Nous avons actuellement plus de 218 visiteurs connectés sur nos sites (dont 17 sur generationmp3.com - 200 sur le forum)

Écrit par
lebellium

Test du Cowon C2

Mardi 12 juillet 2011 à 13:32 | Dans la catégorie Cowon iAudio

 

Testé par lebellium

 

Introduction : Fin 2006 Cowon présentait son premier mini-PMP avec écran tactile, le D2. Ce petit baladeur a connu un certain succès (déjà 300 000 exemplaires vendus dans le monde en mars 2008), notamment grâce à son excellente autonomie et son slot SDHC. Pour capitaliser sur ce succès, Cowon a sorti en 2009 le D2+, un D2 avec un nouveau design, une interface redessinée et des effets BBE+. Cela dit, le D2 commençait sérieusement à se faire vieux depuis quelques temps et les fans étaient dans l’attente d’un vrai successeur. En 2010, des rumeurs concernant un D3 sous Android circulent. Au final, ce produit est effectivement sorti mais ce n’est pas du tout le remplaçant du D2 attendu. Il faudra attendre avril 2011 pour enfin voir arriver le C2 (D3…C2… on ne cherchera pas à comprendre la nomenclature de Cowon). Les questions que l’on se pose tout naturellement: Qu’apporte-t-il dans la gamme Cowon actuelle et est-il digne de son prédécesseur?

Image IPB

Test du Cowon C2

Image IPB

 

Publication de ce test avec l’aimable autorisation de cowon.fr.
Le Cowon C2 est en vente sur

Image IPB

 

Menu:

1- Introduction
2- Spécifications
3- Présentation Vidéo
4- Packaging
5- Description
6- Ergonomie, Interface et Utilisation
7- Musique
8- Qualité sonore
9- Radio FM
10- Photos
11- Vidéos
12- Haut-Parleur
13- Slot MicroSD
14- Autres fonctions
15- Connexion/Charge/Transfert
16- Autonomie
17- Comparaisons
Conclusion
Liens utiles

 

 

1- Introduction

 

Fin 2006 Cowon présentait son premier mini-PMP avec écran tactile, le D2. Ce petit baladeur a connu un certain succès (déjà 300 000 exemplaires vendus dans le monde en mars 2008), notamment grâce à son excellente autonomie et son slot SDHC. Pour capitaliser sur ce succès, Cowon a sorti en 2009 le D2+, un D2 avec un nouveau design, une interface redessinée et des effets BBE+. Cela dit, le D2 commençait sérieusement à se faire vieux depuis quelques temps et les fans étaient dans l’attente d’un vrai successeur. En 2010, des rumeurs concernant un D3 sous Android circulent. Au final, ce produit est effectivement sorti mais ce n’est pas du tout le remplaçant du D2 attendu. Il faudra attendre avril 2011 pour enfin voir arriver le C2 (D3…C2… on ne cherchera pas à comprendre la nomenclature de Cowon). Les questions que l’on se pose tout naturellement: Qu’apporte-t-il dans la gamme Cowon actuelle et est-il digne de son prédécesseur?
Note: Le test a été réalisé avec le firmware 1.10. Au moment où vous lisez ce test, il est possible que des firmwares plus récents aient vu le jour! Merci de prendre cela en compte dans votre lecture.

 

 

2- Spécifications

 

Image IPB

Image IPB

 

 

3- Présentation Vidéo

 

 

 

4- Packaging

 

Image IPB

 

Le C2 est livré dans une boite en carton plutôt répulsive il faut le dire mais au moins on est certain qu’on paye le baladeur et non l’emballage! Niveau contenu, c’est assez chiche sans surprise. Outre le baladeur, on trouvera des écouteurs bouton, un guide démarrage rapide et un câble USB (même connectique que sur le S9 et J3). Un adaptateur USB est également fourni mais il s’agit d’une connectique propriétaire, celle que l’on trouve généralement sur les baladeurs Samsung. Un adaptateur micro ou mini-USB aurait été plus intéressant. Comme sur tous les baladeurs actuels, il n’y a pas de housse ou de chargeur secteur fourni. Les câble sortie TV et line-in sont également en option. Quant au logiciel Cowon Mediacenter facultatif, il faudra le télécharger sur le site internet de la marque.

 

Image IPB

 

 

5- Description

 

Image IPB

 

La face avant très sobre avec son écran LCD 2,6″ qui prend presque toute la surface.

Le Cowon C2 fait d’emblée penser à son prédécesseur le D2 avec son petit gabarit. Sans être particulièrement original, son design est plutôt plaisant. Mais surtout, la face avant donne une très bonne première impression. En effet, le plastique utilisé est de très bonne facture, agréable aussi bien à l’œil qu’au toucher. On n’est pas encore au niveau de finition de certains concurrents mais de la part de Cowon j’ai été très agréablement surpris. Le “made in Korea” commence enfin à avoir un sens parce qu’il faut avouer que sur le S9 et le J3, ce n’était pas ça. Malheureusement, comme sur le J3, tout se gâte une fois que l’on se penche sur la face arrière. On a là du plastique brillant comme sur certaines générations d’iPod Nano et d’iPhone. Cela donne un look bling-bling dont on se passerait bien. De plus, le revêtement prend les traces de doigts, et surtout se raye très facilement. Pour tout vous dire, après l’avoir simplement posé sur la table pour prendre les premières photos, il était déjà rayé, à ma plus grande surprise. Si vous prévoyez de le garder plusieurs mois en parfait état, l’acquisition d’une housse ou d’un film plastique protecteur me parait indispensable. L’assemblage est quant à lui correct, il y a peu de jeu entre les boutons.

 

Image IPB

 

L’arrière du C2 en plastique brillant catastrophique. On y retrouve les inscriptions habituelles sur le modèle dont la capacité mémoire. On peut également apercevoir le haut-parleur.

 

Image IPB

 

Sur la tranche supérieure sont regroupés tous les boutons: power/hold, menu et volume. C’est également à cet endroit qu’est placé le micro pour le dictaphone. Au contraire, la tranche inférieure est complètement dégagée.

 

Image IPB

 

Sur le côté gauche, on a seulement la sortie casque 3.5mm au centre..

 

Image IPB

 

Sur la tranche droite il y a le port USB et le slot microSD protégés par un cache en plastique. Malheureusement, l’amplitude d’ouverture du cache n’est pas assez importante, ce qui gêne vraiment l’accès à ces connectiques.

 

Image IPB

 

 

6- Ergonomie, Interface et Utilisation

 

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

 

Sans carte microSD, le C2 met environ 13 secondes pour démarrer lorsqu’il est complètement éteint. En mode veille, l’allumage est instantané. On tombe alors sur la nouvelle interface “Daily Life”. Attention, c’est conceptuel là! L’interface, ou du moins, une page de l’interface, change automatiquement (on peut aussi la changer manuellement) selon l’heure de la journée. Il y a 6 UI différentes comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous. Par exemple au réveil le matin vous aurez l’interface “it’s a sunny day” avec comme sous-titre “getting out of bed every morning and thanking God for another beautiful day” (”sortir du lit chaque matin et remercier Dieu pour une autre belle journée” - on remerciera Cowon au passage d’avoir pensé à ses clients athées…hum….). Le soir, au contraire, vous aurez droit à l’UI “lovely night” avec pour commentaire “lying in bed listening to the rain outside” (”couché au lit écoutant la pluie dehors”). Les autres pages de l’interface ne changent pas par contre donc je dois avouer que j’ai du mal à comprendre l’intérêt de cette interface “Daily Life” et pourquoi Cowon la met tellement en avant. N’y aurait-il pas quelque chose de plus intéressant à mettre en avant sur ce baladeur?!
Les autres pages de l’interface regroupent diverses icônes, chacune menant à une fonction en particulier. Il n’est pas possible par contre de déplacer les icônes ou même d’en supprimer/restaurer.

 

Image IPB

 

Image IPB

Image IPB

Image IPB

 

Un deuxième thème est présent par défaut. Celui-ci laisse tomber le concept “Daily Life” et regroupe toutes les icônes sur 3 pages. Par contre on a l’impression qu’il y a un voile permanent sur l’écran avec ce thème, les couleurs sont en effet très pâles, ça manque cruellement de contraste. C’est dommage car il me semble plus pratique au quotidien que le thème vu précédemment. Cela dit, il comporte lui aussi des fonctions un peu étranges. En glissant le doigt vers la droite il affiche l’heure, un calendrier, et le nom/pseudo de votre choix sur 2 lignes. Je cherche l’intérêt. En glissant le doigt vers la gauche il affiche un raccourci vers le menu le plus récent. Là encore ça me laisse dubitatif vu que ça n’apporte rien, ça ne fait pas gagner de temps par rapport à la simple utilisation des icônes.

 

Image IPB

Image IPB

 

Étant donné que l’interface est en format Flash, il est possible de créer ses propres UCI, il suffit d’avoir quelques compétences et les logiciels nécessaires. Il faut savoir par contre que les UCI pour D2/S9/J3 ne sont pas compatibles avec le C2. Il faudra donc s’atteler à la création d’UCI spécialement pour ce modèle et à l’heure où j’écris ces lignes, personne n’a encore pris le temps de le faire. Tout dépendra donc de la communauté qui se crée autour de ce petit baladeur.
Il faut également noter que contrairement aux Cowon S9 et J3, le C2 n’embarque pas d’accéléromètre. Il est toutefois possible de pivoter manuellement l’interface à 180° (pas à 90° par contre). Ainsi, vous pouvez choisir d’avoir tous les boutons sur la tranche inférieure ou supérieure du baladeur. Pour ma part je reste sur la configuration d’origine qui me semble plus naturelle, à savoir les boutons en haut.
Un dernier mot sur l’interface pour dire qu’une fois de plus, la traduction française est honteuse: de nombreuses choses ne sont pas traduites, et souvent quand c’est traduit ça n’a pas de sens (au hasard, “defaut de chargement” pour la remise à zéro des paramètres…). On finit donc par laisser l’interface en anglais. Il serait temps que Cowon délaisse la traduction google et engage un interprète ou demande de l’aide à la communauté de fans française.

Revenons maintenant sur l’écran. On a à faire malheureusement à des spécifications d’un autre âge, celui du D2 en fait (plus de 4 ans donc): technologie LCD (”Clear Color LCD” pour le marketing), résolution de 320*240 pour une taille de 2,6″, ce qui nous donne une faible définition de 29538 pixels/pouce. La luminosité est correcte mais le contraste serait à améliorer. Aussi, l’angle de vision vertical est très mauvais. Jusque là on peut éventuellement comprendre, certains concurrents affichent des caractéristiques semblables. Mais ce qui est probablement le plus étonnant et honteux en 2011, c’est le choix du tactile résistif alors que tous les concurrents qui se respectent sont passés au capacitif depuis longtemps et que même les précédents modèles Cowon (S9 et J3) sont également capacitifs. Les avantages de la technologie capacitive n’étant plus à démontrer, la seule raison possible de ce choix est le coût de production plus faible. Cowon qui se met à sacrifier la qualité pour des raisons de coûts de production comme chez Creative, voilà quelque chose de chagrinant. Cela dit, fort heureusement, le tactile du C2 n’est pas trop mauvais, c’est à dire qu’on ne passe pas son temps à pester contre lui comme sur un Creative Zen X-Fi 2 par exemple, là il est quand même utilisable. Il réagit plutôt bien au doigt, les ratés sont relativement rares même si, forcément, on n’est pas du tout au niveau du tactile du J3. De même, un écran résistif reste moins agréable au toucher qu’un écran capacitif je trouve (on sent l’écran qui s’enfonce), le C2 ne peut donc rien faire contre ça. Maigre consolation, vous pourrez utiliser le C2 en hiver avec des gants quand vos amis avec un iPhone ou un J3 se gèlent les doigts…

Comme à son habitude, Cowon capitalise sur la présence des boutons alors que de nombreux concurrents sortent des baladeurs tactiles sans aucun bouton physique. Cela dit, malheureusement il y en a moins que sur les S9 et J3: power/hold, M (pour revenir au menu principal) , + et - (volume). Il n’y pas de boutons play/pause, prev et next dédiés. Pourtant, étant donné qu’ils sont tous placés sur la tranche supérieure du C2, il y aurait eu tout à fait la place pour ajouter des boutons sur la tranche inférieure. Pour compenser ce manque, Cowon a prévu une double utilisation possible de certains boutons. Ainsi, lorsque l’écran est éteint, il est possible de choisir si le bouton M allume l’écran ou met en pause/lecture la musique. De même, on peut choisir si les boutons + et - contrôlent le volume ou font passer à la musique précédente/suivante toujours lorsque l’écran est éteint. C’est plutôt bien pensé même si cela ne remplacera pas complètement le manque de boutons. En effet, vous ne pourrez par exemple pas passer à la musique suivante et contrôler le volume à la fois avec les boutons.

 

 

7- Musique

 

Sans surprise, le C2 prend en charge quasiment tous les formats courants: MP3, WMA, OGG, FLAC, WAV, APE et même AAC alors que ce n’est pas officiel! En revanche, il semblerait que l’extension doive être *.m4a, il ne reconnait pas mes fichiers *.aac.
Il supporte les tags (artiste, titre) de tous les formats sauf AAC, APE et WAV. Il affiche également les pochettes intégrées aux tags sauf pour les OGG et les autres formats cités précédemment. Qu’à cela ne tienne, il suffit alors de mettre la pochette d’album sous la forme cover.jpg dans le même dossier que les musiques et le tour est joué!

Comme les autres Cowon, le C2 est gapless parfait ou quasi-parfait en FLAC, MP3 (VBR V0 - Lame), OGG et WAV, un avantage certain pour écouter des albums live, des mix ou certains albums studio gapless tels que le fameux Dark Side of the Moon de Pink Floyd.

 

Image IPB

 

L’écran de lecture est inédit. Il ne ressemble pas à celui des précédents baladeurs de la marque. Le changement le plus flagrant est la pochette d’album. En effet, désormais elle tourne comme un vinyle. La tête de lecture de la platine tourne-disques a même été reproduite pour plus de réalisme. Les premiers avis que j’ai pu lire sont divergents. Beaucoup trouvent cela inutile et dérangeant. Malheureusement pour eux, il n’est pas possible de désactiver la rotation de la pochette, à moins de laisser la musique sur “pause” en permanence… Ceux-là n’ont plus qu’à espérer que des thèmes UCI adaptés au C2 voient rapidement le jour car c’est bien là le seul moyen d’avoir un affichage classique de la pochette. Pour ma part, je trouvais l’idée du vinyle intéressante mais ce qui me gêne le plus, c’est que la rotation entraine une pixellisation de l’image (peu importe la résolution de la pochette) et des effets d’escalier, sans compter que la rotation n’est pas parfaitement fluide. Bref, dans tous les cas on en vient à regretter l’absence d’un réglage permettant de changer l’affichage de la pochette.
Par dessus la pochette s’affiche la barre de lecture en cours noire, pas très esthétique, avec les tags qui s’affichent au milieu, à savoir l’artiste et le nom de la musique. Le nom de l’album ne s’affiche pas, Cowon ayant probablement considéré que la pochette en fond était suffisante pour l’information. Il est également regrettable qu’on ne puisse pas avoir les détails de la musique en cours de lecture comme sur le J3. En effet, il est ici impossible de connaître le format, le bitrate et l’échantillonnage du fichier. Ce sont pourtant des informations que j’apprécie grandement et je ne pense pas être le seul.

 

Image IPB

 

Une tape sur l’écran fait apparaitre les contrôles de lecture. Ainsi, pour mettre en pause la musique par exemple, il faudra toujours au préalable toucher une fois l’écran, ce qui n’est pas forcément très pratique, on a l’impression de perdre du temps. On a vu précédemment que l’on peut aussi utiliser les boutons sur la tranche, mais seulement lorsque l’écran est éteint…Il n’y a pas non plus de contrôle tactile du volume, il faut forcément passer par les boutons. Par contre, pour passer à la musique suivante/précédente, on a bien le choix entre appuyer sur les icônes prev/next et glisser le doigt vers la gauche/droite, comme sur un S9 ou J3 donc.

 

Image IPB

 

Lorsque les contrôles de lecture sont affichés à l’écran, il “suffit” de sélectionner next en bas à droite pour accéder aux réglages rapides. On peut alors activer la fonction de répétition A-B, ajouter la musique lue aux favorites (liste de lecture) ou aux bookmarks (signets), choisir le mode de lecture (repeat, shuffle - lire le dossier, une seule musique, tout) ainsi que la vitesse de lecture avec une correction du pitch possible. Sans oublier l’accès aux fameux effets JetEffect. Tous les réglages habituels sont donc bien présents mais leur accès est moins aisé, ou du moins moins rapide, que sur le J3.

 

Image IPB

 

En sélectionnant l’icône affichée en permanence en haut à gauche, on entre dans le navigateur matriciel, qui affiche tous les albums avec leurs pochettes d’album en miniature. Le défilement est rapide et fluide et les pochettes se chargent presque instantanément, ce qui est très agréable. Car rien de pire que les sortes de Coverflow qui rament…On peut voir la liste des musiques de chaque album et lire la musique souhaitée dans ce mode mais pour avoir les contrôles de lecture complets, il faudra revenir à l’écran de lecture en cours.

 

Image IPB

 

Image IPB

 

Si l’on peut naviguer par tags ou par dossiers au choix sans aucun problème, l’accès à la bibliothèque musicale classique et la navigation sont peu pratiques et toujours aussi peu intuitifs, pour ne pas dire catastrophiques. Je dois avouer que je n’arrive toujours pas à me mettre à la place de la R&D de Cowon, ils pensent d’une façon tellement étrange. En effet, il faut d’abord faire une tape sur l’écran pour afficher les contrôles de lecture, puis sélectionner “open”. On revient alors au dossier ou album en cours de lecture. Ensuite, on appuie sur la “bulle de BD” en haut à droite (car si on appuie sur la flèche en haut à gauche, on revient à l’écran de lecture…). Ce qui ne fait pas remonter dans l’arborescence directement, non, cela affiche juste de nouvelles icônes: up (pour monter d’un cran dans l’arborescence), top (pour retourner directement à l’accueil de la bibliothèque), adds to (pour ajouter les musiques souhaitées dans la playlist), delete et delete all (pour supprimer directement les fichiers du baladeur). Autant vous dire que c’est un vrai parcours du combattant pour naviguer dans la bibliothèque. Déjà sur le J3 ce n’était pas très bien pensé mais alors là, c’est encore pire. Une icône en plus donc une étape de plus qui fait perdre encore plus de temps. Sans parler de l’affichage en lui-même qui est toujours aussi pauvre: des crochets aussi hideux qu’inutiles autour des noms des dossiers, artistes et albums; pas d’affichage des pochettes (il faut forcément utiliser le navigateur matriciel pour ça. Je ne vois pas bien pourquoi l’un empêche l’autre mais bon…). Le seul élément de gaieté dans cette bibliothèque musicale est le fond en mauve, ça change du fond noir et gris sur le J3 même si assurément tout le monde ne trouvera pas ça du meilleur goût. Le scroll cinétique marche correctement mais moins bien que sur le J3. En partie parce que la grande taille de l’écran du J3 et sa position “portrait” permettent un plus long glisser du doigt sur l’écran.

 

Image IPB

 

Sinon, on peut mentionner la présence intéressante d’une fonction de recherche d’artistes, albums, chansons (mais aussi d’images et vidéos!). La saisie se fait via un clavier virtuel qwerty. Par contre, il faudra de très petits doigts pour l’utiliser et être patient dans le cas d’une recherche sur l’ensemble de la mémoire du baladeur.

 

Image IPB

 

Pour clore cette partie, parlons maintenant des bookmarks (marque-pages ou signets en français) et des listes de lecture. Le fonctionnement est exactement le même que sur le J3, ce qui est à mon sens problématique car cela signifie que le C2 en reprend les bons aspects mais aussi les mauvais. Certes, pour les signets il s’agit surtout de bons points: on peut toujours mettre en mémoire des moments précis au sein des fichiers, ce qui est pratique si vous écoutez de longs podcasts ou livres audio.

 

Image IPB

 

Pour les listes de lecture, je vais encore me répéter mais je n’y peux rien si Cowon n’apprend pas de ses erreurs…Quand la marque comprendra-t-elle enfin que sur des baladeurs qui se veulent audiophiles, il faut avoir plus d’une liste de lecture à la volée (playlist OTG)?! Encore une fois, il faudra se contenter là de l’unique liste Favorites. Si vous voulez gérer plusieurs listes de lecture et leur donner un nom, il faudra passer par l’ordinateur. En théorie c’est très facile avec le support du célèbre format M3U. En pratique ça l’est beaucoup moins et j’ai dû longtemps batailler avant de réussir à créer une playlist fonctionnelle via Winamp. Un petit tour sur ABI ou iaudiophile.net vous montrera que je ne suis pas le seul qui ait eu autant de mal… Il faut aussi noter qu’il n’est pas possible d’ajouter des musiques de la microSD dans une liste de lecture faite sur l’ordinateur. Au final, cette partie est toujours aussi décevante chez Cowon et il faut croire que ce n’est pas près de changer.

 

 

8- Qualité sonore

 

Image IPB

 

Passons rapidement sur les écouteurs-bouton d’origine qui ne font vraiment pas honneur à Cowon. Écouter sa musique sur un baladeur Cowon avec ce genre d’écouteurs ne fait pas vraiment sens. Cela dit, j’ai déjà vu des écouteurs d’origine qui sonnent moins bien chez la concurrence…

 

La qualité sonore en son à plat est tout simplement excellente, avec mes oreilles et mon matériel d’écoute, je n’ai rien à redire. Pour moi il est clairement au niveau du J3, je n’entends pas de différence notable entre ces deux baladeurs. Si différence il y a, elle est trop subtile pour moi. L’écoute avec mes Ultimate Ears Super.fi 5v2, 5Pro ou Triple.fi 10 est un vrai plaisir. D’autant plus qu’il n’y a pas de souffle perceptible même avec des intras sensibles!
Comme la plupart des baladeurs “grand public”, le C2 a un peu de mal à driver des casques du type Ultrasone Pro 900. Lorsque la bride sonore est activée (Union Européenne), il faut en effet pousser le volume du baladeur quasiment au maximum pour un niveau d’écoute correct (son à plat). Une fois débridé, le C2 monte bien plus haut mais des distorsions aux derniers paliers de volume se font entendre.

 

Image IPB

 

On retrouve sur ce C2 les désormais habituels JetEffect dans leur version 3.0. Les préréglages sont les mêmes que sur le J3 donc pas de surprise à l’écoute, ça sonne pareil. Il y a tellement d’effets différents qu’ils sont répartis sur 5 pages! Pour rappel, on a les BBE (BBE, BBE Viva, BBE Viva 2, BBE Mach3Bass, BBE MP, BBE Headphone 1/2/3) ainsi que tous les EQ prédéfinis (Rock, Jazz, Classic, Ballad, Pop, Club, Funk, Hip Hop, Techno, Blues, Metal, Dance, Rap) et autres effets (Wide, X-Bass, Hall, Vocal, Maestro, Feel the Wind, Mild Shore, Crystal Clear, Reverb Room/Club/Stage/Hall/Stadium). Ouf, la liste est finie! Plusieurs sont intéressants dans le sens où ils améliorent subtilement le son (je pense notamment aux différents BBE) mais d’autres sont clairement à jeter. Je ne comprends pas par exemple pourquoi Cowon s’obstine encore à proposer le X-Bass. On ne devrait pas avoir le droit d’écouter sa musique avec cet effet…Sans parler du Mild Shore…
Un autre bon point, 4 JetEffect utilisateur sont disponibles. Pour chacun on peut régler l’EQ à 5 bandes dont la fréquence de chaque bande (1: 80Hz~175Hz; 2: 220Hz~500Hz; 3: 650Hz~1,4kHz; 4: 1,8kHz~4,1kHz; 5: 6,9kHz~13kHz) et sa largeur (narrow, normal, wide). Chaque JetEffect perso peut également se voir affecter de BBE+ (BBE, Mach3Bass, 3D Surround, MP Enhance). Enfin, on peut améliorer l’effet stéréo et ajouter de la réverb. A part l’EQ qui pourrait gagner 2 bandes supplémentaires pour atteindre les 7 bandes comme chez la concurrence, je ne vois pas grand chose à redire. La réputation des JetEffect 3.0 n’est plus à faire et pour l’instant la concurrence n’a pas encore fait mieux.

 

Image IPB

Image IPB

 

Je laisse place maintenant à l’expertise de Guillaume (aussi connu sous le pseudo le_masseur_aveugle):
“Si les produits Cowon restent toujours parmi les meilleurs modèles du marché en termes de qualité sonore, les départager entre eux est un exercice périlleux, les différences étant bien souvent minimes.
Ici, ce n’est pas une révolution, ce modèle est extrêmement proche du S9, que ce soit dans la signature sonore, l’espace sonore ou le niveau de détails. Coupons court sur ces deux derniers points pour lesquels nous sommes à un niveau d’égalité. Mon écoute s’est effectuée avec les JH13 Pro, et même ces intras ont peiné à discerner les deux modèles.
Néanmoins, et c’est une habitude de Cowon, les deux modèles ne brillent pas par leur “explosivité”, avec des basses parfois un peu mollassonnes, certains n’hésitant pas à les définir comme « trainantes ». Et de ce côté-là, le C2 ne fait pas mieux que le S9, il sonne même un brin plus lourd, sans être moins détaillé pour autant.
D’une manière générale, ces deux modèles sont plus proches entre eux que le S9 ne l’est du J3. Ce dernier garde une légère maitrise des aigus que ni le S9 ni le C2 ne semblent posséder. Encore une fois, nous restons sur du Cowon, et ces différences restent de l’ordre du détail. Je considère toujours que ces modèles sauront rendre hommage à de très bons intras, et qu’il reste préférable de commencer par un bon upgrade d’écouteurs.”

 

 

9- Radio FM

 

Image IPB

 

L’interface du tuner FM est un peu plus surchargée que sur le J3 avec la fréquence écoutée qui s’affiche deux fois: au premier plan et en arrière-plan. Se dessinent aussi en fond des sortes d’ondes qui ressemblent un peu au logo flux RSS. Cowon en a un peu trop fait là à mon goût, j’aurais préféré quelque chose de plus sobre. Changer la fréquence est très facile: soit avec les flèches à gauche ou à droite (un appui bref change la fréquence par palier de 0.05MHz tandis qu’un appui long scanne automatiquement les fréquences) soit avec le curseur à déplacer, très rapide et efficace. Car effectivement, quoi de plus énervant que de devoir sur certains appareils rester le doigt appuyé sur next pour atteindre une station à l’autre bout de la bande FM. On peut couper le son très facilement grâce à l’icône mute qui s’affiche en permanence en haut à gauche de l’écran.

 

Image IPB

 

Il est possible d’ajouter jusqu’à 24 stations aux présélections sans aucun problème. Les réglages possibles sont habituels: région radio, stéréo/mono. Il manque cependant un réglage de la sensibilité du tuner. Les JetEffect 3.0 sont utilisables en mode radio, une bonne chose donc, mais il n’y a pas d’accès direct comme sur le J3, il faudra là repasser par le menu principal et les réglages…
La réception est plutôt bonne de manière générale mais cela dépend comme d’habitude toujours beaucoup de la station et de la distance à l’émetteur. Par exemple, à Paris je n’ai rencontré aucun problème de réception alors que dans ma banlieue parisienne, ça grésille souvent et le C2 alterne souvent automatiquement entre mono et stéréo. Mais que l’on ne se méprenne pas, il n’est pas moins bon que mes autres baladeurs Samsung ou Cowon, au contraire, son tuner est dans le haut du panier.
On peut toutefois regretter comme sur tous les Cowon l’absence du RDS, ce système de transmission de données numériques complètement démocratisé en Europe, notamment sur les autoradios, mais aussi de plus en plus sur les chaines hifi, les baladeurs mp3 et les téléphones portables. Il est certes possible de faire illusion avec le fichier Radio.ini qui permet d’associer un nom à une fréquence dans les présélections mais cela n’a rien à voir avec le RDS qui affiche le nom de la radio quelque soit la région et qui peut également afficher d’autres informations telles que le nom et l’artiste de la musique actuellement diffusée. Dommage que Cowon ne croit pas davantage au marché européen…
Enfin, notons que la radio est enregistrable au format WMA (mais pourquoi ce format?!) en qualité ajustable (entre 32kbps et 256kbps). La qualité est satisfaisante comme vous pouvez le constater sur l’exemple ci-dessous.

 

Image IPB

 

 

10- Photos

 

Image IPB

 

Comme tout baladeur avec écran couleur, le C2 peut afficher vos images (au format JPG seulement). Autant dire que sur un tel écran (2,6″ de faible résolution), c’est une fonction plutôt inutile il me semble mais ça peut éventuellement dépanner. Il affiche d’abord les miniatures (3×2 à l’écran), plutôt pixelisées au passage, et il suffit d’en sélectionner une pour afficher l’image en plein écran. Avec des photos assez lourdes (5MP de 2Mo) il faudra être patient car le temps de chargement s’éternise (environ 8 secondes!). Il est bien entendu possible de zoomer mais il faudra passer par un curseur, l’écran tactile n’étant pas multitouch. On peut également pivoter l’image manuellement (pas d’accéléromètre). Enfin il est possible de lancer un diaporama et d’en régler quelques paramètres (vitesse, effet de transition, mode aléatoire). La qualité d’image est très limitée due à la faible résolution d’écran et j’ai même constaté des distorsions bien visibles, les lignes ne sont pas vraiment droites, comme si le C2 avait du mal à mettre les photos à l’échelle de l’écran. Bref, une fonction à oublier.

 

Image IPB

Image IPB

 

 

11- Vidéos

 

Image IPB

 

Que peut-on attendre de la fonction vidéos? Comme tout baladeur actuel qui se respecte, le C2 est capable de lire des vidéos non-réencodées. Les codecs supportés sont les suivants: DivX 3/4/5, Xvid SP/ASP, WMV 7/8/9. Le conteneur peut être AVI, WMV ou ASF. Il n’y a pas de limite officielle de la résolution maximale supportée mais en pratique, mes fichiers Divx 720*480 sont passés sans aucun problème. Sans surprise aucune, les vidéos HD 720p et 1080p ne sont pas lues.
Les vidéos s’affichent par nom de fichier dans une triste liste, il n’y a malheureusement pas d’affichage par miniatures comme sur le J3.

 

Image IPB

 

En ce qui concerne la qualité d’image, sans réelle surprise je suis plutôt mitigé. Certes, les couleurs me paraissent réalistes, je les préfère même à celles du J3, mais la définition (29538px/pouce) est trop faible. On est loin de ma référence, le Samsung P3 (43520px/pouce). Il faut ajouter à ça un manque de luminosité et de contraste dus à la technologie LCD utilisée pour minimiser les coûts de production. Aussi, les angles de vision (principalement vertical) sont catastrophiques et on aperçoit parfois des artefacts de compression dans les noirs. Pour finir, la taille de l’écran (2,6″) est un peu juste pour des vidéos, sans compter son format 4/3 peu adapté à des films 16/9 (on perd de la surface de l’écran avec les bandes noires). Le C2 permettra de lire des séries et court-métrages sans trop de problèmes mais pour un film de 2h, il n’est vraiment pas adapté.

 

Image IPB

 

Une tape sur l’écran fait apparaitre les divers contrôles de lecture et réglages. Malheureusement, la barre de contrôle s’affiche toujours en plein milieu de l’écran. Si ce n’est pas gênant en lecture de musique, en lecture de vidéos ça l’est davantage. En effet, en général on affiche les contrôles de lecture en bas pour que l’on puisse continuer à regarder la vidéo tranquillement.
En ce qui concerne les réglages disponibles, on a le format de l’écran, la luminosité, le mode de lecture (répétition etc), la vitesse de lecture ainsi que la possibilité d’ajouter des marques-page, de faire une capture d’écran ou d’activer les JetEffect. Enfin, on peut diviser la vidéo automatiquement en 15 chapitres avec un accès rapide aux chapitres sous forme de miniature.

 

Image IPB

Image IPB

 

La prise en charge des sous-titres est exemplaire comme sur le J3. Il suffit de mettre un fichier SMI ou SRT portant le même nom que la vidéo dans le même dossier et le tour est joué. Mais ce sont les réglages dignes d’un véritable PMP qui sont impressionnants: synchronisation (par palier de 0.5s), position verticale, taille de la police et même sa couleur! Pour couronner le tout, le C2 peut même prendre en charge 2 fichiers sous-titres par vidéo, ce qui peut s’avérer utile dans le cas où vous avez les sous-titres dans plusieurs langues. Seul bémol comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus: la façon dont il coupe les mots quand la phrase est trop longue pour s’afficher sur une seule ligne.

 

 

12- Haut-Parleur

 

Encore une fois, Cowon propose un haut parleur mono d’une puissance de 0,7W probablement (je n’ai pas trouvé le chiffre exact). Nul besoin de vous dire qu’il s’agit là vraiment d’une fonction d’appoint tant le son délivré est mauvais. Un “son de casserole” on appelle ça. Il faut dire qu’il n’est pas aidé par le genre de musiques que j’écoute (métal). S’il me parait impensable d’écouter de la musique avec (et pourtant, tous les jours dans les transports en commun parisiens vous trouverez quelqu’un qui écoute sa musique sur un téléphone avec un haut-parleur de qualité équivalente et qui visiblement aime déranger tout le monde), il peut être utile pour regarder des vidéos dont la bande sonore ne requiert pas forcément un ensemble home cinéma 5.1. Entendez par là que si regarder un Star Wars sur le C2 avec le haut parleur serait un véritable sacrilège, regarder un épisode de South Park ou des Simpsons avec le haut parleur activé est acceptable. On regrettera quand même son placement au dos du baladeur. Ainsi, le haut parleur est obstrué lorsqu’on pose le baladeur sur une surface plane. De plus, cela engendre une déperdition du son vers l’arrière alors que déjà à la base il manque de puissance…L’idéal reste un haut-parleur stéréo frontal comme sur le Samsung M1 mais étant donné la forme et le design du C2, ça aurait peut-être été difficile de faire de même. La présence du haut-parleur peut également se justifier par l’alarme/réveil. Bien que tous les téléphones portables peuvent faire office de réveil aujourd’hui, cette fonction sur le C2 peut toujours dépanner.
Pour finir, il ne faut pas oublier de dire qu’il est possible d’activer et de désactiver manuellement le haut-parleur ou bien de le laisser sur la position auto, auquel cas il s’active seulement quand rien n’est branché sur la sortie casque. Il est donc par exemple possible d’écouter la radio FM via le haut-parleur avec les écouteurs branchés pour l’antenne. Par contre, il faudra passer à chaque fois par les réglages

 

 

13- Slot MicroSD

 

Image IPB

 

Certains avaient espéré un slot SDHC comme sur le D2 voire SDXC pour pouvoir utiliser des cartes allant jusqu’à 128Go à l’heure actuelle mais vu le gabarit de l’appareil, c’est sans surprise un slot microSDHC qui a été retenu. De ce fait, la capacité mémoire maximale possible sur le C2 est la même que sur le D2 de 2006: 48Go. Cowon aurait au moins pu proposer une version 32Go du C2 pour avoir potentiellement un baladeur 64Go comme le J3. Heureusement, la carte microSD est toujours aussi bien intégrée, c’est-à-dire que les bibliothèques audio et vidéo de la mémoire interne et externe fusionnent dans une même liste. Il y a donc une transparence totale pour l’utilisateur, du moins s’il apprécie la navigation par tags. Pour les adeptes de la navigation par dossiers (si, si, il y en a et j’en fais partie), c’est moins pratique car il n’y a pas de menu dédié à l’exploration de la microSD, il faut passer par Browser > Dossiers > C2 Ext. En navigation par dossiers, jongler entre ses fichiers sur la mémoire interne et ceux sur la carte microSD n’est donc pas vraiment évident et c’est bien pour cette raison que je préfèrerais avoir une version du C2 avec une mémoire interne plus importante. Je regrette aussi qu’il ne soit pas possible de faire des transferts de fichiers entre la mémoire interne et la microSD directement sur le baladeur.
Sinon, on peut insérer et retirer la carte du baladeur à chaud sans que cela ne pose problème. Il faut alors juste patienter quelques secondes le temps que le C2 reconstruise la bibliothèque. A chaque démarrage (lorsqu’on a vraiment éteint le baladeur, pas en sleep mode), il vérifie que la bibliothèque est bien à jour, ce qui peut prendre plus ou moins de temps suivant le nombre de fichiers sur la carte et la capacité mémoire de la carte (10 secondes chez moi avec une microSD 8Go). Mais rassurez-vous, l’utilisation d’une carte microSD, même de capacité importante, n’a ensuite aucun impact lors de la navigation sur le baladeur, tout reste fluide etc…

 

 

14- Autres fonctions

On traitera ici des fonctions secondaires habituelles sur les baladeurs Cowon.

 

Sortie TV

 

Image IPB

 

Le C2 dispose d’une sortie TV via son port USB mais cela requiert un câble spécifique vendu séparément en accessoire et que je n’ai pas sous la main pour ce test. C’est le même que celui pour le S9, J3 ou Samsung M1. Malheureusement une fois de plus c’est un signal composite, soit la qualité la plus mauvaise existante en vidéo. Sur une vieille TV à tube cathodique ça devrait passer mais sur un grand écran LCD/Plasma HD, attention les yeux!

 

Documents

 

Image IPB

 

Cette fonction permet de lire des fichiers textes (*.txt) tout simplement. On peut choisir la couleur du fond et de la police, régler la taille de la police et même configurer la vitesse de défilement automatique du texte. On notera également la possibilité d’insérer un marque-pages. Forcément, on ne lira pas d’ebooks sur le C2 mais ça peut être utile pour afficher des notes ou des paroles non-synchronisées par exemple.

 

Typist

 

Image IPB

 

Il s’agit d’un éditeur de texte intégré. Un clavier virtuel qwerty s’affiche pour saisir le texte. Autant vous prévenir, il vaut mieux avoir de petits doigts car les touches sont très petites (en même temps, sur un écran de 2,6″ on ne pouvait pas faire de miracles…). Certains l’utiliseront peut-être comme pense-bête. Il est possible d’enregistrer jusqu’à 60 fichiers mais malheureusement le format d’enregistrement n’est pas exploitable par le PC.

 

Notepad

 

Image IPB

 

Pour les geeks à l’âme d’artiste, cette application vous permettra de dessiner sur votre C2! On peut choisir l’outil (crayon, pinceau, surligneur, gomme), l’épaisseur du trait et sa couleur. Il est également possible de modifier l’arrière-plan. Bon, la précision du doigt sur l’écran tactile risque fortement de brider votre créativité (quoique, mes talents ne font pas de doute comme vous pouvez l’admirer sur la photo). Malheureusement l’image n’est pas enregistrée au format JPG mais en NPD, inexploitable depuis le PC donc.

 

Image IPB

 

Chronomètre/Compte à rebours

 

Image IPB

 

Bien que la plupart des téléphones portables et montres intègrent un chronomètre, on n’est jamais trop prudent et celui du C2 pourra donc servir de temps en temps. L’affichage en forme de vrai chronomètre est plutôt sympathique et on peut enregistrer a priori un nombre infini de temps intermédiaires (personnellement je me suis arrêté à 100 pour ce test…)
Le compte à rebours est aussi efficace. On sélectionne le temps (jusqu’à 99min99) et une fois arrivé à zéro, il se met à trembler (il n’y a pas de vibreur dans le C2 par contre) et arrête la musique si elle était en lecture ou la met en marche dans le cas contraire.

 

Dictaphone/Line-In

 

Image IPB

 

Sans surprise le dictaphone du C2 n’est pas terrible, les parasites sont bien audibles. Cela peut suffire pour enregistrer ponctuellement la voix mais pour enregistrer des instruments la qualité n’est pas suffisante. Le format d’enregistrement est forcément du WMA avec une qualité réglable entre 32 et 256kbps. On peut aussi choisir le volume d’enregistrement manuellement (5 paliers) ou le laisser en automatique. Il choisit alors le niveau adéquat en fonction du volume de la source.
Le C2 a également une fonction line-in qui se fait rare de nos jours. Malheureusement, le câble est en option….

 

Image IPB

 

 

Lecteur Flash

 

Image IPB

 

A défaut de jeux embarqués, il faudra se contenter du lecteur flash qui prend en charge les fichiers au format SWF. Mais malheureusement il y a plusieurs problèmes: Si les applications ne sont pas dans la résolution native de l’écran (320*240), il y a de fortes chances qu’elles s’affichent mal. En effet, les applications flash en 480*272 (Cowon S9, J3; Samsung P3, M1; iriver Spinn etc) sont souvent affichées dans le mauvais sens (à la verticale au lieu d’horizontale, pas de rotation automatique ou manuelle) donc forcément sur l’écran du C2 c’est tout petit avec de larges bandes blanches sur les côtés ou alors elles sont affichées dans le bon sens mais ne sont pas downsizées à la bonne résolution, du coup une partie de l’affichage est tronquée. Et pour les quelques jeux Flash qui s’affichent correctement (bons sens et bonne résolution), pour peu qu’ils nécessitent des boutons pour fonctionner, vous ne pourrez pas y jouer. En effet, contrairement aux S9 et J3, les boutons n’ont pas d’effet dans le lecteur Flash et on ne peut pas faire apparaitre des boutons virtuels à l’écran comme sur les baladeurs Samsung. Bref, on oubliera rapidement ce lecteur Flash en espérant qu’un prochain firmware améliore un peu les choses.

 

Calculatrice

 

Image IPB

Rien de spécial à dire sur la calculatrice. Elle propose les 4 opérations de base. Les priorités à la multiplication et à la division ne sont pas respectées donc n’espérez pas aller bien loin avec ça.

 

Alarme

 

Le C2 propose une alarme/réveil. Ainsi, vous n’aurez aucune excuse pour arriver en retard au travail le matin. Le réglage de l’alarme est très simple, on peut choisir la répétition (une fois ou journalier), la durée (toujours ON, 20 à 120min) et le mode (alerte FM, enregistrement FM, alerte musicale ou OFF). Avant d’éteindre le baladeur il faut veiller à bien sélectionner la musique ou la station FM voulue, le volume adéquat et à poser le baladeur face contre terre sinon le haut-parleur sera obstrué. En réalité c’est plus une programmation de l’allumage automatique du baladeur qu’une véritable alarme ou réveil.

 

 

15- Connexion/Charge/Transfert

 

Image IPB

 

Le C2 est UMS/MTP au choix dans les réglages système donc vous n’aurez en théorie aucun problème de compatibilité quelque soit votre système d’exploitation (Windows, Linux, Mac). Les drivers Windows 98 sont même encore fournis (si, si, en 2011!). Je rappelle toutefois qu’en général les baladeurs Cowon n’apprécient pas trop les fichiers “poubelle” cachés créés automatiquement lors d’une connexion à un Mac. A utiliser à vos risques et périls donc.
Étant donné que le baladeur est UMS et qu’il lit la majorité des vidéos sans besoin de réencoder, l’usage du logiciel maison Cowon Media Center est superflu.
Le D2 avait le droit à du mini-USB standard. On aurait pu s’attendre à du micro-USB sur le C2 mais non, Cowon a préféré utiliser sa connectique “semi-propriétaire” partagée uniquement par certaines autres marques coréennes (Samsug ou iRiver par exemple). Si vous perdez le câble USB, vous pourrez quand même en racheter un pour Cowon S9/J3 ou Samsung M1, c’est le même.
Le temps de charge en USB sur l’ordinateur est de 4h environ tandis qu’il faudra compter 2h30 via un chargeur USB mural.
En UMS, 354Mo de musiques ont été transférés en 1min36 sur la mémoire interne, soit un taux de transfert de 3,70Mo/s en moyenne, ce qui n’est très bon. Transférer ces mêmes-fichiers sur une microSD classe 6 en utilisant le C2 comme lecteur a nécessité 1min09, soit 5,13Mo/s de moyenne, ce qui est déjà plus acceptable.

 

 

16- Autonomie

 

Réputé pour la grande autonomie de ses produits, Cowon est toujours attendu au tournant dans les tests. Pour le C2, la marque annonce jusqu’à 55h d’autonomie en audio et 10h en vidéo, un peu moins que sur le J3 donc.
Pour mon propre test d’autonomie audio, j’ai utilisé principalement des fichiers MP3 VBR V0 mais aussi quelques OGG et FLAC. L’écran a été sollicité assez régulièrement (luminosité max et délai de désactivation 1min) et le volume était à 20/40. Les effets audio étaient désactivés (=JetEffect normal). Dans ces conditions, le C2 a tenu 41h dont beaucoup d’heures à 0 barre de batterie sur 3 (comprendre ici que la jauge de batterie est très imprécise et aléatoire!). C’est très bon par rapport à la concurrence mais moins bon que ses frères S9 et J3 par exemple.

Avec des fichiers vidéo Divx et Xvid non-réencodés, la luminosité de l’écran au maximum, le volume à 20/40 et les JetEffect désactivés, il a tenu 5h20, ce qui permet de voir confortablement 2 films à la suite pour les plus courageux.

 

 

17- Comparaisons

 

Image IPB

Image IPB

 

Dans la catégorie du C2, à savoir les baladeurs flash à petit écran tactile, on trouve notamment le Samsung YP-R1. Suit également une comparaison avec le J3 même si les deux baladeurs ne font pas partie de la même catégorie de produit et de prix. Malheureusement je n’ai pas de D2 sous la main pour une comparaison entre prédécesseur et successeur.

 

C2 vs R1

Image IPB

 

Ce que le C2 a de mieux et/ou en plus:

  • Slot microSDHC
  • Autonomie
  • Haut-parleur
  • Plus de boutons
  • Interface (fluidité)
  • Plus de réglages possibles (audio, vidéo, système)
  • JetEffect 3.0

 

Ce que le R1 a de mieux et/ou en plus:

  • Finition
  • Écran
  • Tuner FM RDS
  • Bluetooth
  • Interface (aspect, plus intuitive et pratique)
  • Playlists OTG
  • Jeux (on s’en fout)
  • BeatDJ (on s’en fout aussi)

 

Difficile de choisir entre ces deux produits. Ils ont chacun des gros défauts et leurs avantages. Le R1 marque des points avec sa finition, son écran, son tactile, son interface et le bluetooth. Je pense que pour la plupart des gens il apparaitra bien plus attrayant que le C2. Mais l’autonomie est 2x plus faible que sur le C2, un point non négligeable! Aussi, l’interface du Cowon est un peu plus fluide, il est gapless et propose un slot microSD. Aucun ne me convient réellement, le baladeur parfait dans cette catégorie serait plutôt un mix des deux. A noter que le R1 est de moins en moins disponible mais il est trouvable à un meilleur prix généralement.

 

C2 vs J3

Image IPB

 

Ce que le C2 a de mieux et/ou en plus:

  • A part le gabarit et l’impression de solidité…rien? Ah si, le prix.

 

Ce que le J3 a de mieux et/ou en plus:

  • Écran
  • Tactile
  • Interface/Navigation
  • Autonomie
  • Plus de boutons
  • Jeux
  • Lecteur flash
  • Bluetooth
  • Plus d’infos sur la musique en cours (tags, bitrate etc)

 

Le face à face tourne court. Certes le J3 est plus cher mais son rapport qualité/prix me semble aussi meilleur vu ce qu’il a de mieux ou en plus!

 

 

Conclusion

 

Au final, je suis plutôt mitigé. Certes, ce C2 hérite des qualités communes à tous les baladeurs Cowon, à savoir de nombreuses fonctionnalités, une très bonne qualité sonore, de nombreux formats supportés ou encore la lecture gapless. On saluera encore une fois l’autonomie et la bonne intégration de la microSD. Cowon a même fait des progrès sur la finition avec une face avant réussie (on oubliera l’arrière par contre). Mais il hérite aussi des défauts habituels tout en les aggravant et en y ajoutant d’autres. Par exemple, il est tout simplement inadmissible en 2011 d’avoir un écran digne du D2 de 2006. L’interface et la navigation me paraissent également catastrophiques. Je n’ai jamais trouvé les interfaces Cowon particulièrement esthétiques, pratiques et intuitives comparées à la concurrence mais il faut bien noter que sur ce C2, c’est pire que sur le S9 ou J3. Vivement que la communauté crée des UCI pour remédier à ce problème! On regrettera aussi qu’en passant du D2 au C2, Cowon n’en ait pas profité pour mettre quelques boutons en plus et implanter une connectique micro-USB, le standard européen désormais. Ainsi, comme vous avez pu voir au long de ce test, ce petit C2 a des qualités certaines mais ses défauts laissent un goût amer, comme si Cowon n’apprenait jamais de ses erreurs?

 

Points positifs:
+Qualité audio excellente
+Compatibilité audio et prise en charge des tags
+Design
+UMS
+Gapless!
+Très bonne autonomie
+Tuner FM enregistrable
+Intégration de la microSD
+Haut-parleur d’appoint
+Vrais boutons de contrôle mécaniques…

 

Points négatifs:
-…mais pas assez nombreux
-Interface et navigation catastrophiques
-Écran mauvais
-Tactile résistif
-Connectique “semi-propriétaire”
-Cache des connectiques gênant
-Câble sortie TV spécifique, composite et en option
-Finition perfectible (face arrière)
-Pas d’informations détaillées sur musiques et les vidéos
-Gestion des playlists
-Indicateur de batterie peu précis et fantaisiste
-Pourquoi s’arrêter à 16Go de mémoire interne?

 

Mon appréciation:
entre Image IPB et Image IPB

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Il n’est pas conseillé de comparer les notes de deux produits différents. Cette note est à titre d’information pour un produit donné dans une gamme bien précise. Nous vous conseillons plutôt de lire attentivement le test dans son intégralité.

Laissez ici vos commentaires et questions sur ce test

 

 

Liens utiles



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail