Nous avons actuellement plus de 199 visiteurs connectés sur nos sites (dont 16 sur generationmp3.com - 182 sur le forum)

Écrit par
Guillaume

Test Sennheiser CX 980

Mardi 13 mars 2012 à 18:45 | Dans la catégorie casque

 

Introduction : En intras Sennheiser, il y a les IE80, IE60, et leurs anciens modèles à un chiffre. Juste en-dessous se tient une gamme plus simple, déclarée plus chic et sans doute moins audiophile, la CX 980 et sa déclinaison iPhone (CX 980i) en tête. Pas de dimensions imposantes, la légèreté des lignes et la robustesse du métal demeurent les points primordiaux. On espère néanmoins plus qu’une démonstration de clinquant.

cx.jpg

Sennheiser CX 980

 

Package

 

A l’image du produit, très sobre mais très classe. Une boite aux contours coulissants, une housse semi-rigide en cuir aux allures de portefeuille, une autre totalement souple mais plus compacte, et bien sur un set complet d’embouts, un jeu de filtres, ainsi qu’un adaptateur avion et un objet métallique, qui s’avère être un système de pince pour vêtement, lequel me fut totalement inutile. Seul bémol, qui n’en est pas vraiment un pour moi, il n’y a pas d’embout spécial du genre mousse ou triflange, mais la marque mise visiblement sur des tailles réduites.

 

Fabrication

 

On pourrait séparer ce point en deux. D’un côté les parties métalliques, totalement irréprochables, de l’autre le câble ou plutôt la texture du câble.

 

Le métal recouvre la majeure partie du produit, seules les coques sont dans un plastique très massif. En ce sens il n’y a aucun reproche, même sur le Jack, métallique lui aussi, donnant vraiment confiance. Le Jack est également intéressant sur un point, celui-ci est à la fois coudé et droit. En effet, il est possible , via un système de pivot interne, de le basculer dans l’une ou l’autre des positions, le genre de détails que l’on voudrait voir démocratisé.

 

Bémol en revanche sur le câble, un peu fin et pas spécialement bien fini pour son prix, il aurait été clairement plus judicieux de proposer un modèle tressé ou torsadé. Le point de faiblesse étant souvent le Jack, ce modèle devrait tout de même tenir la distance et quelques années.

 

 

 

 

Confort

 

Point assez subjectif certes, mais avec de petites généralités. Première constatation, ce modèle ne rentre que très peu dans l’oreille, entre véritable intra et semi intra. Il en résulte, lorsque le bon embout est choisi, un confort quasi irréprochable. Ce modèle est compact, léger, et se fait oublier dans l’oreille, bref une réussite. Chez certains toutefois, ce modèle pour pourra bouger un peu trop, généralement à cause du choix de l’embout.

 

 

Isolation

 

Fidèle à ce que son confort laisse présager, nous sommes entre un bon semi-intra (au dessus néanmoins) et un bon intras. En pratique je trouve cette isolation suffisante pour oublier le ronronnement des transports en communs, mais suffisamment imparfaite pour ne pas avoir cette sensation de coupure propre aux intras.

 

 

 

LE SON

 

 

Comme pour bien des modèles, je n’ai pas jugé bon de développer morceau par morceau ce modèle, qui s’avèrera par la suite davantage dirigé par sa signature que par une logique de genres, encore qu’ils soient la cause et la conséquence.

Premier constat, dès la première écoute, ce modèle propose une signature relativement classique, tout de même un peu typée, pic dans les basses et les bas-médiums mais sans être étouffant, la tenue assez bonne. Un peu atténué dans les aigus mais pas de façon dramatique, après 10Khz en tous cas.

 

 

On s’aperçoit vite que ce pic dans les basses est le point le plus caractéristique du produit. Les allergiques aux basses devront, à partir d’ici, passer leur chemin. Ces basses sont à l’image des drivers classiques, très rondes, amples, bien que fatalement un peu imprécises et tournant vite à la saturation. Jamais rien de déplorable ici, mais pas de révolution en vue. J’ai parfois ressenti de petits excès, mais la signature est agréable et proche de la gamme IE, basses très amples, mais pas toujours savamment dosées. On ne retrouve donc pas de d’emphase systématique de cette gamme de fréquence, mais sur certains morceaux, généralement le hard rock et métal, l’harmonie n’est pas là, les basses ne se contrôlant pas suffisamment, malgré des bas-médiums plutôt rapides pour un driver classique.

Plutôt bon sur les détails comme son grand frère, c’est avant tout sur la séparation que ce modèle pêche. Ainsi, un style calme du genre pop ou jazz est parfaitement adapté, mais le gros rock tranchant laisse une bonne impression de congestion.

Parallèlement à cela, on retrouve un pic dans les haut-médiums, laissant un son assez tranchant et surtout assez détaillé, avec une bonne dynamique de surcroit. Le rendu est ainsi plutôt taillé en V, ce qui est largement préférable à un effondrement pur et simple du reste des fréquences, on note pourtant une tendance facile au sifflement sur les voix, particulièrement dans les mixages capricieux.

 

 

 

Un peu à l’image du Focal Spirit One, ce modèle se marie avec à peu près tous les styles, mais ce casse les dents sur le hard rock et le métal. Si l’on doit parler de style, trois reviennent assez facilement : l’électro, le Jazz et le classique. Les deux derniers sont suffisamment lents et pas trop chargés en basses, laissant le modèle exprimer sa relative largeur de scène. L’électo est rarement trop fourni en instrument, et l’amplitude des basses du CX 980 marque un bon point, là où un produit comme le Earsonics SM1 est bien plus précis mais trop frontal et pas assez ample.

La comparaison avec le SM1 peut s’étendre avec les différences entre driver classique et transducteur à armature. Le driver est plus lent, plus ample, plus adapté aux styles Jazz, classique et assez souvent électro. Le transducteur à armature est plus maitrisé d’une manière générale, plus rapide et plus détaillé, mais parfois un peu sec et trop étriqué.

On retiendra donc un modèle agréable, d’un son plutôt accessible sans être trop simpliste, pas une référence mais justifié dans les styles précités, disons simplement qu’il y a mieux pour le même prix.

 

 

CONCLUSION

 

Moins ambitieux que la gamme IE, le CX980 reste cependant plus intéressant, car plus simple, plus classieux et plus confortable, mais surtout plus proche des attentes de l’utilisateur moyen, bien que son prix mériterait d’être abaissé. S’il ne peut rivaliser avec les bons modèles à armature d’un point de vue technique, il gère relativement bien les quelques atouts du driver classique, notamment en matière d’espace sonore.

 

 

 

 

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail