Nous avons actuellement plus de 164 visiteurs connectés sur nos sites (dont 11 sur generationmp3.com - 149 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Guide de noël : baladeurs

Dimanche 11 décembre 2011 à 18:08 | Dans la catégorie Guide

 

 

Il est là le petit guide de noël, parce que même si le baladeur est un peu moribond, il reste la seule manière de profiter de sa musique sans se ruiner dans l’achat d’un smartphone (généralement moins bon de surcroit). Classique, connecté, audiophile (quand on parle de se ruiner), chacun peut y trouver son compte.

 

Voici donc une petite sélection de modèles, faite par lebellium pour la partie classique et la partie connectée, et par moi-même pour la partie audiophile. Bonne lecture.

 

 

 

Baladeurs Classiques

 

 

Entrée de gamme

 

Sansa Clip +

 

sandiskclip_.jpg

Sorti fin 2009, le Clip+ de Sandisk n’est pas du tout une nouveauté mais étant donné qu’il est toujours produit et en vente, sa place ici est tout à fait justifiée. Ce baladeur a en effet presque tout pour lui : pour un prix presque ridicule il offre un très faible encombrement et un clip ceinture intégré –pratique pour le sport-, de vrais boutons mécaniques, une connexion UMS, un slot microSDHC, une très bonne qualité sonore sans souffle sur la sortie casque, une large palette de formats supportés, un tuner FM et un dictaphone. L’écran OLED bleu/jaune 1″ de résolution 128 x 96 est de bonne qualité mais bien évidemment sa petite taille ne permet pas d’avoir une interface très conviviale et pratique (seulement 4 lignes affichées). Pour les geeks et audiophiles, Rockbox fait du Clip+ un véritable « must –have ». Le principal défaut de ce baladeur est probablement la faible autonomie, 15h dans le meilleur des cas. La finition est également perfectible. Rien de bien grave donc pour le prix.
Accéder au test

 

Alternatives

L’alternative la plus sérieuse au Clip+ est probablement le…. Clip Zip. Fraichement arrivé en magasin, pour le même encombrement réduit il apporte un écran couleur OLED 1,1″, malheureusement de mauvaise qualité (résolution 96*96, couleurs pales et fantaisistes). Il rend cependant l’interface plus conviviale et permet l’affichage de la pochette d’album. Le RDS est désormais de la partie pour la radio FM et la connectique mini-USB a été remplacée par du micro-USB, le nouveau standard européen. Pour le reste, les spécifications sont identiques au Clip+ et Rockbox est également disponible. A chacun de voir si ces améliorations valent le supplément de prix demandé. Chez la concurrence, on peut notamment citer le U6 de Samsung. Il offre une bien meilleure finition que les Sansa ainsi qu’une clé USB rétractable bien pratique mais ne propose malheureusement que 4Go de mémoire interne au maximum et pas de slot microSD.

 

 

 

Milieu de gamme

 

 

Samsung YP-Q3

 

samsungypq3.jpg

Difficile de choisir un vainqueur dans cette catégorie tant l’offre actuelle est pauvre. En procédant par élimination, le seul baladeur milieu de gamme correct qui ressort est ce Samsung YP-Q3. Pour moins de 100€, il offre des vrais boutons mécaniques, une connectique microUSB, un dictaphone ainsi qu’un écran TFT LCD 2,2” 320 × 240 permettant de profiter de l’interface simple, intuitive et plutôt élégante mais cet écran est trop petit et mauvais (notamment les angles de vision) pour regarder des vidéos dans des conditions satisfaisantes. Cela est d’autant plus dommage qu’il sait lire parfaitement les vidéos non-réencodées. Au chapitre de l’audio, peu de surprises pour un baladeur Samsung, tous les formats principaux sont décodés et la qualité sonore est très bonne même si les effets SoundAlive ne sont pas aussi performants que les JetEffect 3.0 de Cowon et même un peu moins satisfaisants que les DNSe 3.0 que l’on trouvait sur les précédents modèles de la marque. On regrette également l’absence récurrente du gapless. Pour les amateurs de radio, on peut mentionner le tuner FM RDS plutôt efficace. Enfin, étonnant pour un Samsung, l’autonomie est bonne, 36h mesurées avec des fichiers à haut bitrate. Si vous n’avez pas besoin de beaucoup de mémoire (8Go maximum), ce Q3 peut donc être un bon choix.
Accéder au test sur TN

 

Alternatives

Si l’on considère simplement les baladeurs encore en production, le choix est mince. Le Fuze+ de Sandisk propose en effet un pavé sensitif, l’ergonomie en pâtit donc sensiblement. Le nouveau i10 de Cowon est également une hérésie avec son pavé sensitif et son grand écran 3″ de résolution médiocre 400 x 240. Pour ceux qui peuvent se passer de l’UMS sous Windows et de la compatibilité OGG et FLAC, la série E de Sony reste toujours un bon choix. Sinon, en occasion il est possible de trouver un Sansa Fuze (1er du nom) ou un Samsung R0, qui disposent tous deux d’un slot microSD et, cerise sur le gâteau, sont rockboxables. Deux alternatives à ne pas du tout négliger vu les gammes actuelles des constructeurs…

 

 

 

Mini-PMP tactiles/Haut de gamme

 

 

Cowon J3

 

cowonj3.jpg

Là encore, ce n’est pas une nouveauté puisque le J3 est sorti l’année dernière mais 2011 n’a pas vu sortir de meilleur choix dans cette catégorie, au contraire. Le Cowon J3 est polyvalent, aussi à l’aise en audio qu’en vidéo. En effet, sa qualité sonore est exemplaire, il est gapless et prend en charge de nombreux formats. Son écran AMOLED 3,3″ 480 x 272, bien qu’un peu petit, est très agréable pour regarder des vidéos et le tactile capacitif marche très bien. Pour couronner le tout, on trouve en plus des boutons mécaniques, ce qui permet une utilisation en aveugle dans une poche par exemple. N’oublions pas enfin de mentionner l’excellente autonomie, 45h au bas mot. A l’image d’une voiture qu’on n’amène pas souvent à la pompe à essence, ça fait toujours plaisir.
Malheureusement la connectique est propriétaire et l’interface et la finition ne sont toujours pas à la hauteur de la concurrence ; cela dit, on a vu pire chez Cowon. Disponible jusqu’en version 32Go avec son slot microSDHC, c’est donc potentiellement un très bon mini-PMP de 64Go que vous pouvez avoir.
Accéder au test

 

Alternatives

Les alternatives crédibles dans cette catégorie se font rares. Samsung a en effet abandonné ce segment de marché après le YP-M1 et le nouveau YP-R2 avec écran tactile 3″ 400 x 240 ne semble pas particulièrement intéressant. Sandisk est également absent sur ce créneau et Creative n’a jamais réussi à sortir un bon baladeur tactile. Bref, il ne reste guère plus que Sony et sa série A pour concurrencer le J3 mais l’écran du nouveau NWZ-A86x n’est pas à la hauteur malheureusement (TFT LCD 2,8″ 400 x 240).

 

 

 

Baladeurs connectés

 

 

Samsung Galaxy S WiFi 4.0 et 5.0

 

galaxy_player_4_5.jpg

L’iPod Touch est toujours une valeur sûre dans cette catégorie mais pour ceux qui n’aiment pas Apple pour quelconque raison et pour les fans d’Android, il y a enfin une alternative sérieuse. Après une entrée en la matière plutôt décevante avec le YP-G50, Samsung a en effet sorti cette année les Galaxy S Wifi 4.0 (YP-G1) et 5.0 (YP-G70). Le premier est en fait un Galaxy S sans la partie téléphone avec un écran 4″ Super Clear LCD WVGA (800 x 480) de très bonne facture tandis que le deuxième s’apparente davantage à une mini-tablette avec son écran 5″. Cet écran est clairement moins bon que celui du YP-G1 (simple TFT LCD de même résolution 800 x 480) mais rassurez-vous, sans élément de comparaison ce n’est pas gênant du tout. En contre partie le G70 bénéficie d’une meilleure autonomie avec sa batterie de 2500 mAh (1200 mAh seulement sur le YP-G1). Les deux appareils tournent depuis peu sous Android 2.3 et le processeur Samsung S5PC110 de 1GHz offre des performances tout à fait satisfaisantes pour la majorité des usages, que ce soit pour la navigation internet, les jeux ou encore les vidéos jusqu’en 720p. On retrouve aussi une puce Wifi N et GPS, un appareil photo dorsal de 3,2MP sur le G1 et 3MP avec Flash sur le G70, le bluetooth 3.0 et un slot microSDHC permettant d’étendre la mémoire interne plafonnant à 16Go (en Europe). La qualité audio est très bonne et pour les utilisateurs de G1 les plus audiophiles, il est même désormais possible via un noyau personnalisé de profiter de Voodoo, une application qui tire pleinement profit de la puce audio Wolfson WM8994, comme sur le Galaxy S.
Au chapitre des points négatifs, on peut souligner le design peu original et la finition un peu « cheap » ainsi que le RDS étrangement indisponible dans l’application FM par défaut (il faut donc télécharger une application tierce).
PS : Les versions coréennes YP-GB1 et YP-GB70 disponibles en import bénéficient de meilleures spécifications avec notamment un Tuner TV DMB (ne fonctionne qu’en Corée), jusqu’à 32Go de mémoire interne et -seulement sur le GB70- un appareil photo 5MP, une sortie mini-HDMI et la lecture de vidéos 1080p.

 

Alternatives

D’autres alternatives au Touch existent, notamment chez Archos avec le 43 Internet Tablet, mais il n’offre pas d’accès officiel à l’Android Market et tourne encore sous Android 2.2 malheureusement. Chez Cowon, l’entrée en la matière avec le D3 n’a pas vraiment convaincu, même si les derniers firmwares ont apporté quelques améliorations. Par ailleurs, on attend avec impatience le futur Sony Walkman sous Android !

