Nous avons actuellement plus de 274 visiteurs connectés sur nos sites (dont 17 sur generationmp3.com - 254 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test Bowers & Wilkins P5

Vendredi 14 mai 2010 à 17:45 | Dans la catégorie Non classé

 

Introduction : Prestigieuse marque de hifi, il était difficile pour Bowers & Wilkins de ne pas viser directement le haut de gamme du casque avec sa dernière création, le P5. D’un prix plus sage que l’on aurait pu le craindre, il n’en reste pas moins que tout le monde n’est pas prêt à mettre 300 euros dans un casque, qui plus est pour une marque sans référence dans le domaine.

Faut-il accueillir comme il se doit un nouveau grand ou déplorer une stratégie marketing délaissant le fond pour la forme ? Réponse dans ce test.

QZ900_1.jpg
Bowers & Wilkins P5

 

Menu

  1. Introduction
  2. Packaging, ergonomie, confort, isolation
  3. Le son
  4. Conclusion

 

INTRODUCTION

 

Prestigieuse marque de hifi, il était difficile pour Bowers & Wilkins de ne pas viser directement le haut de gamme du casque avec sa dernière création, le P5. D’un prix plus sage que l’on aurait pu le craindre, il n’en reste pas moins que tout le monde n’est pas prêt à mettre 300 euros dans un casque, qui plus est pour une marque sans référence dans le domaine.


explosera littéralement la concurrence.

 

Basé sur un design sophistiqué et mêlant cuir et acier, le produit est plein de promesses. Faut-il accueillir comme il se doit un nouveau grand ou déplorer une stratégie marketing délaissant le fond pour la forme ? Réponse dans ce test.

 

 

Caractéristiques techniques

 

    Un peu prétentieux dans les basses fréquences, mais à part ça très classique pour un casque nomade.

     

  • Impédance: 26 ohms
  • Sensibilité: 115dB/mV
  • Réponse: 10-20KHz

 

PACKAGING, ERGONOMIE, CONFORT, ISOLATION

 

 

Packaging

 

Difficile d’attendre grand-chose des casques nomades d’une manière générale, le P5 est de ce côté conforme aux attentes.

 

Tout d’abord le câble détachable, livré en 2 exemplaires, pas tout à fait identiques car en version iphone et classique. Pas de surprise bien sûr pour la version iphone, différente uniquement sur la présence de la télécommande-micro et également du jack 4 connexions.

Difficile également de passer à côté de l’adaptateur jack 6.35mm, toujours bienvenu même en pratique ce casque n’est pas spécialement meilleur avec un ampli. L’absence de housse serait fatale à un produit catalogué haut de gamme, B&W ne l’a heureusement pas oubliée.

Point à préciser, le package que nous avons reçu n’était pas encore le package définitif, il semble en effet que la housse a été modifiée depuis. Celle testée ici avait un défaut de taille : celui d’être totalement souple et par conséquent inefficace contre les chocs, bien que très douce au demeurant. D’après l’aspect de la housse définitive, un léger rembourrage a fait son apparition, mais pas de jugement hâtif.

 

 

Design, Ergonomie

 

Ce n’est pas un secret si vous avez suivi les nombreuses news sur le P5, son design me plait énormément. Prenant un aspect à la fois moderne et vintage, la marque s’appuie sur des matières luxueuses. On retrouve ainsi l’alliance du cuir et de l’aluminium brossé en restant dans une sorte d’épurement des lignes. Personnellement j’ai tendance à privilégier la transparence du Philips SHL9560, mais de très peu.

Cela ne sent pas forcément sur des photos, mais les dimensions sont très compactes et c’est un casque parfaitement nomade.

Passé cette revue d’art, soyons un brin objectif et revenons à l’aspect ergonomique.

 

D’un point de vue ergonomique le pari est réussi, car en plus d’être très léger, la solidité est manifestement au rendez-vous, très difficile de trouver un point faible. Les oreillettes n’ont absolument aucune faiblesse et aucun jeu, très rassurant. Pas de problème pour l’arceau non plus malgré sa finesse.

Comme je n’aime pas les casques irréprochables, je vais me plaindre sur un point, le pivotement des écouteurs, possible jusqu’à 90°, amène de temps à autres un léger grincement.

Un des points forts de casque est incontestablement son câble détachable, qui permet d’assurer une longévité évidente. C’est d’ailleurs doublement un avantage sur ce casque, car le câble n’est honnêtement pas très rassurant. Pas mauvais par rapport à ce qu’on connait avec l’ESW9 d’Audio-Technica, il n’en reste pas moins qu’il est un peu trop fin, idem pour le jack.

Le remplacement est en revanche peu pratique, pour cela il faut rappeler la façon dont le câble est disposé. Tout d’abord celui-ci est un simple jack 3.5mm des 2 côtés, parfaitement standardisé donc et surtout il ne passe que d’un côté du casque, le côté gauche. De là, il se place dans une sorte de petit sillon prévu à cet effet et se fiche dans le connecteur jack femelle situé dans cet écouteur (les photos seront je pense plus parlantes).

Le premier souci est que malgré la standardisation de la prise jack, un câble s’accommodant des dimensions du sillon n’est pas forcément simple à trouver. Difficile donc de penser à un éventuel upgrade du câble, au niveau de la qualité de fabrication j’entends.

Le second souci est que pour retirer le câble il faut à la fois appuyer sur le connecteur afin de soulever le câble et tirer sur ce dernier en même temps. Pas compliqué en théorie, mais le jack est à la fois très fin et l’ancrage extrêmement résistant. Bien sûr au bout de quelques essais cela est plus facile. A la fois un avantage et un désavantage donc cette disposition intérieure du câble.

Autre point à relever, les coussinets détachables. Ceux-ci sont, n’ayons pas peur de le dire, incroyablement bien pensés. Là où replacer les pads est en général un calvaire, ceux du P5 ne demandent qu’à être soulevés, la manipulation n’étant pas plus compliquée dans l’autre sens. Cette facilité s’explique par leur légère aimantation et la présence d’une petite encoche pour assurer une bonne position. Difficile de penser qu’une telle facilité donne des coussinets restants bien en place, pourtant le résultat est parfait en pratique.

 

 

Confort

 

On rappelle que ce casque est basé sur un design supra (posé sur les oreilles), ce qui en général n’est pas un très bon signe pour le confort.

 

Mais encore une fois le P5 déjoue bien des pronostics, car ce casque est un modèle de confort, parmi les plus confortables voire le plus confortable supra que j’ai pu essayer. Deux bonnes raisons à cela : l’arceau ne serre pas trop la tête et surtout le cuir est d’une excellente qualité, bien loin de ce qui se fait même sur le modèle SRH840 de shure qui était déjà un modèle.

La partie en cuir de l’arceau bénéficie de cette même qualité, pas de mauvaise sensation au niveau du crâne donc malgré la faible épaisseur de l’arceau justement. Tout n’est pas complètement parfait bien sûr car malgré toutes ces qualités, on ressent un petit réchauffement au bout d’une heure et demie environ. Bref seuls quelques circum peuvent se targuer d’être aussi confortables dans le nomade.

 

 

isolation

 

Parfois un très bon point pour les supra, comme leSennheiser hd25 qui est un casque très isolant, ce type de design donne des résultats catastrophiques dans bien des cas. Ici pas de panique, c’est très bon, parfaitement utilisable même dans les transports en commun. En comparant avec le RP-HTX7 de panasonic et le SHL9560 de Philips la différence est assez importance, ce B&W est meilleur sur ce point.On est donc au niveau d’un vrai bon casque fermé.

Télécommande micro Apple

 

Il est bien regrettable que cette fonction ne soit disponible que pour la gamme Apple, car il faut avouer c’est un petit plus bien sympathique. La plupart du test de la télécommande s’est effectué sur un itouch 2g, parfaitement compatible. Ceux qui connaissent un tant soit peu Apple ne seront évidemment pas perdus par les manipulations nécessaires à la navigation.Comme pour toutes les télécommandes compatibles Apple, on observe toujours un léger temps de latence avant la prise en compte de la commande. C’est très faible en pratique mais soyons un peu tatillons. Bon point sur la taille de cette télécommande aussi compacte que celle des écouteurs Apple.RAS sur le micro, faisant le boulot sans problème.

LE SON

 

Matériel de test

 

L’écoute s’est faite comme d’habitude sur un cowon S9 et un rio karma cf. J’ai également testé ce modèle avec un SVdac05 branché à un millet starving student, mais le gain est assez faible ici, un peu plus plaisant sur les médiums mais rarement plus.

 

Test en écoute

 

Ici, point de playlist. Non pas par fainéantise, mais parce que les qualités et défauts se dégagent assez rapidement. Commençons tout d’abord par décomposer par type de fréquence.

 

Les basses tout d’abord. Il était difficile de penser qu’une marque aussi prestigieuse sur la scène hifi en rajoute des tonnes, et bien c’est effectivement très doux de ce côté-là, mais vraiment loin d’être anémique.

En revanche, la où nombre de casques proposent une reproduction ultra-rapide de ces fréquences, les basses du P5 sont extrêmement lentes, très (trop ?) rondes en fait. Cette reproduction implique d’une part une écoute toujours reposante dans ce registre, mais également une absence de polyvalence évidente. En effet il n’est pas difficile de voir que des basses trop ronronnantes s’accommoderont difficilement avec des styles comme le rock, l’electro et le rap, demandant un certain punch.

Heureusement les médiums sont là pour donner une sens à ce casque, car il faut l’avouer, c’est une grande réussite de ce côté. Déjà excellent sur un casque comme le SRH840 de Shure, le B&W joue dans la même ligue. Moins de clarté par rapport au Shure, mais sa chaleur le rend exceptionnellement agréable sur les voix.

Assez chargé dans les bas-médiums, il faudra supporter le son assez typé qu’il dégage. Manifestement ce casque est très orienté jazz et classique. La maitrise observée sur un morceau comme Evenstar d’Howard Shore est parmi les meilleures reproductions de cette tranche de prix, même face à des casques sédentaires.

Bien sûr le constat est assez proche de celui des basses concernant les styles. Car si la qualité des fréquences médiums est évidente, ils ne sont pas aussi polyvalents qu’on le souhaiterait. La bosse des bas-médiums donne un résultat un peu empaffé encore une fois sur les styles rapides. Il faut rester en terrain connu avec ce casque, qui réserve finalement très peu de surprises une fois ses styles de prédilection isolés.

Les aigus, enfin, se tiennent juste derrière les médiums. Pas aussi bons il faut l’avouer, mais très clairs et peu agressifs. D’une manière générale ils ne seront jamais un frein à l’écoute des styles évoqués. Un peu court parfois c’est le principal reproche que l’on pourrait faire.

La spatialisation n’est pas un point sur lequel P5 peut se targuer d’être bon. Car oui, ce dernier sonne un peu trop étriqué face aux ténors du nomade. La reproduction est juste et la plupart du temps détaillée, mais le son n’est pas enveloppant, il reste constamment très frontal. Léger progrès sur les morceaux exceptionnellement bien mixés, mais ne pas s’attendre à des miracles. A sa décharge, très peu de supra réussissent cet exercice.

 

 

Analyse

 

Dommage de pas avoir confirmé les excellentes qualités de ce casque avec le son. Car je pourrais difficilement trouver des défauts, mis à part le package et le câble, autre que la reproduction sonore en elle-même. Bien sûr il n’est pas mauvais, il est même excellent sur certains styles, mais un tel manque de polyvalence reste très frustrant pour quelqu’un comme moi.

 

Soyons tout d’abord objectif : malgré les qualités annexes de ce casque, les grands fans de rock, rap ou electro ne feront là pas une bonne affaire, tout simplement car il existe d’aussi bons casques pour le tiers du prix dans ces styles. Il est évident que le confort, la qualité et le design se payent, mais 200 euros de plus est un peu excessif.

Il reste les mordus de Jazz, classique et acoustique qui trouverons largement leur compte avec ce P5. De bon à excellent. Dans cette configuration le P5 reste un casque très cher, mais difficile néanmoins de trouver un meilleur équilibre dans le haut de gamme nomade.

 

 

CONCLUSION

 

Véritable démonstration sur la quasi-totalité de ses attributs, ce casque ne pêche véritablement que dans sa reproduction sonore très peu polyvalente. Très calme et très posé bien que pas assez aéré, il reste bien trop sage et maladroit pour les styles énergiques.

Solide, design, très confortable et doté d’un câble détachable compatible Apple, il oscillera entre très bonne affaire ou un simple objet de luxe selon les gouts musicaux du porteur.

 

 

+ Design d’exception, solidité

+ Confort excellent pour un supra

+ Très bonne isolation

+ Câble détachable et compatible Apple….

 

- Mais perfectible en qualité

- Signature sonore très lente

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

Vos commentaires sur ce test ICI

push

No tag for this post. 24,141 Vues Partager Envoyer à un ami Imprimer cet article

Un trackback



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail