De quoi s'agit-il? Depuis cette page vous pouvez utiliser les liens Web Collaboratif pour placer Test Audio-Technica ATH-CK400i sur un site de gestion de favoris en ligne, ou le formulaire E-mail pour envoyer un lien par e-mail.

Web Collaboratif

E-mail

Envoyez le par e-mail
juin 28, 2011

Test Audio-Technica ATH-CK400i

Posté dans: casque

 

Introduction : Relégué avec les autres intras peu enviables de la gamme des 50 Euros et moins, le CK400i n’a pas pour lui pas grand chose sur le papier, A peine la promesse d’une bonne affaire et d’un produit correct, surement pas celui d’une révolution. Néanmoins, le jeu en vaut parfois la chandelle, et quelques produits récents, généralement Chinois, tirent leur épingle du jeu.

DSC_0144.JPG

Audio-Technica ATH-CK400i

 

Présentation

 

Derrière la belle façade intra il existe plusieurs genres, que nous pourrions à l’heure actuelle ranger sous deux catégories, encore que cela est infiniment réducteur et simpliste : les drivers classiques, dont l’architecture est semblable aux casques , et les transducteurs de type Knowles, aussi appelés “armature symétrique”.

 

Le CK400i se classe dans la première, caractérisant généralement un intra plus bas de gamme, encore que certains modèles comme les Turbine Copper remettent en question ce postulat. L’affirmation que je viens de formuler est assez simple, la grande majorité des intras bas de gamme et moyen de gamme utilisent cette technologie.

 

Difficile pour autant d’en tirer des conclusions sur ce modèle, d’autant que le passé de la marque, avec des modèles comme le CK10, est sérieux en la matière.

 

 

Caractéristiques

  • diamètre des drivers : 8.8mm
  • Réponse en fréquence :20-20Khz
  • Impédance : 16 Ohms
  • Sensibilité : 104dB/mW
  • Poids :5gr

Fabrication

 

Globalement bon pour cette gamme, sans réelle faiblesse apparente. Pratiquement aucun jeu et bonne impression de solidité de la coque des écouteurs. Le câble est très souple mais sans doute un poil trop fin en général, la connexion au niveau du Jack est néanmoins très bonne, fine mais de bonne facture.

 

 

 

 

Le canal auditif semble un peu trop large, mais nous reviendrons sur ce point dans la partie confort. Pas mal également pour ce qui est de la télécommande, la marque ayant privilégié une approche très plate du design.

 

 

Confort

 

Avant toute chose, ce modèle n’est livré qu’avec un jeu de 4 embouts (de Xs à L) et un clip vêtement, package assez spartiate donc (une housse et un jeu de mousse serait un gros plus). La première impression sur les canules des écouteurs était la bonne, le conduit est un peu trop épais et cela rebutera certains, malgré le jeu très complet d’embout. Une fois calé dans l’oreille, l’écouteur reste relativement agréable à porter sans toutefois se faire oublier.

 

 

Isolation

 

Plutôt bonne, très bonne même. Loin d’égaler les ténors du genre, ce modèle est déjà dans la catégorie des vrais-intras. Attention néanmoins, un simple écart dans le port de ce modèle ruine cette caractéristique. Le câble un peu fin et droit ne permet pas d’éviter les bruits de frottements, mais dans l’ensemble c’est un point qui reste mesuré, si le câble est suffisamment calé l’essentiel des problèmes est résolu.

 

 

Et les smartphones ?

 

Essayé rapidement sur un Iphone 4G, ainsi qu’un Samsung Omnia 7, ce modèle dédié Apple n’a très logiquement montré ses atouts qu’avec cette marque. Rien de bien original, cette télécommande est pourvue d’un contrôle de volume et d’un bouton central pour la navigation. Petit reproche sur le placement général des boutons, tous placés sur une même plaque de plastique. Il n’est ainsi pas rare de déraper sur le bouton central lors d’un changement de volume. Pour le reste pas de reproche.

En revanche, à l’instar de la majorité des modèles pour Apple, cette télécommande n’est que très partiellement compatible avec les autres modèles en Jack 3.5mm. La liste est généralement très aléatoire, mais visiblement, les téléphones sous Windows phone 7 ne permettent que les fonctions basiques du bouton central : lecture/pause, décrocher/raccrocher. Bref, mieux vaut se rabattre sur les modèles dédiés.

 

LE SON

 

 

Matériel de test

 

Test effectué sur un Cowon S9 ainsi qu’un Iphone 4

 

Iron maiden : When the wild wind blows

 

Bonne reproduction des médiums qui seront manifestement sa force. Globalement équilibré et suffisamment détaillé, il semble plus à l’aise sur les parties calmes ou son espace sonore est intéressant pour un intra.

 

 

The rolling stones : sympathy for the devil

 

On a déjà vu des basses plus enveloppantes, mais celles-ci ont le mérite de rester définies et bien contrôlées, loins de certains modèles privilégiant une sorte d’étranglement. Sans doute un peu timide pour ce style mais pas désagréable et bien détaillé.

 

 

Deadmau5 : HR8938 Cephei

 

Pas un morceau pour lui, les basses sont projetées vers l’avant et l’ensemble manque alors d’ampleur, comme congestionné.

 

 

Cypress hill : insane in the brain

 

Aucun reproche, cela reste équilibré et les voix sont très bonnes pour cette gamme de prix. Les aigus restent également en retrait mais cela est plutôt normal. Le tempo est bien marqué sans matraquer la tête.

 

 

Vivaldi : été 3ème mouvement

 

Pas mauvais du tout pour cette gamme, la qualité des médiums en général n’y est pas étrangère. Les aigus sont un peu en deçà ce qui lui fait perdre en clarté, mais globalement l’écoute est agréable, l’espace sonore est  d’ailleurs relativement surprenant ici.

 

 

Jimmy Hendrix : Along the watchover

 

Morceau lourd, mais les Basses contenues du modèle permettent une bonne synergie. Aigus un peu sibilants mais pas perturbants pour autant. Finalement, pas de gros reproche non plus, des modèles un peu plus haut de gamme font mieux mais on trouve difficilement un équivalent en moins de 50 Euros, excepté dans l’écouteur Chinois.

 

 

Loreena Mc Kennitt : Penelope’s song

 

Léger voile sur le morceau ce qui le plombe un peu. La voix est globalement bien retranscrite même si ce modèle est plus à l’aise dans les voix masculines. Encore une fois, bonne sensation d’ampleur même si nous restons dans de l’intra.

 

 

The Allman brothers band : rambling man

 

Pas aussi bon que sur du Hendrix car un peu chargé, le CK400i reste toujours dans un bon niveau sans trop forcer. La séparation des instruments est toujours un bon point.

 

 

 

Analyse

 

Bien que ces CK400i ne soient pas une révolution dans le domaine de l’intra, de même qu’elle ne seront pas dans le podium des meilleurs intras de 100 Euros, leurs qualités sont évidentes.

 

Il serait un peu déplacé de les comparer à des modèles comme les Klipsch Image s4 ou les Head direct Re0, gardant tous deux une marge évidente. Mais pour ce qui est de la catégorie des 50 Euros et moins c’est une autre affaire. D’une nature versatile et équilibrée, ce modèle est à l’aise avec la majorité des styles. Seuls quelques genres particuliers comme la trance ne seront clairement pas pour lui.

 

Les basses, bien que très équilibrées, gardent de bonnes qualités et ne tombent pas dans certaines facilités. Un peu plus claquantes qu’enveloppantes, elles sont parfois  trop dirigées vers l’avant de la scène, ce qui peut alors desservir l’écoute. La grande force ici provient des médiums, équilibrés mais avec un soupçon de chaleur et une excellente maitrise. On pourra distinguer une légère baisse dans les haut-médiums, caractérisant un léger voile (en particulier sur les voix), mais seuls quelques rares modèles peuvent se confronter à lui dans cette gamme. Pour finir, les aigus, sans doute un peu secs et atténués dans leur extrêmes, mais suffisamment bon pour ne pas détruire l’écoute. Bien des modèles feront mieux pour 20 Euros de plus, mais la catégorie n’est déjà plus la même.

 

 

 

CONCLUSION

 

Le CK400i n’est pas un modèle qui règne en maitre dans sa gamme, mais même sans cela il reste globalement très bon, évitant bien des écueils de l’intras bas de gamme, généralement décevant. Un modèle à conseiller pour l’utilisateur Apple ne souhaitant pas exploser son budget.

 

Image IPB

Pratique et sans prise de tête, ce modèle butte sur l’obstacle sonore. Encore trop loin d’un système comme le Kleer, le Bluetooth, même dans ses dernières itérations et améliorations est loin d’être au point pour l’écoute musical, ce modèle en est une illustration. Pas plus mauvais qu’un autre donc, mais avant tout pour de la téléphonie.

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

 

 

Vos commentaires sur ce test ICI

push


Revenir à: Test Audio-Technica ATH-CK400i