 

 

 

Baladeurs Audiophiles

 

 

HiFiMAN HM801

 

hifiman.jpg

Baladeur est un grand mot pour ce modèle rappelant les premiers modèles mp3 « Jukebox » d’il y a une dizaine d’années. Mais si rien ne laisse entrevoir l’orientation haut de gamme de la bête, ses entrailles renferment des technologies directement issues de l’univers salon, comme le DAC Bur–Brown PCM1704-K, qui fut un temps ce qui se faisait de mieux (il y a un peu plus de 10 ans). Ajoutez à cela une partie amplificatrice bien au-dessus du lot, puissante, et surtout modulaire (modules remplaçables), et nous avons là le concept du baladeur audiophile. Plus encore, le constructeur a même poussé le vice jusqu’à lui permettre de jouer le rôle de DAC (carte son) à part entière, cela grâce à son entrée Coaxiale et son entrée USB (moins bonne néanmoins), mais également grâce à sa sortie ligne, laquelle permet d’exploiter un amplificateur en aval.
Sur le papier il y a donc des promesses, mais aussi des peurs. L’écran ne permet aucune fonction multimédia (même si le but n’est pas là) et parait même petit pour le simple affichage d’info. L’autonomie annoncée ainsi que le poids et les dimensions sont également à prendre en compte, ce qui le fait avant tout passer pour un DAC transportable, et non comme un véritable baladeur.
En pratique, le modèle est fidèle à ses promesses, le son surpasse tout ce qui se pratique chez les baladeurs, et se paie le luxe de rivaliser avec des modèles de salon, sans être pour autant au niveau d’un vrai DAC à 800$. Associé à du haut de gamme Nomade (quelques casques et intras), il met en avant un niveau de détails et une précision assez exceptionnels, ouvrant véritablement l’écoute par rapport à un modèle classique. Si ses différences sont assez flagrantes dans le haut de gamme, un écouteur moyen ne mettra que très peu en avant cette suprématie, mais cela est plutôt logique.
En configuration de salon c’est encore plus flagrant, cela grâce à la puissance de la partie amplificatrice, il permet l’exploit de rendre très écoutables des modèles exigeants comme le HD600 de Sennheiser ou le K701 d’Akg.
Reste que si le plan sonore est quasi irréprochable, presque tout le reste est en retard, autonomie, poids, dimensions et surtout interface et ergonomie, parfois incompréhensibles.

Accéder au test

 

 

Hisound Studio V

 

Hisound_Studio.JPG

Marque un peu floue sur le segment des baladeurs audiophiles, HiSound tranche quelque peu avec la norme (s’il y avait une norme) en ne proposant pas un DAC de Salon mais bien un DAC de baladeur classique, visiblement de chez Sigmatel, une partie correcte donc, mais clairement pas dans les mêmes eaux que chez Hifiman ou Colorfly.
A côté de cela, la marque est sans doute la première à proposer des dimensions vraiment décentes. L’épaisseur est certes importante, mais pas suffisamment pour ruiner l’expérience nomade. De même, le poids est très correct et surtout, la finition ne souffre d’aucun reproche, la marque privilégiant une approche métallique et pratiquement monobloc du corps, tranchant ainsi avec l’immense majorité des produits. De même, l’autonomie est annoncée à 100hr, très loin donc de ce que propose la concurrence audiophile, et au-dessus également de tout ce qui se pratique en baladeur classique. Reste un écran franchement trop petit car n’affichant qu’une seule ligne, que le constructeur justifie un peu facilement par le bruit parasite que cela peut apporter.
A l’écoute, le baladeur tranche clairement avec la personnalité des Hifiman et apporte une identité très marquée. Le son reste ici relativement frontal et ne dispose pas de l’ampleur ou de la largeur colossale du HM801, clairement la différence de DAC, mais garde un très bon niveau de détails sous la pédale. A côté de cela, le son va à l’essentiel et, en plus d’être vraiment linéaire dans sa signature (là où les HiFiMAN coupent plus vite les aigus), il distille un son incroyablement dynamique et détaillé dans les basses, signe de la qualité de son amplificateur. Bien qu’un poil en dessous du HM801, il est reste clairement en avance sur le reste de la concurrence dans des styles comme le rock, hard rock ou le metal. Seul reproche, mais de taille avec les intra sensibles, le souffle important généré par l’ampli, pas problématique pour le rock mais vraiment dérangeant pour le classique ou le Jazz.
Si l’ergonomie est comme bien des baladeurs de ce genre, correcte mais franchement perfectible (taille de l’écran, manque de boutons), l’autonomie est à la hauteur des promesses. Ainsi même un boulimique de musique pourra espérer tenir une semaine entière sans se soucier de la batterie, chose impensable sur les baladeurs audiophiles.

No tag for this post. 27,817 Vues Partager Envoyer à un ami Imprimer cet article


 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail