Nous avons actuellement plus de 225 visiteurs connectés sur nos sites (dont 16 sur generationmp3.com - 206 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test Sennheiser IE80

Mercredi 4 janvier 2012 à 18:34 | Dans la catégorie casque

 Rédigé par Bigtonio

Introduction : Intra haut de gamme de la marque Sennheiser, les IE80 sont dans les eaux d’excellent modèles à transducteurs knowles, la bataille s’annonce donc très difficile.

sennheiserie80.jpg

 

 

 

Sennheiser IE80
 
 

 La marque allemande a revu son modèle d’écouteurs intras IE8 avec quelques améliorations cosmétiques, et peu de nouveautés sur le plan technologique.  Au menu :

  • Un design plus fin avec des câbles interchangeables
  • Quelques mini améliorations sur la coque
  • Un système de basses réglables grâce à un système de vis.
  • … Mais toujours la même technologie de driver dynamique que celle utilisée sur les Sennheiser IE8

Le casque conserve tout de même un air de grande ressemblance avec son cousin l’IE8.

 

 

Le confort et la qualité de construction sont très bons. L’IE8 se fait oublier dans l’oreille et reste bien en place. Il est livré de plus avec une pléthore d’accessoire et d’embouts qui permettront aux plus difficiles de trouver chaussure a leur oreille. En revanche la taille des embouts et du driver  en font plutôt un semi intra qu’un véritable intra, ce que je préfère assez nettement en termes de confort.
Côté son le IE8 m’a donné du bon, comme du moins bon. Je l’ai réglé avec les basses au « milieu », car c’est ce qui correspond le mieux à mes habitudes d’écoutes. Les détails ci après :

Sur du jazz et en classique petite formation, le IE80 est un écouteur à l’aise, offrant une expérience coulée et délicate, mais également pleine de corps.
• Les « + »
Jolis timbres dans les basses et les bas Medium.
Une scène plus large que les autres intras multi drivers.
Léger voile sur les hauts medium et les aigus
Le corps de son reste bien consistant sur un tempo lent et occupe bien l’espace

• Les « - »
Les timbres dans le haut médium sont un peu dérangeants car ils sonnent métallique et « cirés », et donc peu naturels au final.
Le Niveau de définition (détail) reste correct, sans être au niveau de certains concurrents plus haut de gamme

 

 

Sur du metal, du rock pêchu, ou des MAO complexes, le transducteur dynamique du IE80 montre clairement ses limites, et peine à convaincre pleinement.
• Les « + »
La largeur de scène reste agréable et le son provient toujours d’une distance juste sans jamais agresser l’auditeur. Cela reste d’ailleurs le gros point fort de cet intra assurément.
Même si la performance technique n’est pas ahurissante, le rendu global à l’oreille n’est pas désagréable.
• Les « - »
Le message sonore devient plus brouillon : les différents instruments ont du mal à se démarquer. Le tout devient un peu « pataud »
Le niveau de détail général reste assez moyen comme si la saturation des fréquences et la complexification du message sonore était trop conséquente pour l’unique driver.
Les hauts médiums sonnent toujours métalliques et un peu « creux », sur les cymbales et les cuivres notamment, et ne parviennent pas à convaincre un auditeur exigeant.

 

 

 

 Conclusion

A la fois décevant sur certains styles et à l’aise sur d’autres, le IE80 me laisse globalement sur ma fin, et ne parvient pas à se hisser au niveau de performance des Westone UM3X ou autres EarSonics SM3. Utilisant quant à eux trois transducteurs de type « balanced armature » , ces derniers seront plus à mêmes de restituer des genres complexes.
Toutefois le IE80, légèrement inférieur en prix a ces autres intras haut de gamme, devrait toucher une cible amatrice de genres plutôt calmes, et souhaitant disposer d’un bon niveau générale de performance audio. Enfin, la grande qualité de fabrication, la richesse du bundle, et le confort de ces intras sont également à souligner.

Protocole de test
• Dap: Hi Sound audio studio 5
• Format de fichier: Flac lvl 4
• Écouteurs: ie80
• Durée du test: 2 semaines d’écoute
• Albums utilisés pour les tests :
Opeth (Deliverance ; Damnation ; Ghost reveries) / In flames (Reroute to remain ; Sounds Of A Playground Fading) / Symphony X / Bach (Suites pour violoncelles par Wang) / Vivaldi (Geminiani - Sonates pour violoncelle et basse continue) / Textures (Dualism) / Anouar Brahem (Astrakan Cafa ; Le pas du chat noir) / Bjork (Biophilia) / Animals as Leaders (Weightless) / Ketil Björnstad & Svante Henryson (Night Song) / Machine Head (Unto The Locust) / Isao Suzuki (Black Orpheus) / Hadouk Trio (Utopies)

 

 

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

 

 

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

 

 

No tag for this post. 17,619 Vues Partager Envoyer à un ami Imprimer cet article


 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail