De quoi s'agit-il? Depuis cette page vous pouvez utiliser les liens Web Collaboratif pour placer Test XPress du Magic d’HTC sur un site de gestion de favoris en ligne, ou le formulaire E-mail pour envoyer un lien par e-mail.

Web Collaboratif

E-mail

Envoyez le par e-mail
avril 27, 2009

Test XPress du Magic d’HTC

Posté dans: Autres marques

Testé par iMike (merci à Stéphane pour le coup de main !)

 

Introduction : On a comme souvent attendu un moment avant de voir débarquer en France un appareil et une technologie disponibles depuis de longs mois aux États-Unis - mais enfin, ça y est, réjouissons-nous, les premiers smartphones sous Android sont enfin en vente libre ! Après le G1/Dream, disponible chez Orange mais qu’on va pouvoir oublier très vite, nous ne pouvions laisser passer le Magic, deuxième smartphone sous Android bientôt distribué chez SFR.

large5.jpg.jpg

::: HTC Magic :::

 

htc_magic.jpg.jpg

On a comme souvent attendu un moment avant de voir débarquer en France un appareil et une technologie disponibles depuis de longs mois aux États-Unis - mais enfin, ça y est, réjouissons-nous, les premiers smartphones sous Android sont enfin en vente libre !

Si chez Orange, on a confondu vitesse et précipitation avec le lancement du G1/Dream (lire cette actu), en revanche chez SFR, on a pris son temps pour proposer le Magic, un smartphone d’HTC sous Android donc, qui sera mis en vente le 6 mai au tarif de 99 euros contre un abonnement voix de trois heures et plus. À noter que l’opérateur en proposera une version «nue» et désimlockée pour 449 euros.

Nous avons pu jouer avec ce dernier modèle pendant quelques jours : pas forcément le temps nécessaire pour développer un vrai test poussé, mais suffisant pour vous proposer un test Xpress de prise en main de l’appareil et de son OS.

 


Présentation en vidéo

 

 


Diaporama photo

 

 


Design et caractéristiques techniques

 

Exemplaire de test oblige, on ne pourra pas vous proposer un déballage en vidéo ni même vous décrire les accessoires fournis, puisque nous en avons été privés ! Toutefois, l’appareil vient avec une élégante housse dont il faudra se débarrasser à chaque fois que quelqu’un vous appelle.

HTC a depuis quelques années travaillé une réputation de constructeur de jolis produits, indépendamment du système d’exploitation qui se trouve à l’intérieur. Si on avait pu trouver le G1/Dream un peu fini à la truelle, en revanche ce Magic est tout à fait réussi !

Si l’appareil reprend le design du G1, en revanche il abandonne le clavier physique coulissant. Cela donne un smartphone qui se «tient» bien et qui épouse parfaitement la forme de la main.

On trouvera sur côté droit les boutons du volume, sur la tranche inférieure le fameux port miniUSB propriétaire «extUSB» qui fait office de sortie son, à l’arrière le capteur photo de 3,2 mégapixels. C’est à l’avant qu’on trouve le plus intéressant : l’écran TFT tactile (mais pas multi-points) de 3,2 pouces (320 x 480), et en-dessous une série de boutons - classique (prise d’appel, menu…) mais inattendu pour un smartphone tactile.

Le bouton le plus intriguant du lot reste l’espèce de jog au centre de l’appareil. Celui-ci offre une alternative à l’écran tactile, puisqu’il permet de naviguer à travers les applications Android, valider des choix, etc. Très certainement utile en cas de doigts gras…

Question qualité de fabrication, HTC se pose bien là. L’objet est tout de plastique vêtu, dans la même veine que celui de l’iPhone auxquelles les finitions sont d’ailleurs comparables. On est loin du mobile d’entrée/moyen de gamme et c’est tant mieux, après tout nos poches méritent le meilleur ! L’appareil mesure 113 x 55 x 13,65 mm pour un poids de 118,5 grammes.

Côté caractéristiques techniques, le Magic fonctionne avec un processeur Qualcomm MSM7201a cadencé à 528 Mhz, 192 Mo de RAM, 512 Mo de stockage, avec un slot d’extension microSD. Il dispose d’un GPS, du Bluetooth 2.0, du wifi b/g.

En ce qui concerne la compatibilité, le smartphone sait lire les fichiers AAC, AAC+, AMR-NB, MP3, WMA, WAV, AAC-LC, MIDI, et OGG pour l’audio, et MP4, 3GP pour la vidéo.

 


Android

 

HTC est actuellement le seul constructeur a avoir embarqué pour de bon dans la locomotive de Google : en-dehors du G1/Dream et du Magic, aucun autre smartphone n’embarque l’OS open-source, malgré les nombreuses annonces des uns et des autres. Frilosité ? Manque de compétences techniques ? Ou peur que Microsoft ne coupe les ponts ? En tout cas, ça n’empêche pas HTC de proposer également des mobiles sous Windows Mobile…

 

 

 

Pourtant, même dans sa première version, Android se révèle un système d’exploitation original et performant, même s’il reste bien entendu perfectible (quel OS ne l’est pas ?). Si l’on reste tout de même loin de la somptueuse interface d’un iPhone ou d’un Pré (pour ce qu’on en a vu), Android ne manque pas d’atouts, en particulier auprès de ceux qui n’en peuvent plus de Windows Mobile ou de Symbian.

 

Bonjour Android

 

 

 

 

Première opération à effectuer après l’allumage (long…) du Magic : indiquez son e-mail Gmail et son mot de passe. Une fois ces informations validées, toutes les applications Google se mettront à votre diapason : e-mail bien sûr, mais aussi l’agenda, le carnet d’adresses, le chat…

 

Démarrage et personnalisation

 

Android affiche en standard un écran d’accueil type bureau de Windows ou Finder de Mac OS X : une horloge, des applications (contacts, navigateur, Maps, Market, etc.), qu’on pourra personnaliser en rajoutant des raccourcis (le fond d’écran pourra être changé). La languette en bas de l’écran fait «monter» un tiroir rempli d’applications diverses. Ce tiroir se remplira au fur et à mesure que l’utilisateur ira télécharger de nouveaux logiciels dans le Market.

 

Un clavier qui coince

 

 

 

Évoquons immédiatement le souci majeur d’Android : tout comme l’iPhone, l’OS intègre un clavier virtuel que les gros doigts comme ceux de Stéphane (notre aimable testeur qui s’acharne sur la vidéo ci-dessus) ne vont pas apprécier. Les touches sont trop petites ! De plus, l’écran tactile du Magic s’est montré bien moins réactif que chez la concurrence pommé. C’est là un des plus gros avantages du G1/Dream, le modèle précédent, qui se paie le luxe d’un vrai clavier physique…

 

Navigateur web

 

 

 

Le navigateur web intégré fonctionne plutôt bien et rapidement (suivant bien sûr sa connexion au réseau). Avantage : les sites web dédiés à l’écran de l’iPhone seront compatibles avec celui du Magic - le chargement en sera d’autant plus rapide.

 

YouTube

 

 

 

Évidemment, l’OS dispose d’un widget YouTube, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il sait lire les vidéos Flash : le widget va effet chercher les vidéos réencodées en h.264 par YouTube, qui servent également à l’application pour l’iPhone.

 

Android Market

 

 

 

Les analogies avec l’iPhone sont d’ailleurs nombreuses, puisque Google a mis en place une boutique d’applications aux termes assez proches de ceux de l’AppStore. Il est ainsi possible de naviguer à travers un catalogue de dizaines de logiciels gratuits ou payants. On y retrouve par exemple la batterie d’applications chat… Chaque logiciel dispose d’une fiche de présentation ainsi que des commentaires des utilisateurs. À chaque suppression d’un logiciel, Android en demande la raison…

 

Capteur photo et enregistrement vidéo

 

 

 

Du côté de la qualité du capteur photo : premier bon point, il est possible d’enregistrer des vidéos ! Mais la qualité est toute relative comme on le voit dans cette vidéo (attention à la compression DailyMotion) :

 

 

 

Il faut beaucoup de lumière pour réaliser des clichés corrects, absence de flash oblige. Voici un exemple :

Magic_photo.jpg

On a vu mieux, mais depuis quand un APN de smartphone peut-il être chose que d’appoint ?

L’ergonomie, en-dehors de ce problème de clavier virtuel trop petit, est plutôt bonne en général, l’interface se montrant très «Google» : tout est simple à prendre en main et tombe sous le sens. Le débutant n’aura aucun mal à utiliser son Magic, sans avoir besoin de lire le mode d’emploi !

 


En conclusion (provisoire)

 

Malgré nos maigres quelques jours d’utilisation, le Magic d’HTC nous a laissé une bonne impression. Si l’on regrette très fort l’absence d’un port jack standard, la qualité de fabrication et de conception de l’appareil sont à louer.

En ce qui concerne Android, cette première prise en main laisse augurer du meilleur. Bien sûr, tout n’est pas parfait, comme l’impossibilité d’indiquer plus d’un compte Gmail ou un clavier virtuel à revoir. La chose la plus intéressante et la plus porteuse de progrès reste l’absence d’obligation de synchronisation avec un logiciel compagnon, comme iTunes pour l’iPhone. Il suffit de brancher l’appareil sur son ordinateur pour récupérer ou envoyer des données. Le reste de ses informations personnelles (agenda, courriers…) sont stockées sur les serveurs de Google - la confiance est donc de mise…

Pour finir, le Magic est-il capable d’aller concurrencer des smartphones comme l’iPhone, les BlackBerry ou le futur Pré de Palm ? Rien n’est moins sûr, même si Google et HTC ont plutôt bien travaillé. L’interface d’Android manque encore cruellement du petit côté clinquant de Mac OS X Mobile, tandis que les pros iront vers les claviers physiques des mobiles de RIM.

On voit plutôt Android comme un concurrent direct à Windows Mobile… Microsoft en est d’ailleurs bien conscient, Redmond voyant l’OS open source de Google d’un bien mauvais oeil. Et il semble bien que Windows Mobile 6.5, qui ne sera réellement disponible qu’au deuxième semestre, ne permette pas à Redmond de remonter la pente.

SFR proposera le Magic à 99 euros contre un abonnement de deux ans. À noter que l’opérateur en proposera une version «nue» et désimlockée pour 449 euros.

 

Liens utiles

 

 

- Page-produit

 

- Android

 

- L’actualité Android sur GénérationMP3

 

Merci de laisser vos commentaires sur ce topic ! 


Revenir à: Test XPress du Magic d’HTC