technica. Ce type d’isolation reste incontournable pour les aigus et bruits non réguliers, contre lesquels l’isolation active n’a pas encore de remède miracle dans le grand public.

 

Et on peut dire que Koss fait mouche, et nous a concocté un système parfaitement au point, encore plus efficace que celui de Monster et facilement autant que celui de Bose. Le ronronnement de la ville devient véritablement imperceptible, et l’efficacité sur des bruits constants en général est un modèle.

 

Petit bémol malheureusement, comme observé sur le Monster, un souffle (venant du système d’amplification) prononcé. En extérieur cela reste quasiment inaudible, mais en environnement très calme cela est franchement perceptible. Certes on utilise rarement ce système pour une écoute en milieux calme, mais cela reste un problème.

 

 

LE SON

 

Matériel de test

 

L’écoute s’est effectuée sur un cowon s9 et un rio karma. Le type de signature est comme je le craignais différent si le système est actif ou non, j’ai donc décomposé chaque morceau en mode actif et inactif. L’utilisation d’un ampli n’apporte ici absolument rien, son utilisation en mode actif étant de plus un non-sens.

 

Dionysos : l’homme sans trucage

 

Système Inactif

 

Un bon niveau de basses, heureusement assez bien séparé des autres fréquences. Ce n’est donc pas parfait car cela déborde un peu sur les médiums. Mais mis à part un léger voile il y a une bonne clarté dans ce morceau. La spatialisation n’est pas énorme mais le sens du détail est très correct.

 

Système actif

 

Il fallait s’y attendre, le niveau de basse est moindre. Pas de lacune non plus donc ce n’est pas un problème. Résultat, les médiums sont un poil plus libérés mais moins chaleureux et également plus lointains. Pas forcement moins bon, juste différent.

 

Mickael Jackson : Wanna be starting something

 

 

Système Inactif

 

Très très bon. Beaucoup de percussion, le tout avec maitrise. Le sens du détail est préservé et les voix sont parfaitement détachées, bref du tout bon.

 

Système actif

 

Aie ! Premier petit tôlé pour le système. La baisse de basse déséquilibre trop l’ensemble. Les voix sont plus compressées et le tout sonne plus sibilant. Pas nécessairement mauvais mais c’est nettement moins bon.

 

Howard Shore : Twillight and Shadows

 

 

Système Inactif

 

C’est une petite surprise, mais je n’ai aucun reproche en particulier ici. C’est à la fois très chaleureux et pourtant clair, ce qui est presque une première pour ce type de casque.

 

Système actif

 

Etrange sensation. La perte quasi-totale des extrêmes basses entraine une hausse de clarté qui finalement donne un rendu encore plus clair et détaillé, l’écoute permet alors de laisser s’exprimer davantage les instruments.

 

Iron Maiden : The Longest Day

 

 

Système Inactif

 

La voix est un peu lointaine, mais l’énergie est bien là, il manque peut-être un peu de tranchant car le Koss sonne ici assez rondouillard mais cela est très agréable.

 

Système actif

 

Beaucoup moins bon. Tout semble plus linéaire, la voix est plate et sans envergure, bref ça sonne comme dans une boite.

 

Wolfmother : California Queen

 

 

Système Inactif

 

Un véritable déluge électrique. Par contre il faut supporter le niveau de basse, qui s’il ne déborde jamais est déjà très élevé par défaut. Un très bon morceau pour ce casque qui n’a rien à envier au dr dre qu’il surclasse même.

 

Système actif

 

La différence est ici plus subtile qu’avec le morceau précédent. Un peu plus sibilant à fort volume, le niveau de basses s’est un peu rééquilibré. Je préfère cette configuration, mais c’est au gout de chacun.

 

Cypress Hill : Tequila Sunrise

 

 

Système Inactif

 

Moins percutant que les dr dre ici, la maitrise est pourtant autrement meilleure, les détails sont toujours là et tout est en place.

 

Système actif

 

Etonnant, mais la différence est quasi nulle ici.

 

Ennio Morricone : L’Estasy Dell’Oro

 

 

Système Inactif

 

Finalement très polyvalent ce casque. Bien sur on peut largement mieux faire, la clarté n’est pas assez grande. Très bonne maitrise des instruments en revanche.

 

Système actif

 

Une bonne dose de soupe, le tout sonne très empaffé et confus. Un peu dommage.

 

Armin Van Buuren : In and Out of Love

 

 

Système Inactif

 

Un seul reproche, la spatialisation aurait pu être plus étendue sur les côtés, sinon le koss montre des qualités évidentes. Percussion, sens du détail et un brin de réverb donnent un morceau très bien rendu. Très adapté aux amateurs de ce style en tout cas.

 

Système actif

 

Mouarf, la voix s’enfuie et c’est bien dommage. Le niveau de détail est toujours très bon, mais il manque quelque chose.

 

Biréli Lagrene : Spain

 

 

Système Inactif

 

Bien défini, ce casque est plutôt bien taillé pour l’acoustique. Il manque un peu de vitesse, les notes ne sont pas aussi détachées qu’on le souhaiterait.

 

Système actif

 

Différence très ténu. Dès que le style d’accélère on ressent une baisse dans l’assise, mais rien de préjudiciable.

 

Ensiferum : from afar

 

 

Système Inactif

 

Ce casque n’est pas désarçonné par les mixages très frontaux, l’énergie est bien retranscrite et la séparation des instruments est toujours là.

 

Système actif

 

Comme très souvent sur les styles rapides, l’activation dégrade le son de manière notable. Le manque de basse entraine des comportements relativement aléatoires, mais presque systématiquement dommageable pour les médiums. Ici c’est encore le cas. A moins d’un bon temps d’adaptation l’écoute est relativement désagréable.

 

Arcana : Out of the Grey Ashes

 

 

Système Inactif

 

Encore une fois le son pourrait être plus étendu à droite et à gauche, mais paradoxalement la profondeur est très bonne. Les basses sont bien à leur place et se contentent de jouer leur rôle d’assise. Bon niveau de détails et bonne retranscription des voix. Les aigus sont ici un peu cours.

 

Système actif

 

L’activation semble avoir jeté le son dans un puits profond et éloigné toutes les composantes de la chanson. C’est très écoutable en pratique, mais la chaleur n’est plus aussi présente.

 

Analyse

 

Que retenir du son de ce Koss ? Tout d’abord ce n’est pas encore aujourd’hui que l’isolation active vaudra vraiment le prix demandé, ce casque en est un parfait exemple.

 

D’un point de vue purement sonore c’est un casque qui se situerait dans les 100-150 euros en casque classique, car il possède de grandes qualités. Oui mais voila, ce n’est pas un casque classique, et le comparer à ses concurrents lui donne tout de suite une autre dimension. S’il évite à la fois la taille un peu trop imposantes des Sennheiser pxc350 et 450 et la mauvaise efficacité de bien des concurrents, il peut également se vanter d’être supérieur, ou tout du moins plus polyvalent que les Monster et Bose. Koss propose un casque comme à son habitude prononcé dans les basses et les bas médiums, mais ses rivaux sont bien pires à ce jeu. Ce constat est fait lorsque le système est actif, car dans le cas contraire c’est encore plus parlant..

Ce dernier point est peut-être le point le plus marquant du casque, car la signature sonore est différente, parfois de manière criante. On comprend bien sur que ce manque de basse vient du fait que l’isolation active le réclame, mais d’une manière général le son est un peu trop distant, voire plus brouillon. Grand paradoxe alors, le son avec le système activé est meilleur, mais à quoi bon dépenser plus si c’est pour ne pas utiliser l’isolation active. La case égalisation ? Un léger mieux en forçant un peu les basses et les bas médiums.

Le choix dépendra alors grandement de l’utilisateur. Le son avec le système actif reste malgré tout acceptable, et surtout plus polyvalent que les Bose et Monster. On conseillera donc ce casque pour les touches à tout. Car finalement certains styles sont plus touchés que d’autres. On pointera du doigt les styles rapides comme le hard rock et metal en général, pour lesquels je déconseille ce casque (en mode actif j’entends). Pour le reste la différence est suffisamment faible pour faire des concessions, même si rien de ne vaut une écoute préalable.

 

 

CONCLUSION

 

Un défaut, un seul suffit à faire douter. Ce QZ900 est une réussite quasi-totale car Koss concilie robustesse, compacité et très bonne efficacité de l’isolation active.

Basé sur un son typé mais finalement assez polyvalent, il ne pêche que par un relâchement du son lors du noise-cancelling, qui pourra faire douter.

 

 

+ Solidité

 

+ Isolation active très efficace

 

+ Son typé mais polyvalent

 

 

- Reste très koss dans la signature

 

- Baisse de l’efficacité en mode actif

 

 

Image IPB

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

Vos commentaires sur ce test ICI

push



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail