Nous avons actuellement plus de 199 visiteurs connectés sur nos sites (dont 12 sur generationmp3.com - 186 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test Philips SHO4200 the Bend

Mercredi 22 février 2012 à 19:57 | Dans la catégorie casque

 

  • Page produit

Introduction : Enorme diversification de la gamme de casque Philips depuis 2 ans, si bien qu’il est de plus en plus compliqué de s’y retrouver. Ce modèle The Bend se situe dans les produits les plus « fashion » puisque rentrant dans la gamme O’neill. Assez réussi visuellement encore que d’un gout non-universel, voyons ce que la bête a dans le ventre.

philips_1.jpg

Philips SHO4200 the bend

 

Package

 

Package simple pour na pas dire famélique, à l’image de la plupart des casques nomade de ce prix. A vrai dire, il y a le casque, et… et c’est tout. Pas de housse ou de petite surprise. Un peu triste.

 

Fabrication

 

Point largement mis en avant sur la boite, la solidité est en effet un des points forts. Assez rigide à première vue, l’arceau est dans la même veine que les SHL9560 ou le SHO9560, c’est-à-dire pratiquement incassable, du moins dans des conditions normales. Pas de problème donc, même en exagérant les torsions. Même constat concernant l’accroche aux écouteurs, ceux-ci étant détachables et rattachables au besoin. Le câble est comme d’habitude détachable après quelques centimètres. Si ce point peut paraitre un peu dommage, il est en pratique très proche du détachable classique, l’essentiel des casses de câbles se font sur la connexion Jack coté baladeur.
Parlons du Jack justement, celui-ci est très robuste et épais, baignant dans le caoutchouc. Pour le reste, le câble en lui-même est très agréable, épais et gainé de tissu. Bref, un sans-faute pour la construction.

 

 

 

 

Confort

 

Il faudra se faire à l’ergonomie particulière du casque, mais si l’on remarque une pression assez forte de l’arceau, celle-ci est compensée par des coussinets supra très rembourrés, d’où une bonne sensation de tenue et un confort finalement assez bon. La première heure se passe sans souci, après tout dépend de la morphologie de votre crane.

 

 

Isolation

 

Toujours un problème avec les modèles supra de Philips, le choix des coussinets rend l’isolation assez dramatique, nous sommes ici dans ce qui se pratique sur du semi-fermé, c’est-à-dire suffisant pour les endroits calmes mais déjà bien compromis pour les transports en communs ou les lieux bruyants. On retrouve tout de même une atténuation des aigus, un peu plus importante que sur le SHL9700 par ailleurs.

 

 

LE SON

 

 

Matériel de test

 

Testé avec un Cowon S9 et un Omnia 7.

 

Première constatation, nous sommes bien dans un habituel son Philips de la gamme des -100 Euros. Assez peu d’extension dans les basses en dessous de 80Hz et les aigus passé 10-12Khz. Pas une impression de carence dans les basses, mais en pratique une polyvalence moins bonne qu’espérée. Les amateurs de musiques électro ou de rap se tourneront vers autre chose.

A l’écoute, le modèle est relativement neutre et équilibré, très bon dans le registre des médiums haut-médiums. Bon niveau de détails également, l’espace sonore n’est pas aussi large que le SHL9560, mais un peu mieux organisé, la dynamique du modèle est également un peu supérieure. Dès qu’un peu de patate est demandée, le casque est tout de suite moins présent car trop timide, jamais catastrophique, mais pas fait pour les morceaux puissants et rapides, une impression plus forte encore qu’avec le SHL9560.

 

Dommage car la définition des basses et des bas-médiums est justement là, assez propre et supérieure à la moyenne. Les styles rock du genre Beatles, ou Stones passeront sans trop d’encombre, dès que l’on touche au rock plus pêchu et au hard rock l’affaire se complique.

Très bon pour le Jazz,  classique, les styles vocaux et instrumentaux, très correct pour le rock, mais difficilement recommandable pour les autres styles. Il est possible de jouer avec l’égaliseur, le rendu est d’ailleurs plus convaincant et les basses suivent, mais cela n’améliore pas la rapidité du modèle.

Enfin, encore une fois une habitude de la marque, une sensibilité très moyenne, ce qui obligera à pousser le baladeur dans ses retranchements sur certains enregistrements. Oui, cette analyse sonore est très courte, mais je vois difficilement ce qu’il faudrait ajouter.

 

 

 

CONCLUSION

 

Si l’on passe sur sa faible isolation limitant de fait son usage, ce SH4200 The Bend est un modèle de qualité, bien construit et d’une relative polyvalence. Un produit misant surtout sur les médiums, assez conforme aux habitudes de Philips, mais un peu trop faiblard dans le bas du spectre pour l’amateur de musiques puissantes.

 

 

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail