Nous avons actuellement plus de 137 visiteurs connectés sur nos sites (dont 18 sur generationmp3.com - 115 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test panasonic RP-HTX7

Lundi 1 août 2011 à 18:00 | Dans la catégorie casque

 

Introduction : En voila un vieux de la vieille. Ancêtre des casques design et apparu il a des années de cela, avant même l’explosion des Skullcandy et Wesc, il reste encore une valeur sure et semble même revenir légèrement sur le devant de la scène, cela malgré un prix élevé au vue de son grand âge. Petit test rapide d’un modèle à qui rien n’a été épargné.

DSC_0167.JPG

Panasonic RP-HTX7

 

Présentation

 

Marque Japonaise historique, Panasonic reste à part sur le marché du casque, et toujours très attaché à son archipel. En effet, l’explosion du design ne l’a pas poussé outre mesure à se lancer dans un marché que la marque aurait pu alors dominer avant l’heure. Sans doute une grave erreur de jugement, mais le problème n’est pas là.

 

Ce RP-HTX7 partait à contre courant de ce qui se pratiquait à l’époque en terme de casque. Allant dans une tendance rétro encore bien moribonde, il ne s’est pas imposé immédiatement chez nous, contrairement au marché Japonais ou Américain où sa popularité était déjà relativement importante.

 

De conception fermée et très proche de certaines créations en casque de chantier, personne n’aurait misé un centime sur un succès pareil, c’est donc d’autant plus exceptionnel que le risque était grand à l’époque. Difficile de dire si celui-ci est responsable de la tendance actuelle du casque, mais il en est un des contributeurs.

 

Pour la petite histoire, un modèle inédit hors Japon, le HTX9, est également sortit. Bien plus haut de gamme dans ses prétentions, il n’a rencontré qu’un succès minime malgré un confort et des performances revues à la hausse, sans doute à cause d’un prix presque triple.

 

Caractéristiques

  • Réponse en fréquence : 7-22Khz
  • Impédance : 40 Ohms
  • Sensibilité : 99 dB/mW

Fabrication

 

Tout en plastique, relativement léger qui plus est, mais sans immense défaut. Si la première impression ne le place pas plus haut que sa gamme de prix ne le laisse espérer, il garde une bonne solidité à l’usage. Premier point, les coques très légères mais dépourvues de tout jeu. Vient ensuite l’arceau, là encore sans aucun défaut majeur. Ce dernier est même un modèle. Assez souple et très résistant, ce n’est pas ce point qui pourra poser problème.

 

 

Il n’y a à vrai dire que deux reproches. Premièrement, les points de torsion un peu trop grinçant. Je n’ai jamais eu de casse de ce côté, mais une pression trop forte ( ce qui peut arriver par exemple en le laissant dans un sac) ou une torsion trop appuyée risque de le briser ou de le désaxer.

Enfin, demi plainte, le câble. A première vue celui-ci est parfait. De bonne longueur quoiqu’un peu court pour certains, très souple, et surtout très imposant au niveau du jack. Oui mais, celui-ci n’a tenu qu’une petit année et demi sans le forcer. Cela est très correct, mais un tel diamètre au niveau du jack laissait espérer un peu plus.

 

Confort

 

Le point fort du câble à n’en pas douter. Plus au point encore que le Phillips SHL9560, le Panasonic RP-HTX7 est un régal à ce niveau de prix, excepté pour les très grandes oreilles. De conception circum, les pads sont plus doux et souples que la moyenne. Si les Phillips peuvent rivaliser de ce côté, le Panasonic tient mieux sur la tête et ne se met pas à grincer. Enfin, le poids est acceptable, sans être un plume il ne sera pas désagréable avant plusieurs heures .

 

Parfait donc ? Pas tout à fait, car ce modèle est, comme bien des casques fermés, un peu étouffant. Entendons par là que ce n’est pas un plaisir de le porter en été, tout comme il déclenchera chez certains un sentiment d’enfermement. Bref, on aurait préféré un peu plus d’aération, ce qui aurait été fatalement, à ce niveau de prix, synonyme de baisse de l’isolation.

 

Isolation

 

Comparons le encore une fois à son camarade Phillips, puisque les deux se tiennent de très près. Une fois de plus, le modèle Panasonic est légèrement au dessus, très légèrement au dessus. En revanche, les coussinets, responsables de cette isolation, ssemblent s’abimer un peu vite, du moins se craquèlent. Le confort n’est pas affecté mais l’isolation perd un léger cran, laissant alors les deux modèles à égalité.

 

 

LE SON

 

Ce casque mériterait probablement un comparatif, mais ses forces et faiblesses apparaissent assez vite, une analyse directe sera donc bien plus simple. Tout d’abord précisons que ce casque prend un pari atypique et reste parfois difficile à comprendre.

Le premier point frappant ici est sans doute l’espace sonore extrêmement restreint du casque. Il y a pire, mais Panasonic a choisit d’écourter assez largement les aigus, sans doute pour ne pas fatiguer l’auditeur, ce qui donne cette sonorité assez lourde et pas toujours flatteuse. Passé cela, le casque est globalement équilibré, les basses ne sont pas particulièrement mises en avant, et aucune fréquence ne vient se poser en maître.

Mais, ce qui est assez déstabilisant et plutôt rare, c’est la présence de petits phénomènes de résonance. Ainsi, l’écoute semble parfois déséquilibrée, les voix un peu en retrait, l’écoute un peu brouillone, uniquement de part ce phénomène, un des soucis que peuvent causer les structures fermées. Ce phénomène est particulièrement marquant avec des pistes très énergiques et remplies d’instruments, dans lesquelles le casque n’excelle pas. Oui mais, il n’est pas non plus exceptionnel dans la musique classique, son manque de transparence sans doute.

 

Ne nous y trompons néanmoins pas, ce casque possède plusieurs qualités, à commencer par un équilibre dans les fréquences que peu de casques possèdent. Ainsi il reste meilleur que le Phillips dans le registre des haut-médiums pour lequel ce dernier est un peu étouffé. D’une manière générale, ce casque n’est pas mauvais mais pas dans les meilleurs non plus. Beaucoup de modèles sont plus précis et plus détaillés. Ce défaut n’est sans doute pas ce qui perturbera l’acheteur lambda, mais la reproduction aléatoire des médiums le pourrait.

 

Pour qui ?

 

Tout d’abord, pas pour les amateurs de classique, ni de hard/rock et métal. Je conseillerais particulièrement ce casque pour les petites musiques instrumentales de type jazz, ou de guitare acoustique. Les styles comme le rap et la trance seront au gout de chacun. Je ne suis pas fan de sa reproduction là-dessus, mais les défauts ne sont pas insurmontables

Si la plupart des musiques comportant une simple voix passeront très bien, le manque d’équilibre peut parfois assombrir exagérément le rendu. Bref un casque plus compliqué qu’il n’y parait, mais certainement pas un grand casque.

 

CONCLUSION

 

Pionnier de la tendance Vintage, ce RP-HTX7 est un objet solide et confortable avant d’être réellement un bon casque. Pas d’immense défaut mais une sonorité étrange, il reste en deçà de ce que proposent les meilleurs mais gardent en réserve quelques qualités évidentes.

 

Image IPB

 

 

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 Vos commentaires sur ce test ICI



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail