Nous avons actuellement plus de 166 visiteurs connectés sur nos sites (dont 12 sur generationmp3.com - 150 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test Sony MDR-ZX300

Mardi 12 juillet 2011 à 17:55 | Dans la catégorie casque

 

Introduction : Rentré comme tout le monde dans le design, Sony reste plus que jamais cette marque atypique naviguant dans tous les segments audio. Bien peu connaissent le passif audiophile exceptionnel des Japonais et de leur légendaire R10, mais des modèles comme le Qualia, les SA5000 et le récent Z1000 se chargent de le rappeler. Le ZX300, élégant bas de gamme, ne risque pas de jouer dans la même cour, mais une petite surprise est toujours appréciable.

DSC_0089.JPG

Sony MDR-ZX300

 

Présentation

 

Lancé en grande pompe à travers divers évènements comme le récent et déroutant concert silencieux de Sony, le Zx300 est largement représenté comme un objet de mode, presque un signe de rassemblement si l’on observe la politique de la marque. Pourquoi pas après tout, le modèle est accessible à tous, décliné en divers coloris, et disponible à peu près partout.

 

Basé sur un structure tout plastique, ce modèle s’appuie sur des drivers de 30mm, classique dans cette gamme de prix. Nous sommes ici dans les premiers prix des casques arceaux, les concurrents ne sont donc pas si nombreux, particulièrement dans le segment design.

 

 

 

Caractéristiques

  • Réponse en fréquence : 10-24
  • Impédance : 24 Ohms
  • Sensibilité : 102dB/mW

Fabrication

 

Pas de miracle pour la structure, d’apparence très légère et allant au plus simple. Impossible de le plier mais il est possible néanmoins de faire pivoter les coques sur 90°. le réglage de l’arceau est basique et un peu sec, mais la précision est plutôt correcte. Sa structure proche du semi fermé amène des coussinets très fragile, d’une manière chiffonnée relativement classique mais rarement résistant sur la durée.

Dernier point enfin,  très surprenant, le câble. Celui-ci est assez bluffant, de facture exceptionnel et sans précédent dans cette gamme. Très épais mais souple sur sa longueur, il se termine sur un Jack coudé rappelant aisément des modèles dépassants les 100 Euros. Bref, une réussite sur ce point, habituel maillon faible.

 

 

 

Confort

 

Comme je l’ai précisé, les coussinets ne sont pas le point fort quant à leur texture. Heureusement, le serrage du casque est très contenu et ses fameux coussinets restent relativement souple. La seule gène pourra venir de cette matière si particulière.

 

 

Isolation

 

Plus problématique. Sans être nulle, l’isolation est très faible, contenant relativement les fréquences aigus, mais pas vraiment plus. En milieu calme cela passera très bien, mais l’utilisation en transport en commun le met à terre, encore qu’il ne fuite que très peu.

 

 

LE SON

 

 

Matériel de test

 

Test effectué sur un Cowon S9 et un Omnia 7.

 

Iron maiden : When the wild wind blows

 

La ligne de basse est là, très présente, mais très peu définie, les notes s’enchainent sans réelle transition. Mise à part une certaine lourdeur l’intro est correcte. Le reste du morceau est un peu trop énergique. Visiblement il existe un pic dans les haut-médiums, mais peu maitrisé, un peu sujet à la distorsion. Ne blâmons pas ce casque non plus, l’écoute n’est pas catastrophique.

 

 

The rolling stones : sympathy for the devil

 

Morceau très facile pour la majorité des casques, ce ZX300 s’en sort bien. Encore une fois l’écoute est lourde, mais à la différence du précédent morceau reste aérée. Encore un certain voile malgré la mise en avant des haut-médiums.

 

 

Deadmau5 : HR8938 Cephei

 

Ce que l’on pouvait redouter, ce casque ne descend pas aussi bas qu’il le devrait pour ce morceau, et le manque d’immersion se ressent quelque peu. Rien de dramatique, les autres casques de cette gamme ne font pas mieux, et un driver de 30mm ne fait pas de miracle.

 

 

Cypress hill : insane in the brain

 

Puissant, mais très brouillon, un peu assommant même. Le caractère un peu trop voilé de l’écoute gagne encore un cran ici.

 

 

Vivaldi : été 3ème mouvement

 

Sans surprise, sa signature ne s’accorde absolument pas avec le classique. Aucun casque de cette gamme n’est vraiment taillé pour le genre, mais le problème est davantage dans la coloration très marquée du Sony.

 

 

Dead Can Dance : Xavier

 

Aucun réel souci, l’espace sonore est très étriqué mais la voix passe plutôt bien, et l’équilibre est là. Petite granulation dans les aigus en revanche.

 

 

The Allman brothers band : rambling man

 

Aucun problème, la ligne de basse est contenue, et l’aération du morceau facilite le travail du ZX300 qui s’exprime suffisamment bien ici. Une bonne surprise alors que je le voyais déjà s’écraser sous le nombre d’instruments.

 

 

 

Analyse

 

Sans doute un peu lourd dans sa signature, le Sony n’est pas catastrophique mais pas transcendant non plus. Privilégiant la signature facile et tape à l’oeil, le pari est peu risqué mais sans doute gagnant. Comme bien des casques entrée de gamme, il n’a pas de vrai force mais pas non plus de faiblesse insurmontable.

 

Aucun style ne le met réellement à terre, exceptés quelques pièges remplis d’instruments et d’énergie. Un des reproches que l’on pourrait lui adresser est la présence constante d’un voile sur les médiums, mais au vue de la cible intéressé, ce problème est bien insignifiant, cette considération est typiquement prise du point de vue audiophile.

 

Pour le reste, le Zx300 évite le piège des basses congestionnées ce qui est déjà une bonne chose, bien que la signature soit tout de même très lourde et les aigus très peu présents. Pour qui finalement ? Un peu tout le monde à vrai dire, comme introduction au “vrais” casques, de préférence design. Pour un peu plus cher il existe des modèles supérieurs comme les SHL9560 de Phillips, mais à ce niveau de prix chaque euro compte.

 

 

 

CONCLUSION

 

Tranquillement installé dans l’entrée de gamme, le ZX300 n’est pas la révolution sonore espérée ni même une déception, juste un casque passe-partout et correct, s’orientant vers une écoute lourde et un peu brouillonne mais fidèle à sa gamme. Inutile donc de lui demander la lune, ce casque assure le boulot et se paie le luxe d’une présentation colorée, déjà pas mal.

 

Image IPB

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

 

Vos commentaires sur ce test ICI



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail