Nous avons actuellement plus de 194 visiteurs connectés sur nos sites (dont 19 sur generationmp3.com - 172 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test sennheiser HD25 Adidas

Vendredi 6 janvier 2012 à 16:50 | Dans la catégorie casque

 

Introduction : Référence parmi les références, le HD25 est toujours, après de nombreuses années, un nom qui s’impose comme une évidence. L’explosion du casque depuis plusieurs années ne semble pas avoir entamé sa réputation, mais l’arrivée récente d’une déclinaison Adidas un peu plus colorée montre tout de même que la marque est toujours sur le qui-vive. Un produit toujours au niveau ou ancien que l’on préserve par respect ?

HD_25_Adidas.jpg

Sennheiser HD25 Adidas

 

Présentation

 

 

Pas de grands changements sur cette version Adidas, semblable, pratiquement en tous points, à la version HD25-1 II classique. On retrouve ainsi une approche bleutée sur ses coussinets, son câble, le léger rembourrage de l’arceau, ainsi que sur une petite partie de ses coques. Pas une révolution en soit, mais nous passons malgré tout d’un casque que beaucoup considèrent comme laid ou quelconque à un objet plutôt élégant, comme quoi.

 

Fabrication

 

Si les progrès ont été nombreux depuis plusieurs années dans les casques, le HD25 n’a pas à rougir. Peut-on le considérer comme un maitre-étalon pour autant ? Sans doute pas. Des V-Moda Crossfade font mieux, le dernier Mixr de Beats fait encore plus massif, et un produit comme le AIAIAI TMA1 lui est équivalent dans le genre. Mais si c’est avant tout l’aspect très plastique du HD25 qui donne cette impression, la pratique montre une excellente solidité, et chaque partie du casque est assez facilement remplaçable. Deuxième point, le câble est, du moins sur ce modèle Adidas, un modèle du genre, particulièrement sur sa connexion Jack, laquelle est absolument irréprochable. Ce câble est également détachable.

 

 

 

 

 

Confort

 

Un point assez subjectif en pratique, car les avis sont très partagés à ce niveau. La tenue est excellente et le serrage assez important. Ce modèle pourra donc être désagréable au bout d’une heure pour certains alors que d’autres le supportent plusieurs heures. Je serais pour ma part plutôt dans la deuxième tendance, d’autant que les coussinets, sans être vraiment doux, ne sont pas désagréables.

Le petit rembourrage de l’arceau permet de se distinguer de quelques modèles comme le AIAIAI TMA1, lequel est souvent considéré comme désagréable au sommet du crâne.

 

 

Isolation

 

Toujours un point sur lequel le HD25 est presque irréprochable et pour cause, aucun modèle ne le surpasse réellement. Le P5 de B&W arrive à peu près à égalité, le QC15 de Bose le dépasse dans certaines conditions, mais nous pouvons encore le considérer, même maintenant, comme une référence du genre.

 

 

LE SON

 

 

Matériel de test

 

Testé avec un cowon s9, ainsi qu’un Hifiman HM801.

 

 

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur le son de la bête, mais faisons tout de même le tour.
Primo, ce modèle n’est pas un exemple de neutralité. Il y a énormément de casques plus typés, mais le prendre en exemple comme casque de monitoring est un peu compliqué. Face à la masse des casques nomade cela peut fonctionner, mais les gros AKG de cette gamme de prix le sont généralement bien plus. En revanche, il est l’un des plus proches de la neutralité lorsqu’on le voit dans une optique DJ, ce genre de casques ayant souvent tendance à en faire trop.

 

Côté signature, on retrouve un pic dans les bas-médiums, un creux dans les hauts-médiums, et un pic autour des 10Khz, puis une atténuation assez linéaire. En somme une légère signature en V, mais qui ne s’excerce pas, à la différence de bien des casques, dès les haut-médiums. On retrouve ainsi un son très puissant au besoin, mais jamais agressif.

En revanche, et c’est sans doute le seul vrai reproche que l’on peut faire à ce modèle d’un point de vue sonore, il y a un léger voile sur les voix, conséquence logique du creux dans les bas-médiums.

Une des forces, à mon sens, de ce modèle, est la qualité et la gestion des basses. Sans être extrêmement enveloppantes, celles-ci sont à la fois très claquantes et précises, parfait pour les styles exigeant comme le hard rock ou le métal, rarement bien rendus. Sur ces deux styles, je ne lui trouve d’ailleurs pratiquement aucun concurrent en nomade. De plus, sa signature lui permet de passer relativement bien sur les mauvais mixages.

Si le rock est le meilleur genre pour ce casque, il est un des plus polyvalent du genre, ne mettant un genou à terre qu’avec le classique et quelques genres de Jazz, la faute à une baisse des aigus et également un espace sonore relativement restreint, encore que normal pour un supra.

Sa force est également de ne jamais en faire trop. On peut préférer tel ou tel modèle, mais son écoute n’est jamais mauvaise ni désagréable, d’où sa réputation de passe-partout.

Bon niveau de détails, sans être aussi bon qu’un M-80 de V-Moda qui reste le meilleur dans cette gamme. De ce point de vue, on sent que le driver du casque mériterait un lifting. Il est déjà miraculeux de le voir tenir la dragée haute à la grande majorité des modèles, mais tout de même.

Aucun problème non plus pour la séparation des instruments, meilleure que sur un modèle pourtant bien plus ample dans sa reproduction à savoir le Wesc Bassoon.

 

Au final : un casque Solide, isolant et complet dans sa reproduction, bref toujours pas de quoi se faire détroner. Car si pas mal de nouveaux modèles arrivent ou sont sortis depuis, aucun n’a jamais semblé en mesure de faire cohabiter tous ces points ensemble. Le récent M-80 est le parfait exemple, supérieur d’un point de vue technique, mais à la ramasse dans l’optique nomade.

 

 

CONCLUSION

 

 

Le roi est toujours le roi, c’est un fait. Pas le meilleur ? Non, mais sans doute le seul, le seul à réunir tout ce que souhaite un utilisateur exigeant en nomade. Puissant, polyvalent, solide et isolant. Toujours une référence. La version Adidas n’amène qu’un peu de couleur, mais même avec la différence de prix l’achat est justifié.

 

 

 

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

 

 

 



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail